****·BD·Nouveau !·Service Presse

Spirite #2: Obsession

Second tome de la série écrite et dessinée par Mara. 54 pages, parution chez Drakoo le 04/05/2022.

bsic journalism

Merci aux éditions Drakoo pour leur fidélité.

Mauvais esprits

Dans le premier tome, nous faisions la connaissance de Ian Davenport, jeune chercheur en spiritologie, qui, au cours des études qu’il menait avec son mentor Boris Voynich, a assisté à des apparitions sans précédent de fantômes en tous genres.

Après la mort de son maître à penser, Ian a du fuir les hordes spectrales d’Arthur Arroway, qui en a après lui pour d’obscures raisons. Tout ceci semble être en lien avec le mystérieux incident de la Tungunska, qui pourrait être le dénominateur commun entre Arroway et ses victimes. Sa recherche de la vérité va le mener à collaborer avec Nell Lovelace, une jeune reporter douée en quête de gloire, ainsi qu’avec l’intrépide pilote Mary Pickett.

Leur aventure tourne court et le trio se retrouve prisonnier d’Arroway à bord de son dirigeable géant…

Reprenant son intrigue tout juste où elle l’avait laissée, Mara prend la parti de nous plonger au coeur de l’action pour ce second tome. Bénéficiant désormais d’un casting que le premier tome est parvenu à rendre attachant, l’auteure peut ainsi continuer de développer son univers, ce qu’elle fait avec aisance, il faut bien l’avouer. En effet, le rythme enlevé ne l’empêche pas d’étoffer son intrigue, notamment celle qui tourne autour d’Arroway et de son objectif encore mystérieux.

Cela attise donc l’intérêt du lecteur et confirme bien la qualité de la série. Coté graphique ceux qui ont apprécié le tome 1 devraient se régaler avec cette suite.

****·Manga·Service Presse

Toilet-bound Hanako-Kun #1-2

esat-west

Manga de AidaIro
Pika (2015) 2019, 192p./volume, série en cours, 2/15 vol. parus.

toilet-bound_hanako-kun-1-pika

Parmi les 7 mystères de l’école Kamome, une rumeur court qu’un esprit habitant dans les toilettes pour filles du troisième étage exaucerait n’importe quel vœu… La jeune Nene Yashiro, peu sure d’elle, souhaite plus que tout se faire aimer d’un garçon de l’école. Mais lorsqu’elle rencontre l’esprit Hanako elle réalise que tout n’est pas si simple et que toute décision entraîne des conséquences. La voilà rapidement liée à ce fantôme qui garde bien des mystères sur le monde paranormal qui régit cette école et ses rumeurs…

Toilet-bound Hanako-kun tome 1 et 2 : La valse des esprits farceurs -  Esprit OtakuLorsque mon partenaire Pika m’a proposé de découvrir sa nouvelle licence je n’étais pas certain d’être le bon public pour ce type de manga, commençant à avoir l’habitude des brouettes d’œuvres sur mesure à l’humour un peu facile. Première surprise en entamant ces deux premiers tomes, la simplicité avec laquelle on pénètre ce monde et ses personnages, la fluidité avec laquelle tout est introduit sans avoir le sentiment que la culture japonaise est décidément si lointaine. Les auteurs derrière le studio AidaIro maîtrisent très bien les techniques de narration et lancent leur histoire sur le rythme d’une histoire courte… alors qu’elle comporte déjà quinze tomes au Japon! Avant dix pages on sait déjà qui sont les deux protagonistes principaux qui vont servir de cadre à la série (avant l’arrivée d’un troisième larron en la personne d’un apprenti exorciste pas encore bien à l’aise avec sa mission familiale): devenue très vite assistante de l’esprit farceur Hanako, ils entament tous deux la résolution d’enquêtes mystiques pour résoudre des mystères. Le schéma est classique: un esprit renferme un drame passé et se venge sur les vivants, il faut donc découvrir la source du mal, en lien avec les amis de Nene.

➤ [ Toilet-Bound Hanako-kun: Pilot, Ch.2 ] | Hanako kun, Toilet bound hanako  kun, HanakoL’autre bonne surprise repose sur un humour très frais, accessible et basé sur un second degré et une répartie très percutante. On sourit très souvent et volontiers à la lecture de ces histoires courtes. Les auteurs prolongent graphiquement, comme ces navets qu’on voit apparaître de ci de là après que Nene ait été éconduite par un garçon qui lui trouve des jambes de… navet! Étrange amalgame qui ne viendrait pas à tout le monde et qui permet, sans appuyer, de légers running-gags. Le fait que Nene passe son temps à récurer les toilettes où habite l’esprit est en soi décalé, sans besoin que les AidaIro n’ait besoin d’appuyer. L’esprit facétieux de Hanako permet par ailleurs de créer une atmosphère bon-enfant et des situations amusantes.

Graphiquement les planches semblent assez basiques, simples, avant de réaliser la qualité des encrages et une profondeur de décors et de détails que l’on ne perçois qu’une fois bien dans l’histoire. On reste dans un style pas hyper original très shonen mais techniquement remarquable.Avis manga : Toilet-Bound Hanako-kun - Tome 1 - A la une

Au final je ressors tout à fait enthousiaste après cette lecture qui plaira à tout public, avec la réserve que l’humour n’est pas le même selon les ages et que les plus jeunes resteront peut-être plutôt sur l’aspect chasse aux fantômes avec quelques moments qui peuvent impressionner avec une certaine noirceur (sans jamais tomber dans le sordide). L’équilibre entre mystère, relations collégiennes et humour est parfaitement équilibré. A voir si cet équilibre et l’intérêt se maintiennent sur plus de dix tomes une fois les sept mystères résolus.

note-calvin1note-calvin1note-calvin1note-calvin1

***·BD·Nouveau !·Service Presse

Spirite tome 1: Tunguska

La BD!

Premier album de 56 pages, écrites et dessinées par Mara, parution le 01/10/2020 aux éditions Drakoo.

Esprit(s) de contradiction

Ian Davenport est un jeune homme malhabile mais passionné par son travail. Parcourant les rues de New York avec son mentor Boris Voynich, il étudie et répertorie un genre tout particulier de créature: les spectres.

En effet, ces derniers existent bel et bien, et peuvent être observés pour peu que l’on soit dûment équipé. Ian et Boris les ont même catégorisés en dix classes différentes, en fonction de leur capacité à se manifester dans le monde matériel.

Malheureusement, le passé mystérieux de Boris finit par le rattraper, et Ian assiste ainsi, impuissant, à l’assassinat de son mentor par une singulière silhouette surgie du passé. Ce n’est que le début des ennuis pour le jeune spiritologue. D’autres éminences du domaine sont tuées, toutes reliées d’une façon ou d’une autre à la même expédition, celle qui suivit la célèbre explosion de Tunguska.

Who you gonna call ?

Désespéré, Ian se tourne vers la police pour résoudre ces meurtres. Cependant, il subit la mauvaise réputation de sa discipline jugée fantaisiste et ne récolte que du mépris de la part des forces de l’ordre, qui haussent les épaules sans écouter ce que le pauvre homme a à dire.

C’est alors qu’il fera la rencontre de Nell Lovelace, jeune journaliste qui vit dans l’ombre de sa brillante mère. Employée à contrecœur dans la rubrique paranormale d’un journal sans envergure, Nell, sceptique, voit dans l’histoire de Ian l’occasion de se faire remarquer par un scoop tonitruant, et se voit déjà félicitée pour avoir résolu une série de meurtres. La jeune reporter embarque donc le spiritologue en détresse pour une aventure qui promet d’être dangereuse.

Pour cette rentrée 2020, les éditions Drakoo attaquent fort avec cette nouvelle série fantastique. L’album débute dans le feu de l’action, par un énigmatique flash-back, avant de nous présenter de façon efficace les différents protagonistes de la série. Le ton est léger, en revanche les enjeux restent suffisamment sérieux pour que l’on soit pris dans l’histoire. On appréciera notamment que l’auteure évite l’écueil habituel voulant forcément présenter les revenants comme hostiles, et qu’elle préfère plutôt les développer sous un jour plus neutre, voire plus bienveillant.

Le graphisme de Mara fait ici des merveilles, son trait s’approprie avec grâce l’ambiance et l’architecture du New York des années folles (même si l’histoire est sensée se dérouler durant la Grande Dépression). Ses personnages sont tous très bien designés et expressifs, rendant la lecture d’autant plus agréable pour ce premier tome. Le tout porte une patte très particulière renvoyant aux codes de l’animation 2D.

Spirite est un album beau et efficace, une très belle sortie à ne pas manquer !

****·Comics·East & West·Numérique·Service Presse

Shadowman

esat-west

Comic de Justin Jordan, Patrick Zircher, Peter Milligan, Roberto de la Torre, …
Bliss comics (2018) – Valiant (2012), 608 p.

bsic journalismMerci aux éditions Bliss pour cette découverte.

couvs_shadowman_rv-1-600x922Shadowman est une étrange série qui demande de la patience… que remplit parfaitement l’intégrale proposée par Bliss, l’éditeur des comics Valant! Ce très gros volume est très bien mis en page (quelques coquilles néanmoins), notamment sur le plan graphique avec l’ensemble des couvertures originales des épisodes (j’adore celles de Johnson, dont l’illustration choisie pour la couverture de l’intégrale) et une véritable orgie d’illustrations (couvertures alternatives et planches n&b). Malgré une page d’aide de lecture pour raccrocher la suite des aventures du Shadowman dans les autres séries Valiant, on aurait aimé un peu plus d’éditorial comme une introduction à l univers du personnage et à son histoire éditoriale. A noter que la dernière page laisse entendre un reboot en 2019… La série Shadowman est parue en 1992 et a été relancée en 2012 avec six volumes présents dans cette intégrale.

Résultat de recherche d'images pour

Jack Boniface est un cajun de la Nouvelle-Orléans, orphelin placé en centre d’accueil et ayant appris à se débrouiller seul. Mais il est aussi l’héritier des Shadowman, généalogie de porteurs de l’esprit vaudou (Loa) « ombre » qui combattent les créatures des ténèbres. Son père, le dernier porteur, à été tué dans son combat avec le très puissant maîtres des arts obscures Darque. Happé malgré lui dans un monde de magie, d’ombres et d’esprits, il apprendra la guerre occulte que se livres des groupes humains, la réalité des liens entre monde des morts et celui de ses vivants… mais surtout il apprendra à retrouver un passé enfoui est une relation complexe entre amour et mort…

Reprenant des éléments de Batman dans un univers vaudou complexe, Shadowman apporte une vraie originalité dans la relation que le porteur du Loa Jack Boniface assume avec cet esprit violent qui en fait le fléau des esprits maléfiques …mais aussi de ses contemporains! La part d’ombre et la violence intrinsèque du héros le rapprochent du Bruce Wayne tourmenté chassant ses chimères.

Résultat de recherche d'images pour

La première partie qui entre en matière très rapidement introduit le porteur de Shadowman et son ascendance ainsi que le grand méchant Darque, une des grandes forces du comics! L’intrigue est très classique mais permet d’introduire les différents personnages et l’univers magique de la série.

Puis un second arc voit Darque tenter une bonne fois pour toute de rompre la barrière entre les mondes. Le fait de laisser son rôle très mystérieux en regard de sa puissance qui rend le Shadowman relativement dérisoire, apporte une tension inattendue. Si les pages se déroulant dans le monde réel sont très correctes graphiquement, celles situées dans l’autre monde sont remarquable, la technique utilisée instaurant une atmosphère voilée et sombre très originale et bien vues.

Résultat de recherche d'images pour

L’intégrale nous propose ensuite de découvrir l’origine de Darque. Cette partie arrive a point nommé pour réactiver la connaissance de cet univers. L’un des meilleurs moments de l’intégrale.

Les épisodes suivants sont très anecdotiques, histoires courtes du Shadowman de couplées de l’intrigue principale, avec des dessins très inégaux. C’est un peu le principe d’une intégrale que d’avoir l’ensemble des histoires qu’elle que soit sa qualité.

Le gros arc s’oriente sur un Jack Boniface luttant avec son Loa, esprit qui le hanté et le rend violent… on continue à avoir une explication progressive de l’univers de Shadowman. C’est appuyé par des dessins remarquables de Roberto De la Torre qui avait introduit les séquences du monde des morts sur le premier arc.

Si le destin de maître Darque et de Dox sont très surprenants, ils prennent cohérence une fois toute la série achevée. Commençant en série d’action avec des dessins chouettes mais assez classiques notamment sur la colorisation, Shadowman évolue dans sa seconde de partie vers un drame plus intimiste, liant l’histoire tragique de Jack avec la malédiction familiale appuyée par un graphisme plus adulte, plus complexe et une chute à la fois inéluctable, tragique et permettant une prolongation passionnante.

Résultat de recherche d'images pour
Cette intégrale paraîtrait au final presque comme une introduction à une large saga qui ne ferait que commencer. Quel plaisir en tout cas de voir une BD de super-héros ( mais en est-ce une?) aussi mâture et assumant des choix scénaristiques risqués.

Bliss vient de sortir le crossover ninjak/shadowman Rapture, qui devrait prolonger le récit. Après des hauts et des bas pendant la lecture, dus notamment aux nombreux changements de dessinateurs, à l’entrée en matière assez abrupte et aux quelques épisodes dispensables en milieu de volume, cette intégrale, outre le fait d’être un beau bouquin, est au final une très belle expérience, une belle découverte graphique et une immersion dans un univers fascinant que l’on n’a que très rarement l’occasion de voir en BD. Du coup j’attends avec impatience de lire ce qu’il adviendra de Jack Boniface…

note-calvin1note-calvin1note-calvin1note-calvin1

Achetez-le badge-cml

Et la critique vidéo de Sweepincomics.