****·BD·Documentaire·Graphismes·Nouveau !·Numérique·Service Presse

Joe Shuster, un rêve américain

Le Docu du Week-End

 

Roman graphique de Julian Voloj et Thomas Campi
Urban (2018), 184 pages, one shot.

bsic journalism

joe-shusterL’album comprend 158 planches, une préface, une post-face du scénariste expliquant le projet et une vingtaine de pages de références et citations de différentes cases de l’album. Il s’agit d’un véritable roman graphique qui n’est pas lié à l’éditeur DC mais lancé par Julian Voloj  qui a recruté l’italien Thomas Campi pour l’occasion. La dimension documentaire est évidente et c’est ce qui rend l’album passionnant, avec la post-face qui détaille l’enquête du scénariste et l’aspect très documenté du livre. L’ouvrage a été lu en numérique, je ne peux donc commenter la fabrication par l’éditeur français Urban.

Deux jeunes américains installés avec leurs familles à Cleveland vont inventer un mythe en même temps qu’un genre éditorial dont la popularité est aujourd’hui mondiale: Superman et les super-héros! Le récit est fait au travers du dessinateur, jeune juif dont la famille a émigré récemment au Canada et qui rêve de faire de la BD. On apprend comment son ami Jerry Siegel invente Superman et son histoire, comment ils parviennent dans un premier temps à vivre de leur création avant de constater qu’ils se sont fait manipuler par un éditeur cupide qui les laissa ensuite dans une quasi-misère!…

Résultat de recherche d'images pour "joe shuster campi"Comme souvent c’est le graphisme qui m’a fait venir à cet album improbable, et c’est l’histoire qui m’a passionné! Une histoire humaine, les auteurs derrière le mythe. La chronique d’une époque, l’Amérique des années 30-40, le monde de l’édition de comics de l’intérieur, où l’on croise certains Stan Lee ou Bob Kane, où l’on apprend mille détails peu connus sur la réalité de ces héros de l’imaginaire (comme après exemple le fait que Bob Kane co-créa Batman en s’accaparant toute la gloire, auteur qui avait les pieds sur terre et que le dessinateur Campi n’hésite pas à comparer à son Joker…). C’est une histoire dramatique que l’on lit. Après les premières années de jeunes rêveurs, très vite la réalité des froids capitalistes les rattrape et les écrase: on leur vole leur création par un contrat trop vite signé, qui cède l’intégralité de la propriété du personnage à l’éditeur, de façon perpétuelle! De jeunes naïfs ont commis l’erreur de leur vie et alors que le créateur de Batman et d’autres auteurs aujourd’hui réputés deviennent rapidement très riches, eux passent une vie de rigueur, Siegel hanté par ce vol et Shuster rattrapé par des problèmes de santé et de vue. Ce n’est finalement que grâce à la sortie du film de Richard Donner et de l’argent que le studio Warner s’apprêtait à engranger que les deux auteurs sont finalement reconnus comme les créateurs de Superman et mis hors du besoin, à soixante ans passés… Une histoire incroyable que personnellement je ne connaissais absolument pas et qui donne beaucoup de précisions sur le fonctionnement d’un monde éditorial qui n’a sans doute pas tellement changé de l’autre côté de l’Atlantique. La question du droit d’auteur est essentielle et la situation chez l’Oncle Sam explique la fréquence des rappels des auteurs des personnages, chose moins courante chez nous.

Résultat de recherche d'images pour "joe shuster campi"Côté dessins Campi aborde deux techniques entre le récit de Shuster et l’époque récente. Le scénariste souhaitait représenter la vieille Amérique de l’Age d’Or dans un graphisme proche des tableaux de Hopper et son dessinateur y parvient parfaitement en offrant des planches très belles, colorées et esthétiques. L’élégance très rétro nous immerge dans une époque utopique où les valeurs semblaient simples et raccord avec l’idéal d’auteurs perdus dans leurs imaginaires. Résultat de recherche d'images pour "joe shuster campi"L’album nous montre aussi beaucoup de références qui ont permis d’aboutir à Clark Kent ou à Superman: Harold Loyd, les immeubles de l’époque, Moïse et les BD pulp de science fiction de l’époque… mais aussi des planches originales très rares des autres créations du duo.

L’album est gros mais se lit d’une traite, passionnant de bout en bout en nous présentant autant la démarche créative, l’amitié de deux gamins des années 30, le marché du comics et l’argent qu’il génère… on a le sentiment d’avoir absorbé une histoire du comic américain aussi facilement que le visionnage d’un documentaire animalier. Le travail de Julian Voloj a du être très conséquent et accouche d’un grand album que je vous invite très vivement à vous procurer, que vous soyez amateur de comics ou non.

note-calvin1note-calvin1note-calvin1note-calvin1

Achetez-le

badge-cml

Publicités
****·BD·Documentaire

Le docu du week-end #4

Le Docu du Week-End

Les larmes du seigneur afghan
BD de Pascale Bourgaux, Vincent Zabus et Thomas Campi
Dupuis/Air ibre (2014), 80p.

9782800158464-couv-m800x1600En 2012 la grand-reporter belge Pascale Bourgaux sort son documentaire sur un seigneur de guerre afghan, compagnon d’arme du commandant Massoud et baron local du nord de l’Afghanistan. Tournant depuis dix ans dans ce territoire, la journaliste a connu les évolutions de la situation depuis l’intervention américaine de 2001. Le documentaire témoigne de la nouvelle situation tragique qui voit une population désabusée et prête à rendre les rennes aux Talibans pour peu qu’ils garantissent la sécurité et l’éducation… En 2014 sort la BD du même titre: il s’agit d’une sorte de making-of, de transposition illustrée (certains plans sont repris du film), en bref ce qu’on appelle une adaptation.

Les occidentaux, vous êtes obsédés par la Burqa! Si cela pouvait être le seul problème des afghanes je serais ravie, Pascale.

Résultat de recherche d'images pour "les larmes du seigneur afghan bd"Il est probable que peu de personnes aient vu le film (diffusé une fois sur canal+) et la BD est l’occasion de s’immerger dans ce formidable récit, d’en ressentir la tension. Elle permet aussi de voir l’envers du décors. Les réactions de la journaliste quand elle craque, ses interrogations, les images tournées mais non retenues ou les séquences intégrales avant montage qui nous donnent à voir des discussions qui n’étaient pas montrables. Bien sur, il y a toujours une part de fiction (dans un film comme dans une BD) mais le projet d’adaptation, outre de très belles illustrations (et quelles couleurs!) est vraiment pertinent et donne à lire une œuvre à part entière. Je trouve simplement regrettable qu’aucune information ne soit donnée sur l’origine du projet, sur le film, sur l’auteur. Plus que toute autre BD, une BD-docu nécessite à mon sens un avant propos et des annexes permettant d’élargir son périmètre, de mieux appréhender ce que l’on vient de lire et de faire la part des choses entre le réel et le récit. L’album y perd beaucoup, en se terminant brutalement sur une page blanche de garde, c’est dommage.

Résultat de recherche d'images pour "les larmes du seigneur afghan bd"Après une entrée en matière classique qui m’a fait craindre un énième reportage illustré, j’ai été surpris par le stress ressenti dès lors que les personnages commencent leur voyage vers la région tribale de Mamour Hassan (le chef). Sans le son d’un reportage vidéo, sans le réel des images, le seul contexte rappelé, les dialogues des personnages, nous font ressentir à la fois l’urgence, le danger permanent et le fait d’être au bord du monde que l’on connaît. L’écart de culture, même chez cet ami puissant, respecté, adversaire radical des talibans, fait que l’incident peut survenir à tout moment. Un geste, une phrase déplacée peut jeter la honte sur un sage observé de tous, le contraindre par honneur à des gestes, des décisions qu’il ne souhaite pas et qui fragilisent l’équilibre entre la guerre civile et le retour à la civilisation de ce pays.

Le chauffeur était prêt à nous trahir. Mais quand il réalise que le prix de cette trahison risque d’être plus élevé que prévu il renonce.

Sans appuyer, par le seul témoignage, l’on a le sentiment de comprendre la réalité du pays de 2014: un pays rural, pauvre, peuplé de personnes pour qui la seule éducation est celle des mollah. Là le rôle du seigneur de guerre Mamour Hassan devient plus fondamental encore que celui du gouvernement central: c’est lui qui construit les écoles, qui nomme les instituteurs. Des instituteurs qui ont pour partie basculé dans le camp des talibans alors qu’ils sont fonctionnaires de l’Etat… Car l’Etat est Mamour Hasan dans cette province reculée. Résultat de recherche d'images pour "les larmes du seigneur afghan bd"Les Talibans sont déjà dans les têtes de populations qui ne voient pas arriver les milliards de l’aide occidentale, détournée par la corruption de Kaboul. Une population qui vit depuis des décennies dans une version  obscurantiste de l’Islam. Et seule l’autorité morale de Hasan maintient sa ville sur le chemin des Lumières. Dans cet environnement insidieux, caché, collaborationniste, la journaliste occidentale n’est acceptée que par-ce qu’elle est l’invitée du chef. Elle et son cameraman savent qu’à l’instant où le chef est parti ils sont en danger de mort.

Les larmes du seigneur Afghan est une BD très forte pour qui s’intéresse à l’actualité, au difficile sujet de la cohabitation entre deux cultures, l’Islam et l’Occident, à un pays probablement unique dans l’histoire du monde. Un pays qui cristallise depuis si longtemps les soubresauts du monde et dans lequel des habitants ne demandent qu’à sortir des projecteurs.

note-calvin1note-calvin1note-calvin1note-calvin1