***·Comics·Rapidos·Rétro

Siege

image-39
Comic de Brian M. Bendis et Olivier Coipel
Panini (2021), one-shot.

siege-must-have

A la tête du HAMMER et de ses Dark Avengers Norman Osborn est le nouvel homme fort du pays. Lorsque Loki se présente à lui il se laisse convaincre de la nécessité de déclarer la guerre à Asgard, terre étrangère hébergée sur Terre à la suite des évènements de Civil War et Secret invasion. Le duo provoque un incident qui déclenche l’attaque. La bataille des Dieux contre les Dark Avengers puis avec les Avengers commence…

Comme l’éditeur français de la Distinguée Concurrence, Panini a lancé depuis quelques années une collection fort alléchante de « must-have » bien pratiques pour ceux qui comme moi restent un peu en retrait des foultitudes d’arcs infinis de l’univers Marvel. Avec la garantie de se lancer dans les lectures indispensables et marquantes on peut alors piocher sur ses personnages préférés ou les top-dessinateurs du monde des super-slip. Le soucis c’est que les liens entre ces arcs majeurs sont tellement étroits que l’on tombe parfois sur un os avec le sentiment d’arriver au milieu du gué. Ne vous inquiétez pas, votre hôte est là pour essuyer les plâtres et vous défricher non seulement ce qui vaut le coup mais… l’ordre dans lequel il faut lire ces albums. Et pour faire bref, Siège nécessite des lectures préalables pour apporter toute sa saveur.MARVEL DELUXE - SIEGE de Brian M. Bendis & Olivier Coipel -  hellrick.over-blog.com

En effet on ouvre cette courte mais fort sympathique baston avec un contexte qui laisse sans voix: Asgard est situé sur Terre (en Oklahoma…), Osborn (le Bouffon vert, ennemi de Spider-man) est à la tête d’Avengers qui comprennent Vénom, Wolverine, Hawkeye ou Sentry (personnage pour lequel je vous invite vivement à lire le billet de Dahaka avant de vous plonger dans Siège). Côté gentils on a rien de moins que deux Captain America, un autre Hawkeye, Miss Marvel et Spider-girl… Bref pas mal de bazar dans le who is who pour un lecteur qui suivrait tout cela principalement via le MCU. L’intrigue est simplissime puisque cet event très axé fan-service est surtout là pour résoudre les incidences de Civil War et Secret Invasion avant le chamboulement global de Secret wars. N’ayant pas encore lu Secret invasion (qui vient de sortir en Must-Have) je ne saurais aller plus loin dans les liens entre les deux. Conscients de cette difficulté les éditions Panini proposent en fin de volume un important dossier permettant à la fois de comprendre ce qu’on vient de lire mais aussi de plonger dans l’histoire des super-héros Marvel. Bon point.Practitioners 20: Olivier Coipel | Beyond the Bunker

Pour revenir à nos moutons, le principal intérêt de ce Siège (qui est plus une bliszkrieg en fait…) repose sur les planches parfaites d’un Olivier Coipel au trait mature et qui propose juste ce qui se fait de mieux en matière de super-héros avec un certain Stuart Immonen. Aux dessins sur tout l’album (hormis un prologue dessiné par Michael Lark) il nous propose des plans hyper-dynamiques parfois en doubles pages, quelques grandioses panorama et les inévitables poses collectives. On est là pour ça et on ne boude pas son plaisir de voir Thor et Sentry se projeter au-travers des tours d’Asgard. Si l’album devait être adapté au cinoche il n’y a qu’un Michael Bay qui serait apte à rentrer dans la subtilité du joujou… On parle de Sentry, c’est l’autre point fort de l’album, https://i0.wp.com/www.4thletter.net/wp-content/uploads/2011/02/bhm-coipel-siege-02.jpgavec un aspect très sombre et inquiétant sur un certain nombre de cases, jusqu’à l’évènement central, inattendu et choquant que l’on ne pensait pas pouvoir trouver ailleurs que dans Injustice. S’exonérant comme jamais du Comic code authority, Brian M. Bendis arrive ainsi à proposer des séquences très gonflées dans un cadre archi-formaté. Son méchant devant dépasser le pitch de départ (on a quand-même les plus grands méchants de Marvel qui remplacent les Avengers sur Terre!), on nous envoie donc un super-man déviant et implacable qui va contraindre Thor à user de toute sa puissance.

Frustrant, court mais intense, ce Siege n’est peut-être pas un véritable Must-have (ou pour Coipel) mais c’est un vrai bon moment de pop-corn à la très bonne tenue, finalement pas si fréquent dans l’océan des albums de la Maison des idées. Si vous aimes les beaux dessins et les comics de héros pas trop prise de tête (adorateurs de HoX/PoX passez votre chemin…), attrapez Secret invasion et Siege lors de votre prochain passage chez votre dealer, mettez la bière au frais et Rock’n’roll!

note-calvin1note-calvin1note-calvin1

*****·BD·East & West·Nouveau !·Service Presse

Vei

La BD!

Recueil de 344 pages de la série (inédite en France) écrite par Sara Elfgren Bergmark et dessinée par Karl Johnsson. Parution aux éditions Ankama le 14/05/2021. 

bsic journalism

Merci aux éditions Ankama pour leur confiance.

Sur les épaules des géants

Sur le drakkar affrété par le prince Eidyr, la tension a cédé au désespoir. Affamé, assoiffé, l’équipage a perdu de vue l’objectif de sa traversée, à savoir trouver et conquérir Jotunheim, la terre légendaire des géants des glaces. Alors que les marins ont presque cédé à la folie, ils trouvent flottant au milieu des eaux, le corps d’une jeune femme, qu’ils ramènent à bord et qui se révèle, contre toute attente, encore vivante. 

Vei, la miraculée, va cependant faire rapidement face à la convoitise des hommes, qui voient dans cette pêche providentielle une source de nourriture que leur situation a rendue alléchante. Qu’à cela ne tienne, Vei se défend férocement avant d’être finalement maîtrisée. Aidée par Dal, l’esclave de l’ambitieux prince Eidyr, Vei passe un marché avec l’équipage: elle les guidera jusqu’à Jotunheim, sa terre natale, afin de se soustraire aux estomacs vikings. 

Arrivés sur Jotunheim, les conquérants sont rapidement capturés par un gigantesque Jotnar, à l’exception de Dal, qui devient cette fois, assez ironiquement, dépendant de Vei pour sa survie. Dal, qui vénère Odin, le chef du panthéon nordique, doit donc compter sur une hybride d’humain et de Jotnar pour survivre sur la terre des ennemis des ses dieux. 

Le guerrier viking va néanmoins découvrir, que, comme dans bon nombre de conflits, le tout est une question de point de vue, car les Jotnar, dépeints comme des monstres sanguinaires, règnent de façon relativement bienveillante sur les humains de leur terre, qui les vénèrent comme des dieux. Chaque géant à son « troupeau » d’humain, parmi lesquels un élu, le Ran, est désigné à chaque génération. 

Il se trouve que Vei est le Ran de son troupeau, celui du géant Veidar. Les Ran sont entraînés pour Mistarileikir, un combat légendaire et putatif entre les Ases, dieux d’Asgard, et les Jotnar. Les vainqueurs de ce tournoi millénaire gagnent le droit de régner sur Midgard, la Terre, que convoitent les deux parties. 

Ultimate Showdown of Ultimate Destiny

Manque de bol, le Mistarileikir est pour cette année, obligeant Vei à participer aux joutes, qui depuis des millénaires, tournent invariablement en faveur des dieux asgardiens. La jeune femme va donc devoir lutter pour sa vie ainsi que pour le devenir de son peuple, alors qu’autour d’elle se jouent des complots et duperies dont seules  les divinités ont le secret. 

Afin de vaincre ses adversaires, Valkyries sanguinaires et monstres en tous genres, Vei va devoir rivaliser d’adresse et d’ingéniosité. Alors que ses camarades Rans tombent les uns après les autres, la jeune guerrière, soutenue par Dal, va également bénéficier des conseils avisés d’un dieu d’asgard, qui favorise son propre agenda. 

Vei fait une entrée fracassante en France par le biais des éditions Ankama. Revisitant habilement les mythes nordiques, Sara Bergmark offre une geste épique, en prenant le parti d’une introduction mystérieuse et cryptique. Dans le premier chapitre, Dal nous sert de substitut, car nous découvrons en même temps que lui le monde de Jotunheim, ses dangers et sa beauté intrinsèque, ce qui a pour effet de nous plonger dans le récit avant même que les enjeux ne soient clairement établis.

Lorsque la perspective d’un tournoi à la Dragon Ball se présente, on est tenté d’anticiper la redondance et la succession des combats, ce qui, vue la pagination, peut décourager. Or, il n’en est rien, l’histoire trouve le parfait équilibre entre combats, intrigue et relations des personnages. Le rythme est donc très bien dosé, ce qui rend les 344 pages hautement digestes, d’autant que leur graphisme maintient un niveau élevé du début à la fin. D’ailleurs, on note que les différences d’échelle entre humains, Jotnars et asgardiens est très justement mise en scène, jusqu’au final épiques dignes des plus grandes sagas nordiques.

En conclusion, Vei est un must pour les amateurs de Fantasy, de mythologie nordique (et de géants !).

****·BD·Guide de lecture·La trouvaille du vendredi·Rétro

Thorgal: le cycle de Jolan

La trouvaille+joaquim

BD de Jean Van Hamme, Yves Sente et Gzegorz Rosinski
Le Lombard (2006-2010), cycle de 4 volumes.

Ce quatrième et dernier billet traite de ce qui est pour moi le chant du cygne de cette magistrale série. Jean Van Hamme souhaitait achever la série depuis plusieurs albums on le sait et la passation se déroulera sur l’album Moi Jolan. Le scénariste de la reprise, Yves Sente n’est pas un inconnu: directeur de collection au Lombard (l’éditeur de Thorgal et du one-shot de Van Hamme-Rosinski Western), il a fait ses classes sur le relaunch de Blake & Mortimer (en parallèle à Van Hamme) et a rencontré Rosinski sur une très belle variation sur le Comte de Monte-Cristo qu’ils ont réalisé ensemble (la Vengeance du comte Skarbek). C’est à l’occasion du Sacrifice que ce dernier mets superbement en application sa technique en couleur directe qu’il a expérimenté sur Skarbek.

Tentant de sauver Thorgal, gravement malade suite aux épisodes précédents, Aaricia, Jolan et Louve trouvent une aide inespérée en la personne du dieu Vigrid qui leur indique qui pourrait le sauver: Manthor le magicien, tapis dans l’Entremonde. Pour cela Jolan va devoir faire un serment qui l’amènera à l’aube de l’âge adulte sur les terres des Dieux où il va défier à son tour la Loi d’Odin…

Liste des critiques concernant ThorgalDrôle de cycle charnière, ces quatre albums proposent un magnifique adieu de l’auteur originel dans un émouvant parallèle entre le père/le fils et le créateur/son personnage sur la dernière page du Sacrifice, qui peut être un très bel album conclusif à la série après vingt-six ans de bons et loyaux services. De nouveaux lecteurs ont ainsi pu entamer leur découverte avec la passation de flambeau à Jolan… avec l’interrogation de savoir si la série devait changer de nom. Laissant ces tergiversations commerciales de côté, Sente propose une superbe aventure magique sur les terres de l’Entremonde et d’Asgard avec la première apparition des dieux majeurs et d’Odin sur les planches de la série! Excellente idée que de rompre ainsi une digue savamment maintenue jusqu’ici et interdisant à Thorgal de rencontrer ses tortionnaires. Jolan qui restait jusqu’ici un personnage secondaire avec quelques épisodes forts comme sur la Couronne d’Ogotaï, renverse la donne et laisse Thorgal un peu piteux se débattre avec Aaricia et le rejeton de Kriss, l’inquiétant enfant muet Aniel. Ainsi tout en lançant son nouveau héros, le scénariste maintient un fil narratif vers les futurs albums. Si cela finira de façon sassez catastrophique (artistiquement parlant), l’idée n’était pas mauvaise et nous tient en haleine avec une forte envie de tourner les pages tout en savourant les cases toutes plus belles les unes que les autres. Rosinski a sans doute atteint ici le sommet de son art. avant de se caricaturer sur la fin du cycle de Ka-Aniel…

Thorgal (Édition Spéciale 30 Ans) (tome 30) - (Grzegorz Rosinski / Yves  Sente) - Heroic Fantasy-Magie [CANAL-BD]Ce cycle, en assumant sa dimension fantastique, permet à l’artiste d’aller plus loin que jamais dans un superbe design de créatures et architectures de ces lieux magiques. A ce titre la bataille entre l’armée de chiffon et celle des géants de Loki est un monument où l’auteur se régale comme jamais depuis les grandes heures du Chninkel. La galerie de personnages de l’univers de Jolan est haute en couleur et si les marqueurs naïfs de la série restent présents et assurent une continuité, on sent un vrai vent de fraicheur, une vraie envie collectif de relancer cette série moribonde. Si l’on peut déterminer un bon passage de témoin à une nouveauté qui ne dépayse pas le lecteur, on peut dire que la transition Van Hamme/Sente s’est faite excellement. Sous la forme d’un voyage initiatique parsemé d’épreuves, cette quadrilogie nous fait presque oublier Thorgal qui a infusé sa morale d’airain en son fils, ce qui permet de retrouver le sel du personnage dans son fils, encore jeune et naïf. Cette dimension divine sera assumée dans les séries spin-off lancées par la suite par Sente en prévision d’un nouveau passage de témoin sur la série mère.

Thorgal (en allemand) -32- Die schlacht von AsgardLes intermèdes avec Thorgal à la poursuite des ravisseurs d’Aniel sont plus laborieux car un peu décalés, comme un monde d’avant qui refuse de mourir… Après la Bataille d’Asgard l’album Le bateau-sabre permet une jolie aventure neigeuse pour Thorgal après que Manthor ait missionné ses « avengers » (Jolan et ses compagnons dotés de capacités exceptionnelles) pour bouter les forces de l’envahisseur chrétien hors des terres du Nord. Outre que cette immiscion historique dans une série uchronique tranche avec l’ADN de la saga, Jolan disparaît purement et simplement, et brutalement, pour laisser Thorgal partir vers Bagdad. Après quoi les trois albums qui forment le cycle des mages rouges verse dans le n’importe quoi tant scénaristique que graphique, avec le passage express de Dorison sur un unique album avant le sauvetage en urgence par Yann, le scénariste de La jeunesse de Thorgal. N’étant pas dans les arcanes des éditeurs je ne connais pas l’origine du problème. Est-ce que le projet était foireux et a usé trois scénaristes-pompiers? Est-ce un conflit interpersonnel ou artistique? Toujours est-il que pour moi la série Thorgal s’est arrêtée là, en cours de route, lassé de rajouter de mauvais albums à une série qui ne le mérite pas. Suite au départ de Rosinski les albums semblent mieux montés et fréquentables, pour peu que l’on conçoive de lire une série de BD sans ses deux créateurs. Car il faut bien reconnaître que pour les trois séries majeures conçues par Jean Van Hamme, aucune des trois, si leurs lectures pos-transition restent acceptables, bine loin est le temps où elles faisaient la gloire du neuvième art…

note-calvin1note-calvin1note-calvin1note-calvin1