**·BD

Les Chroniques d’Under York #3: Confrontations

La BD!

Troisième tome de la série écrite par Sylvain Runberg et dessinée par Mirka Andolfo. Parution le 08/07/2020 aux éditions Glénat.

Un ver dans la Grosse Pomme

Conclusion de la bataille qui oppose le démon babylonien Marduk aux sorciers de l’Under York, ce microcosme souterrain ancré dans les fondations de la Grosse Pomme. 

Allison Walker, qui s’était imposé l’exil à la surface pour ne pas avoir à subir le joug de sa famille, a remis le couvert et s’est lancée, accompagnée de son frère Bayard, dans une mission dangereuse visant à stopper le démon avant qu’il ne s’empare de la ville. 

Alors que les deux précédents tomes abordaient habilement les thèmes de l’acceptation de soi et de l’empowerment féminin, grâce à une habile prémisse, ce troisième volume se concentre sur la conclusion du récit, avec en base thématique le sacrifice. 

Car en magie, on le sait, tout est question d’équilibre et de prix à payer. Le souci qui s’impose toutefois ici, et qui pointait déjà le bout de son nez dans l’album précédent, est que ces règles ne sont peu ou pas expliquées par l’auteur. Bien qu’implicites, elles  auraient gagné à être rappelées dans le cadre du récit, qui aurait ainsi gagné en puissance et en cohérence lors de sa conclusion. 

A la lecture de Confrontations, on est vite submergé par une sensation de hâte, voire de lassitude, que l’on imagine partagée par l’auteur, qui s’empresse d’enchaîner les événements, comme pour franchir enfin la ligne d’arrivée. Les sorciers parviennent à leurs fins, certes, mais de façon mécanique et sans grand intérêt, étant donné le système de « magie douce » qui rend tous les affrontements superfétatoires.

Il aurait été bien plus intéressant qu’Allison et Bayard formulent un plan durant le deuxième tome, grâce à une connaissance acquise chèrement, puis que ce plan, ô surprise, ne survive pas au contact de Marduk, qui au lieu d’assister passivement à la vampirisation du NYPD à la façon d’un rentier qui surveille narquoisement son cash flow mensuel, aurait justement œuvré pour éviter de revivre la même défaite que jadis.

Ceci aurait forcé Allison, Bayard et les autres sorciers à puiser en eux-mêmes pour vaincre le démon en usant d’un autre procédé et le sacrifice final n’en aurait été que plus fort. Une telle articulation, pourtant pas si savante, aurait dynamisé ce troisième acte quelque peu brouillon. 

Le dessin de Mirka Andolfo n’est ici pas en cause, puisqu’il reste dynamique et d’agréable facture, comme pour les deux précédents tomes. Les Chroniques d’Under York se terminent donc par une fausse note, la dysharmonie est d’autant plus forte que la série débutait très bien. 

Gageons que le scénariste Sylvain Runberg a raté cet album, occupé qu’il doit être à confectionner le prochain Wonder Woman avec Miki Montllo… 

***·BD·Comics·Nouveau !

Les Chroniques d’Under-York #2: Possession

La BD!

Deuxième tome d’une trilogie écrite par Sylvain Runberg et dessinée par Mirka Andolfo, 60 pages, parution le 18/03/2020 aux éditions Glénat.

 

Vivons heureux, vivons cachés

Alison Walker est une jeune new-yorkaise en apparence sans attaches. En apparence seulement, car la jeune artiste en devenir a, en réalité, fait le choix de fuir sa famille et de dévier du chemin qui lui était tracé par son clan.

Alison n’est pas une fille ordinaire, car elle est issu d’une communauté ancestrale, qui détermine en secret et grâce à la Magie le sort de New-York, recluse dans un sanctuaire sous-terrain invisible aux yeux des mortels. Alison avait d’autres ambitions et a donc décidé, au grand dam de ses parents, de délaisser sa prometteuse vocation de magicienne afin de les concrétiser.

C’est ainsi que nous la découvrons dans le premier tome, alors qu’elle va être rattrapée par ce monde magique qu’elle cherchait à fuir. Alison va devoir faire équipe avec son frère Bayard pour stopper une série de perturbations et d’attaques magiques, sans se douter que c’est non pas le sort de la ville, mais du monde entier qui est en jeu. Sera-t-elle aussi réticente lorsque la vérité lui apparaîtra ?

The Voodoo that you do

L’intérêt des Chroniques d’Under-York réside avant tout dans l’originalité de sa prémisse. Bien sûr les mondes magiques et cachés ont été évoqués et visités à l’envi auparavant, il n’en demeure pas moins que l’aspect visuel de l’Under-York, pentagramme servant de fondations à New York, reste saisissant et impose immédiatement à l’esprit du lecteur le concept de départ.

L’idée de revisiter la Gross Pomme sous l’angle de la sorcellerie ouvre la porte à des intrigues potentiellement passionnantes, entre luttes de pouvoir et influences occultes. Le scénariste débute ainsi cette exploration en mettant en scène la prochaine élection municipale, où se jouent autre chose que les taxes locales.

Néanmoins, à ce stade de la trilogie, l’intrigue principale, qui met Alison et Bayard sur la piste du démon babylonien Marduk, ne brille pas par son originalité, mais elle demeure bien construite. Nous en restons pour l’instant à un chassé-croisé entre les héros et le démon tout au long de l’album, avec, concédons-le, un cliffhanger saisissant qui donne envie d’enchaîner avec le tome 3, même si a priori, la situation ne peut-pas être aussi désespérée qu’elle y paraît, magie oblige.

A propos de magie, une des observations que l’on pourrait en faire dans Chroniques d’Under-York est, qu’alors que la volonté de l’auteur est assez explicitement établie (au travers de sa protagoniste) de se démarquer de la saga Harry Potter, le type de magie utilisé n’en diffère pas vraiment. Certes, plusieurs pratiques et ethnies y étant rattachées sont représentées (le clan d’Alison pratique le vaudou, un clan rival pratique le druidisme, etc), mais au final, on a quand même droit à des sorts relativement classiques, le tout dans un système dit de « magie douce » (par opposition à la « magie dure« , où les règles et les limites sont clairement établies).

Toutefois, ce que les Chroniques d’Under-York parviennent à faire, c’est rendre attachante la protagoniste Alison, par le biais notamment, d’un journal intime, dont les entrées disséminées au fil de l’album permettent d’approfondir le personnage en fouillant son vécu douloureux. Le thème de l’exclusion, de l’ostracisme, et celui des différences, sont opportunément illustrés par Alison, que ce soit dans sa volonté de s’exiler pour vivre sa propre vie ou encore son désir d’aider les plus démunis.

Les dessins de Mirka Andolfo sont impressionnants de dynamisme, on sent d’ailleurs l’influence notable de certains artistes issus du comics, Michael Turner en tête.

Les Chroniques d’Under-York est donc une œuvre pêchue bâtie sur une prémisse prometteuse, une trilogie à suivre !