****·BD·Nouveau !

Lucky Luke: un cow-boy dans le coton

La BD!
BD de Achdé et Jul
Lucky comics (2020), 44p., one-shot.

couv_406050Alors qu’il vient de rencontre son vieil ami le Marshal Bass, Luke apprend qu’il hérite d’une vaste plantation de coton dans le Sud. Alors que l’esclavage a été aboli et que la société sudiste accepte mal sa disparition, Luke va se retrouver au beau milieu de pas mal d’ennuis…

Cela faisait des lustres que je n’avais pas lu de Lucky Luke et pour cette reprise j’ai été plutôt surpris par le ton politique de l’album. Sur le plan purement Luckien je reconnais que c’est un peu léger, le déplacement du contexte vers la Louisiane, la brièveté de l’album et le choix de développer des thématiques complexes ne permettent pas vraiment de belles rigolades et bagarres typiques de l’Ouest façon Morris. Visiblement c’est le sujet lui-même qui a fait couler beaucoup d’encre et j’avoue que les commentaires de lecteurs que j’ai lu ici et là m’inquiètent pas mal quant à une idéologie réactionnaire à laquelle je pensais les lecteurs de BD étanches… Je m’efforce de maintenir ce blog le plus neutre possible et réserve mes commentaires sociétaux sur les BD documentaires, mais de par son approche on pourrait presque classer cet album dans ce genre tant les auteurs ont voulu faire de la pédagogie auprès des jeunes lecteurs en leur expliquant clairement la société féodale et fasciste qu’était le Sud américain au sortir de la Guerre se Sécession. Nombre de grandes séries classiques ont abordé sans détour le racisme et d’autres oppressions et je crains que les commentaires des lecteurs sur cet album ne reflètent le poids politique de l’extrême-droite dans le débat public. C’est assez glaçant… Sous couvert de respecter les canons de la série (premier conservatisme: pourquoi une vieille série ne devrait pas bouger?) il ne faudrait pas parler de sujets de fond? Pourtant Morris comme Gosciny ou Franquin ont toujours assumé le rôle de vecteur des idées pour la BD.

Alors oui on aborde frontalement le racisme, le KKK présenté comme un ramassis de débiles (comme un peu tout le monde dans Lucky Luke) mais surtout de violents, les noirs ne sont pas en reste car peureux et feignants mais sauvés par la figure de l’institutrice et du Marshal Bass, figure désormais connue et mythique… qui vole un peu la vedette à un Luke assez passif et désorienté par la complexité des problèmes qu’il doit résoudre en décidant de céder les terres aux anciens esclaves. J’ai trouvé pour ma part que sur ce sujet miné les auteurs étaient clairs et présentaient une situation crédible.

Les codes restent globalement respectés avec une évasion de daltons torturés à coups de lecture, Avrel mange du savon (!!), on se bagarre un peu et les méchants sont très méchants. Les auteurs insèrent du reste des citations anachroniques comme on les aime avec un petit Barack et une petite Oprah et je les remercie d’avoir osé utiliser ce média lu par des centaines de milliers de lecteurs pour rappeler une réalité que certains préfèrent laisser dans les oubliettes de l’histoire. A ceux-là je conseillerais de prolonger la lecture par une lecture indispensable, la trilogie Wake up america parue chez Rue de Sèvres.

note-calvin1note-calvin1note-calvin1

****·BD·Nouveau !

Sur un air de fado

La BD!
BD de Nicolas Barral
Dargaud (2021), 160p, one-shot.

couv_413630

mediathequeEn 1968 dans une calme Lisbonne soumise aux exactions de la police politique de Salazar le « Doutor » Fernando Païs arpente tranquillement les rues qui le mènent voir ses patients, certains situés dans des cellules de la prison. Coureur et refusant de sombrer dans la lourdeur du contexte politique, il se faufile depuis ses jeunes années entre jolies révolutionnaires et une famille adepte du pouvoir…

Sur un air de Fado - BDfugue.comPour ma première immersion dans un album de Nicolas Barral (connu jusque là principalement sur sa participation à la reprise de Nestor Burma après Tardi) j’ai été impressionné par l’écriture et la maîtrise scénaristique de cet auteur complet. Si je ne suis pas de prime abord très adepte de ce type de dessins « classiques », son découpage lent et académique (qu’on peut retrouver chez Juillard par exemple) instille brillamment une atmosphère qui fait partie intégrante de ce projet de reconstitution d’une vie calme sous une dictature qui se ferait presque oublier sous la chaleur et les nuits de Fado. La couverture est en cela particulièrement bien trouvée en reflétant ces deux façades où de gentils papy peuvent cacher des informateurs de la police et où les geôles abritent autant de violentes brutes que de grands professionnels.

Le personnage du docteur, qui emprunte ses traits à Benicio Del Toro est au cœur de l’ouvrage et particulièrement intéressant. Il ne s’agit pas de monter un jaune ou un collabo, loin de là. On découvrira que cet épicurien a su faire montre de courage par le passé. Il n’est pas non plus un traumatisé condamné à la passivité. Non, il s’agit bien d’un homme libre qui refuse de se retrouver enfermé dans un conflit idéologique. Un rêveur qui croit encore que sous la dictature peuvent perdurer les amourettes et le fado, qui ne veut pas se faire dicter une conduite qui vise BD : "Sur un Air de Fado" (Nicolas Barral / Ed. "Dargaud") | Ardenne Weble bonheur. Egoïste assurément dans son refus de l’action collective. Courageux aussi quand il doit sauver des camarades pour les beaux yeux de la belle. par intérêt bien sur. Mais pas que?

En cela le Doutor est une véritable figure héroïque placée dans un faux-semblant historique où l’auteur nous rappelle ce qu’a été cette dictature fasciste au cœur de l’Europe où les humanistes et la jeunesse n’avaient aucune perspective. Il nous rappelle en cela le magnifique Matteo, comme une sorte de cousin lusitanien du beau parleur au nez aquilin qui traverse son époque tout en y participant. Et confirme par cette comparaison la très grande qualité de cet album.

note-calvin1note-calvin1note-calvin1

****·Manga·Nouveau !

Asadora! #2-3

esat-west

Manga de Naoki Urasawa
Kana (2020-)/ Shogakukan (2018-), série en cours, 3 tomes parus (4 au Japon).

asadora-t2-kanacouv_402354

Asa Asada manque de reconnaissance! Dernière d’une famille nombreuse dans le Japon de 1959, personne ne se rappelle de son nom… Pourtant elle ne manque pas de tempérament et de détermination. Lorsqu’un Typhon ravage sa ville natale elle mets tout en œuvre pour aider les rescapés, avant même l’arrivée des secours. La voilà embarquée dans des aventures qui feront d’elle une as de l’aviation, avant que quelques années plus tard un mystérieux agent du gouvernement lui demande de venir en aide à son pays…

Asadora tome 3 - BDfugue.comJ’ai découvert cette série à l’occasion du jury BDGEST’arts et suis immédiatement tombé fan de cet auteur et de son héroïne. Je n’ai pu parler que très rapidement du premier volume, alors vue la qualité de la série je voulais vous parler plus en détail d’Asa…

Après un démarrage sur les chapeaux de roue, on continue à suivre Asa enfant dans le second tome qui nous montre comment elle en est venue à apprendre le pilotage, avant de basculer des années plus tard dans le troisième volume où, adolescente, elle se retrouve tiraillée entre ses envies de jeune fille des années soixante (et le projet de girls band de ses copines) et son esprit responsable qui la pousse à devenir… agent secret!

Jouant sur les temporalités (j’avoue que je regrette un peu de quitter si vite la pétillante gamine des deux premiers volumes…), Urasawa déroule son récit avec une maîtrise technique impressionnante, que ce soit dans le découpage, l’expressivité des personnages et les ficelles classiques mais efficaces du feuilleton. Avec une galerie de personnages et de tronches tous plus réussis les uns que les autres on ne s’ennuie pas une seconde dans une histoire dense qui égrène lentement ses indices reliant les premières images d’apocalypse Kaiju du premier volume avec la jeunesse de l’héroïne. Entre la tradition et la modernité naissante du Japon des sixties, la série est totalement accessible à un lectorat occidental, comme rarement un auteur japonais aura su le faire. Je suis assez peu intéressé par la psycho-sociologie japonaise qui est souvent décrite dans les manga, pas plus que par les détails sur le japon historiques et j’ai été ici tout à fait pris dans ce vernis qui fait par moment penser à la langueur d’un In the mood for love.

Asadora ! #3 • Naoki Urasawa – La pomme qui rougitL’aspect fantastique reste pour le moment totalement … fantastique (dans son sens littéraire) soit en sous-texte et permet de créer une tension légère en poussant Asa vers une double vie lorsqu’un ancien officier de son désormais partenaire d’aviation Kasuga lui propose d’entrer au service du gouvernement pour combattre la menace réel du monstre qu’elle a vu lorsqu’elle était enfant. Cette idée de double vie (avec peut-être une identité secrète?) nous plonge dans le feuilleton d’aventure malgré l’habillage très historique avec cette ambiance lycéenne et la course de son ami Shota vers les jeux Olympiques. Le propos général est toujours décalé dans Asadora!, créant une légèreté qui aide à aborder des sujets difficiles comme la pauvreté, le statut d’orphelin et les catastrophes coutumières du Japon. Que ce soit donc ce Shota que personne n’imagine arriver au niveau pour participer aux JO, cette gamine avec un manche à balais dans les mains distribuant des gâteaux par ballons-parachutes ou ce barbouze qui veut préserver les JO du Kaiju, rien n’est bien crédible et pourtant on marche à cent pourcent car le rythme est effréné et le plaisir graphique permanent.

Bien malin celui qui dira où nous emmène Naoki Urasawa mais avec un auteur maîtrisant autant son art on lue suivrait jusque sur la Lune!

*****·BD·Documentaire

Wake up America #3

Le Docu du Week-End

BD de John Lewis, Andrew Aydin et Nate Powell
Rue de sèvres (2014-2017) – Top Shelf (2013), 246p., série achevée en 3 volumes.

mediathequecouv_296134-1La critique du premier volume est lisible ici. Le second est .

Après les actions dans le sud, John Lewis est désormais directeur du SNCC et se retrouve à devoir gérer directement le très complexe équilibre politique entre syndicats, gouvernement fédéral (avec l’appui partiel des frères Kennedy, l’un à la Maison Blanche, l’autre au ministère de la Justice) et gouvernements des Etats du Sud. Alors que Martin Luther King Jr. reçoit le prix nobel de la paix, que Kennedy est assassiné et que Lewis rencontre Malcolm X lors d’un voyage en Afrique, il réalise le caractère révolutionnaire de son action qui, loin de se cantonner à la ségrégation raciale, remets en cause toute la société américaine d’après-guerre, via un combat pour l’inscription sur les listes électorales des noirs, à qui est nié ce droit civique fondamental…

Chacun des volumes de cette somme est plus gros et ce troisième et dernier tome approche des trois-cent pages. L’auteur a sans doute cherché à rester au plus près des événements en souhaitant chroniquer chaque débat, chaque action, ce qui finit par être un peu répétitif. Pourtant cette insistance permet de comprendre l’opiniâtreté de Lewis Résultat de recherche d'images pour "march book 3"et des combattants de la liberté qui année après année, mois après mois, action après action, ont encaissé les coups, les emprisonnements par dizaines, les moqueries des ségrégationnistes, sans jamais baisser les bras en touchant les limites des techniques non-violentes: face à des adversaires déterminés à user de violence jusqu’au bout seules des drames peuvent faire basculer l’équilibre. Et dans ce combat pour l’inscription sur les listes électorales dans les Etats du Sud ce ne sont pas les morts parmi les noirs qui feront le déclencheur mais celle d’un pasteur blanc venu soutenir le mouvement et tabassé à mort par les suprématistes qui considéraient les « noirs blancs » comme pires que les noirs…

Ce qu’il y a de passionnant dans cette oeuvre monumentale, véritable immersion dans un moment fondateur du monde au XX° siècle, ces quelques années qui ont tout changé, c’est de constater les aberrations d’une démocratie complexe qui abolit l’esclavage après la guerre civile mais laisse perdurer un refus d’application des lois fédérales au prétexte d’un respect des prérogatives des Etats. Au risque de laisser perdurer des gouvernements Résultat de recherche d'images pour "march book 3"quasi fascistes, travaillant main dans la main avec le Ku Kux Klan et proclamant ouvertement le rejet du pouvoir fédéral du Nord en remettant en question l’autorité même de Washington. Le moment le plus puissant de l’album est ainsi la déclaration du président (poussé au vif par un mouvement noir pas franchement bienveillant envers Lyndon Johnson) rappelant les valeurs de la démocratie et le combat civilisationnel que mènent ces gens pour toute l’Amérique et non pour les seuls noirs, une Amérique qui s’est endormie sur les vertus des pères fondateurs. Ce n’est pas par-ce qu’il y a été forcé que la portée du discours doit être minimisée. C’est dans ces moments pivots que l’Histoire avance.

Le caractère documentaire pèse lourd, comme souvent dans ce genre. Il est certain que sans l’art de l’illustration et les qualités esthétiques des images de Nate Powell, ces quelques  cinq cent pages (au total des trois volumes) pouvaient devenir aussi austères qu’un album de Joe Sacco. Mais l’authenticité portée par le discours autobiographique de celui qui a vécu ces moments, en a été l’un des acteurs clés, crée une solennité qui nous fait regarder cette photo officielle de fin de volume avec émotion. Si le premier tome est étonnamment didactique, ce n’est plus le cas des autres qui nous font entrer, notamment ce troisième volume, dans des mécanismes électoraux, ceux des comités de désignation du parti Démocrate, qui nous échappent. Pendant de longues pages, celui qui est aujourd’hui député et a donné Résultat de recherche d'images pour "march book 3"l’accolade lors de l’investiture de Barrack Obama nous relate la stratégie du mouvement pour influencer le vote des candidats et faire pression sur la réélection de Lyndon Johnson afin de montrer que sans le vote noir, les démocrates n’ont pas d’avenir. On est surpris par la franchise de quelqu’un qui fait désormais partie du système comme membre du Congrès, lorsqu’il émet ses doutes quand à la sincérité du président ou du précédent assassiné. On attend aussi les événements connus, le meurtre de Martin Luther King ou de Bob Kennedy, mais ce n’est pas l’objet de l’ouvrage où les grands hommes ne font que passer.

Wake up America n’est pas une lecture facile, ce n’est pas non plus un documentaire austère. Cela reste de l’excellente BD exigeante qui a l’immense mérite de nous replonger au plus près d’un combat majeur pour l’égalité et la démocratie dans ce qui se proclame la première démocratie de la planète. Ce n’est qu’après avoir conclu sa lecture que l’on réalise le monument. Le triptyque rejoint ainsi un certain Maüs au panthéon des BD importantes.

La suite de « March« (titre original) intitulée « Run« , prévue pour août 2018 a été repoussée. Certains libraires en ligne annoncent la sortie pour août 2020.

note-calvin1note-calvin1note-calvin1note-calvin1note-calvin1

****·BD·Documentaire

Wake up America #2

Le Docu du Week-End

BD de John Lewis, Andrew Aydin et Nate Powell
Rue de sèvres (2014-2017) – Top Shelf (2013), 189 p., série achevée en 3 volumes.

mediathequecouv_245724-1La critique du premier volume est lisible ici. Ce second volume est plus volumineux de cinquante pages et comprend les mêmes bio en fin d’album que sur le premier.

Le mouvement d’occupation des cafés de Nashville par la population noire initié par l’acte fondateur de Rosa Parks n’est que le début d’un long combat vers l’abolition des lois ségrégationnistes du Sud des Etats-Unis. Pendant les trois années qui mennent à l’historique marche sur Washington, la violence physique monte sans cesse et le mouvement doit également affronter les réticences du gouvernement Kennedy à bouleverser trop vite l’équilibre du pays…

Le second volume de cette magnifique autobiographie en BD est assez différent du premier et notamment son caractère grand public que j’avais trouvé propice à une Image associéeutilisation pédagogique. Après cette entrée en matière où les auteurs se sont efforcés de lisser l’approche, ce tome devient beaucoup plus touffu, hargneux, directe. Comme un accompagnement de l’ouverture de John Lewis sur un monde où la naïveté a disparu, le militant énonce des vérités qui font tout drôle dans l’Amérique autosatisfaite pos-Barrack Obama. Dans ces presque deux-cent pages qui mènent au discours de Washington impressionnant de détermination et de vérité, nous sont montrées les très nombreuses actions lancées par le Comité de coordination des étudiants non-violents (SNCC), et notamment les Freedom rides, ces « voyages de la liberté » qui visaient à envoyer des noirs traverser le sud profond (et très dangereux) dans des cars inter-états afin de tester un arrêt de la cour suprême qui rendait illégal la ségrégation dans les transports. Cette nouvelle étape dans la contestation non-violente de la ségrégation marque un saut dans la violence avec les premiers morts et une vision pour le lecteur d’une réalité crue: celle d’Etats contestant systématiquement la loi fédérale, envoyant sa police protéger le Ku Klux Klan et les agresseurs qui tabassaient voir tentaient d’assassiner les noirs présents dans les bus. Personnellement je ne connaissais pas cette séquence qui m’a impressionné, notamment les passages montrant les frères Kennedy, très finement rendus, nous laissant deviner si leurs réticences à intervenir étaient des craintes de réactions politiques ou une réelle conviction que les militants noirs allaient trop loin dans la contestation.

Résultat de recherche d'images pour "nate powell march book 2"L’effet collatéral de cette grande précision documentaire est de rendre complexe la lecture pour quelqu’un peu au fait de l’histoire américaine et de son organisation fédérale (les rôles, pouvoirs et juridictions compliqués des différents dirigeants locaux). On touche chaque fois cette culture de la démocratie du Droit capable de renverser toute tradition la plus ancrée. On voit la pertinence de la démarche non-violente couplée à ce combat juridique d’alors, quand apparaîssent les premières contestations de l’efficacité de ces actions (par Malcolm X par exemple) alors que la violence crue s’abat sur les militants. Car John Lewis et ses amis ont vécu dans leur chair ce combat, de très nombreux emprisonnements, parfois longs, dans des pénitenciers semblant sortis d’un autre âge où on leur fait comprendre que l’on a autant de pouvoir sur eux qu’avant l’abolition de l’esclavage… Ou lors de nombreux passages à tabac. On est loin des sermons pacifiques de Martin Luther King, qui apparaît par moments. Jamais Lewis n’hésite mais la dureté du combat (où la foi n’apparaît jamais prosélyte mais plutôt comme une évidence culturelle du pauvre noir sudiste) montre la multitude d’opinions sur la meilleurs façon de sortir de cette ségrégation. Washington leur demande d’être patients. Lewis répond que cela fait deux siècles que son peuple est patient et qu’il veut la liberté « now ». Et la rage de liberté transparaît dans ce discours qui semblait trop dur pour l’Eglise protestante et que Lewis a dû aménager. Un discours où il enjoint l’Amérique à se réveiller (Wake up america!)… Cet album lui permet de dire la vérité sur les évènements, les intervenants de l’époque et de rappeler combien tous les combats pour la liberté sont le fait d’hommes et de femmes déterminés à aller au bout de leurs convictions, souvent au péril de leur vie. Et jamais dans un salon ou dans les seuls journaux. L’histoire nous rappelle chaque fois combien rien n’est acquis.

note-calvin1note-calvin1note-calvin1note-calvin1

****·BD·Documentaire

Wake up America #1

Le Docu du Week-End

BD de John Lewis, Andrew Aydin et Nate Powell
Rue de sèvres (2014-2017) – Top Shelf (2013), 127 p., série achevée en 3 volumes.

mediathequecouv_206316La série est une autobiographie romancée du militant et député noir américain John Lewis, en trois parties: le premier volume sur la jeunesse 1940-1960, la seconde plein feux sur le combat pour les droits civiques 1960-1963, le dernier 1963-1965. Les tomes deux et trois ont reçu successivement les prix Harvey (remis à la New York Comiccon), le premier comic à recevoir le National Book Award (ouvrages pour la jeunesse) et deux Eisner BD documentaire. A noter que Rue de sèvres a étrangement changé le titre original March par un autre titre en anglais et complètement remplacé les couvertures d’origine. Les volumes sont en format comic broché avec couvertures à rabat. L’album se termine par une page de remerciements et une bio des trois auteurs.

Résultat de recherche d'images pour "march powell book one"Janvier 2009: lors de l’investiture de Barack Obama comme premier président noir des Etats-Unis d’Amérique, le député John Lewis reçoit une mère et ses enfants dans son bureau et se remémore son enfance en Alabama, dans le sud ségrégationniste où il va progressivement découvrir les concepts de désobéissance civile et de non-violence dans les pas de Gandhi et Martin Luther King. C’est le début du combat pour les Civil rights qui commence. John Lewis fait partie des compagnons de route du célèbre pasteur et des six organisateurs de la Marche sur Washington du 28 août 1963…

Cette série mériterait d’être plus connue par le milieu de la BD tant elle impressionne à la fois en tant que BD et comme documentaire. Le fait que son auteur principal ne soit autre que John Lewis lui-même apporte une légitimité et une précision incroyable aux albums. Il n’est pas étonnant que ce soit aux Etats-Unis, où la BD n’a jamais été méprisée comme média artistique et d’information, qu’un député en fonction publie un tel album autobiographique (…ce qui serait peu probable en France). Personnellement je ne connaissais pas ce personnage, mais le sujet à lui seul suffit à passionner. Quel moment plus marquant de l’histoire moderne que ce combat opiniâtre appelant à la fois les théories politiques des Lumières, l’histoire de l’Occident et de la Traite et la ségrégation qui s’en est suivie, l’histoire américaine dont le péché originel n’est pas encore dissous même après l’élection d’Obama, les combats pour la décolonisation et les théories de non-violence venue de Gandhi et la désobéissance civile venue du milieu du XIX° siècle avec Henry-David Thoreau…?Résultat de recherche d'images pour "march powell book one"

Ce premier album, en tant que biographie, prends du temps sur les premières années du personnage, comme enfant élevant ses poules et assumant des responsabilités aux conséquences directes (la mort des bêtes), emmené par son oncle du Nord et découvrant ces deux pays séparés par la frontière invisible des lois ségrégationnistes, inachèvement Résultat de recherche d'images pour "march powell book one"terrible d’une guerre civile, laissant le pays dans cette situation pendant un siècle entier! Le jeune homme se vouait à devenir pasteur, dans un univers encadré par l’Eglise et les sermons, comme seule alternative politique au travail des champs. Le premier tiers de l’album se déroule avant le fameux refus de Rosa Parks qui refusa de quitter son siège de bus et marqua le déclenchement du mouvement. Ensuite on avale les pages en assistant aux préparatifs et à l’organisation méthodique des occupations non-violentes des commerces de centre-ville, à la résistance des blancs racistes et à la première capitulation du maire progressiste de Nashville. Les cent-vingt pages sont si vite arrivées que l’on se précipite pour enchaîner sur le second volume…

La BD de Lewis et Powell est passionnante à lire par son aspect didactique (tous les acronymes ou termes spécifiques sont expliqués en bas de page) et il n’est pas étonnant que le système éducatif américain l’ait inscrit comme support d’enseignement. Depuis que j’ai lancé cette rubrique de BD documentaire je constate la difficulté du thème à adopter pleinement le format BD et la rareté des documentaires qui valent autant pour leur narration, leur sujet que par leur qualité graphique. C’est le cas avec Wake up America avec de superbes planches aux noirs profonds et à la « colorisation » en lavis de gris très élégants. Le trait de Nate Powell est doux et rond et propose des planches très lisibles avec des moments de graphisme pur.Résultat de recherche d'images pour "march powell book one"

Cette série est sans hésiter l’une des meilleures BD documentaires que j’ai lu et devrait être étudiée également au collège tant elle permet de découvrir une personnalité majeure dans un moment bien connu de l’histoire moderne américaine. Les auteurs ont commencé « une suite » centrée sur l’activité de Lewis comme syndicaliste du mouvement étudiant non-violent pendant la période de la guerre du Vietnam (elle est illustrée par Afua Richardson ce qui laisse présager un superbe album).

note-calvin1note-calvin1note-calvin1note-calvin1

***·Comics·East & West·Nouveau !·Numérique·Service Presse

Nick Fury

East and westComic de James Robinson et ACO
Panini (2017)/Marvel (2017), one shot 121p.
couv_329233

Le site Comics blog est un peu l’entonnoir de l’univers du comics, tout y passe et cela permet de dénicher des pépites dont personne ne parle. Ainsi je suis tombé sur cet objet improbable, sorte de croisement entre James-Bond époque Casino Royal, Avengers (non, l’autre, celui avec un chapeau melon et des bottes de cuir…), et le Batman avec Adam West…

Nick Fury jr. est le meilleur agent du SHIELD. Au cours de 6 missions il va œuvrer, toujours avec classe,  à faire échouer les plans machiavélique de Hydra…

Attention, cet album titille la rétine et si vous êtes gothique dans l’âme, foncez lire (l’excellent) Black Monday Murders à la place… Cette petite récréation n’a d’autre ambition que de nous plonger dans un univers cool, manichéen, flashy et pop, un retour dans les histoires d’espionnage très Pop des années soixante sur fond de vert pomme et de rose fuchsia. Résultat de recherche d'images pour "nick fury aco"Nick Fury est un super espion imbattable, jamais surpris, qui a toujours un coup d’avance sur les terroristes d’Hydra et ses assassins mortels. Les histoires n’ont aucune espèce d’importance et tiennent sur un timbre poste avec une linéarité qui laisse un sourire aux lèvres devant tant d’improbable. Dans cet univers là on va en mission scaphandre combattre des exosquelettes sur la Lune ou on utilise une technologie du SHIELD pour respirer dans les abysses d’Atlantide… Fury a des gadgets super cool, un costume trois pièces d’une élégance folle et prends le temps de flirter en buvant un martini dans un train rempli d’assassins.

Vous l’aurez compris, l’histoire et les scènes donnent un côté très sympathique au projet… mais c’est bien le graphisme et la mise en scène qui dépotent et sont d’une originalité folle. Résultat de recherche d'images pour "nick fury aco"Contre toute attente l’amoncellement de couleurs criardes est terriblement classe et l’artiste ACO joue sans aucune retenue à découper ses cases en jouant sur des formes psychédéliques. L’essentiel de l’album se présente en successions de doubles pages, qui permettent un grand format et des insertions de cases en forme de rond, d’étoiles ou que sais-je. Il y en a de partout, ça fait « sheba, paw, plop, wizzz » et tout cela est fort agréable, comme un générique de James Bond en grand format. Alors bien sur certaines missions sont un peu trop artificielles et on aurait pu attendre un semblant d’ambition scénaristique en introduisant une continuité sur le personnage, mais finalement ne préfère t’on pas toujours une série B assumée à quelque chose qui tente de paraître crédible?

Résultat de recherche d'images pour "nick fury aco"

note-calvin1note-calvin1note-calvin1

Achetez-le badge-cml