*·**·****·Comics·East & West·Manga

Sushi & Baggles #14

esat-west

  • Iron man, Season one (Parel/Chaykin) – 2019

couv_188880

Mauvaise pioche… J’ai découvert le talentueux Gerald Parel sur twitter où il publie régulièrement des fan-art de toute beauté. Du coup j’ai voulu tenter un des rares comics qu’il a dessiné… et comme pour nombre d’autres illustrateurs Parel est clairement plus attiré par les dessins de couvertures et autres concepts que par des albums complets. Celui qui doit publier une nouvelle version d’Astroboy très prochainement (on espère que Morvan saura cadrer) propose ici ce que je qualifierais de brouillon… Si l’histoire n’est pas inintéressante (bien que fortement reprise du scénario du film, avec un focus sur l’alcoolisme de Stark), si Parel excelle dans un style proche du rough tout numérique pour ce qui est des visages et premiers plans, les séquences action, arrière-plans et décors sont totalement brouillons, à peine esquissés et franchement pas chouettes à voir! Je suis dur mais quand on connait le talent du bonhomme on peu être assez choqué que l’éditeur ait accepté de publier cela. Je n’ai rien contre le dessin numérique esquissé, bien au contraire, et il est toujours impressionnant de voir combien en trois traits une silhouette lointaine prends vie. Mais tout de même… Est-ce le problème du calendrier imposé ou Parel qui n’a pas pris le boulot au sérieux, je n’en sais rien mais cela aboutit à un album que je déconseille clairement, même aux amoureux d’Iron-Man et du dessinateur.

note-calvin1


  • Dr Stone #5 (Boichi) – 2019

Couverture de Dr. Stone -5- Histoires du temps jadisDans cet épisode le tournoi pour déterminer le futur chef du village qui épousera la sœur de Kohaku bat son plein. L’arc du village touche à sa fin avec l’invention de la chimie et du médicament qui devra sauver la prêtresse. Je trouve que la série commence à s’essouffler en réduisant le côté world-building avec un combat où l’on retrouve les grimaces chères à Boichi mais pas très intéressant ni graphiquement ni thématiquement. Heureusement les auteurs savent rebondir régulièrement avec un cliffhanger assez costaud qui nous relate ce qui s’est passé juste après la pétrification… Je pense que je vais m’arrêter là pour ma part mais cette série reste de très bonne qualité pour les jeunes et peut aussi servir à introduire un lecteur (disons à partir de 10 ans?) au manga avec son aspect vulgarisation scientifique accélérée.

note-calvin1note-calvin1

Achetez-le chez njziphxv


  • Ajin #13 (Sakurai/ Glénat) – 2019

Couverture de Ajin : Semi-Humain -13- Tome 13Sa sent la fin! La vague finale de Sato est lancée pour détruire les institutions du pays après avoir pris le contrôle de la base d’Iruma dans une bataille dantesque! Ce volume comporte un peu moins d’action mais garde un rythme endiablé de révélations sur le fonctionnement des Ajin, de leurs fantômes et de leur « physique ». Gamon Sakuraï est un redoutable marionnettiste qui joue de ses personnages en recherchant toujours l’inattendu. Si quelques ficelles du plan de Sato s’avèrent un peu faciles, laissant les forces de défense et le gouvernement dans une sidération totale, on apprécie toujours autant ce diable se jouer de tout le monde avec une facilité déconcertante et une gestion de son corps totalement machiavélique. Au risque, depuis le début de la série, de vampiriser quelque peu l’attention du lecteur en laissant les personnages secondaires en retrait. On ne sait pas trop comment fait le héros Kei Nagaï pour parvenir à comprendre le raisonnement de Sato  mais c’est finalement un détail tant cette série continue tome après tome à nous aspirer dans ce tourbillon d’action géopolitique qui n’oublie pas de questionner la société japonaise sur son élitisme et son rapport à l’autre. Résolument un indispensable si vous appréciez les manga!

note-calvin1note-calvin1note-calvin1note-calvin1

Publicités
*·****·Comics·East & West·Manga·Nouveau !·Service Presse

Sushi & Baggles #12

esat-west

  • Démon (Shiba/Cambourakis)

couv_290367

Créée par l’américain d’origine japonaise Jason Shiba, Démon est une série en quatre volumes parue entre 2016 et 2018 chez Cambourakis. C’est sur les conseilles de ma bibliothécaire que j’ai entamé ce qu’on peut définir comme un total délire sans bornes morales d’un auteur qui aime à réfléchir sur les casse-tête et jeux mathématiques. Jimmy Yee est suicidaire. Mais il ne peut pas mourir: il se réincarne aussitôt dans la personne la plus proche… Il va alors tenter mille et un stratagèmes pour parvenir à en finir et échapper au gouvernement, qui semble en savoir beaucoup…

J’adore quand un auteur lâche la bride et qu’un éditeur lui permet de laisser libre court à son imagination. Ici Shiba joue avec son personnage en proposant une sorte de bible de toutes les façons possibles pour se suicider. Totalement immoral, d’un humour noir absolu, sanglant au possible. Cette BD n’est pas conseillée aux jeunes car aucune borne n’existe pour l’auteur, ni sexuelle, ni de violence, tout est voué à son jeu. Graphiquement c’est très simple mais amusant et assez bien mis en scène. Une super découverte humour noir qui se lit assez rapidement et que je vais enchaîner d’une traite!

note-calvin1note-calvin1note-calvin1

Achetez-le chez njziphxv

 

  • Basilisk: The Oka ninja scroll #1

bsic journalismCritique réalisée pour Iznéo. Lu en numérique.

Couverture de Basilisk - The Ôka Ninja Scrolls -1- Volume 1

Attention, si vous n’avez pas lu la série mère (Basilisk) passez votre chemin, vous ne comprendrez rien à ce premier volume… Pour cette suite d’un manga mettant en scène un tournoi devant départager deux clans Ninja, on entre directement dans une intrigue en cours sans mise en place, avec mille noms japonais et un univers fantastique qui rappelle par ses combats quasi magiques Cyber Weapon Z. Les dessins sont correctes mais je m’attendais à des combats d’arts-martiaux classiques plutôt qu’à une ambiance plus proche des histoires de fantômes chinois. Les morts revivent, on se téléporte et l’on ouvre des portails vers d’autres dimensions… bref, j’ai trouvé cela un peu too much pour une introduction qui en outre, à peine présentés les deux héros jumeaux, fait intervenir le grand méchant qui dévoile toute l’étendue de son pouvoir. Ce volume s’adresse donc exclusivement aux fans de la première série qui y trouveront sans doute leur content. Pour les autres vous devrez suivre les étapes et commencer par le début…

note-calvin1

Achetez-le chez njziphxv

  • Eternal Warrior (Bliss)

bsic journalismMerci à Bliss éditions pour cette découverte. Lu en numérique.

Le guerrier éternel a eu plusieurs vies. Au service du Géomancien pour protéger Terre-mère contre le Mal (et accessoirement les hommes), il a douté, eu des enfants, combattu… Entre l’antiquité, notre époque et le futur il a du faire des choix entre la violence, la mort et la vie, sa propre vie, pour peu que le destin lui permette d’en avoir une…

Cela fait quelques temps que je n’ai pas lu de Valiant comics et j’attendais ce volume, d’abord car l’annonce des dessinateurs a attiré mon attention (Renato Guedes, Trevor Hairsine et Cary Nord) mais aussi car ce personnage m’intrigue depuis ma lecture de l’excellent The Valiant. Sur ce point je vous arrête tout de suite: Eternal Warrior est plus une chronique des différents doutes et périodes de la vie millénaire du guerrier immortel qu’une insertion dans la lutte contre l’Ennemi (qui faisait la force de The Valiant). Ainsi on tombe un peu dans les défauts de certains Valiant avec une perte du côté épique et de la portée des histoires. Le syndrome Superman en quelque sorte, quand le héros est immortel comment accrocher de l’intérêt? Et bien le scénariste y parvient notamment sur la première des quatre sections, illustrée par le très bon Hairsine, en nous présentant la trahison de sa fille et son renoncement au service des Géomanciens. C’est là la trame principale et l’arrivée d’un nouvel antagonisme, le culte maléfique de Nergal nous titille un peu et donne de l’intérêt aux combats. Malheureusement cette intrigue ne se termine pas vraiment (même si elle nous donne à voir une sorte de combats des Dieux au sein duquel est jeté Gilad) et les deux autres sections (dans un futur post apocalyptique puis à l’époque des invasions barbares) ont une ambition assez dérisoire. Étrangement j’attendais Guedes (qui m’avait subjugué sur X-O Manowar) et c’est Cary Nord qui rend la partition la plus chouette, inspirée par les tableaux antiques des peintres romantiques, les planches de Guedes étant avant sa nouvelle technique en couleurs directes. Au final cet album est très joli graphiquement mais inégal sur le plan du scénario et vaguement décevant pour qui pensait lire une continuité de la lutte entre le Bien et le Mal.

note-calvin1note-calvin1note-calvin1

Achetez-le chez njziphxv

*·***·Comics·East & West·Manga·Nouveau !·Rapidos

Sushi et Baggles #7

esat-west

Sun-Ken Rock #17-19

Couverture de Sun-Ken Rock -17- Tome 17Ces volumes concluent l’arc du combat entre la Sun-Ken team et le gang de Ban-Phuong. Dans le décors dantesque de l’immeuble en ruine rongé par les flammes d’un incendie, les deux chefs de clans s’affrontent dans un combat démentiel. Très peu de blagues dans cette séquence où Boichi peut faire parler sa virtuosité et régaler le lecteur sur ce pourquoi il lit ce manga. Comme depuis le début de la série, les combats sont entrecoupés de respirations sous la forme de dialogues assez plats sur la fraternité, l’identité de l’exilé Ban-Phuong, la vengeance etc. On a l’habitude, c’est un peu philo de comptoir mais dans la bouche de gangsters c’est relativement cohérent. Juste un peu trop redondant pour que l’on s’y intéresse, aussi on passe rapidement sur ces pages pour se régaler avec les planches de baston. Entre-temps Yumin s’est échappé et se retrouve à intervenir au cœur du combat avant l’intervention des forces spéciales du Clan du dragon blanc. Une ribambelle de jeunes filles en tenue très moulantes qui associées à l’amoureuse de Ken que les déboires ont placé en petite tenue, justifiant du fan-service habituel. Malgré toutes ces limites on est ici dans ce qui s’est fait de mieux depuis le début de la série et l’on approche de la fin. A noter que l’irruption des forces spéciales en mode grappin a clairement débouché sur la série dérivée Wall-Man, chroniquée sur l’Etagère et pour moi bien plus équilibrée que Sun-Ken Rock. Fin de la série dans un prochain billet manga.


Batman Metal #3

batman-metal-tome-3Attention, accident industriel! De mémoire de lecteur je n’ai jamais lu un tel effondrement sur une série en trois tomes. Parfois on a une disparition graphique en cours de route (Aquablue, Volunteer, …). Ici cela ne pose pas réellement de problème puisque l’on est dans un agencement d’épisodes d’un Event majeur de DC. Si Urban a généralement réussi plutôt bien à proposer aux lecteurs français une sélection d’épisodes centraux permettant de lire des Event sans se taper toutes les publications, ici cela a tenu deux volumes avant l’explosion en vol. Mes chroniques des tomes 1 et 2 étaient plutôt enthousiastes et laissaient la possibilité aux lecteurs non habitués à DC de lire les albums. Ici tout devient totalement incompréhensible mais pire, les quelques WTF vus dans les deux volumes précédents semblent devenir la norme. On se pince dix fois pour être sur qu’il ne s’agisse pas d’une liberté de traduction mais la correspondance de l’image ne laisse pas de doute: c’est du grand n’importe quoi! Je ne sais pas si les personnages débiles de cet album existent de longue date dans le catalogue DC mais les auteurs (et pourtant pas des moindres) semblent avoir mis un point d’honneur à ressortir tout ce qu’il y a de plus aberrant chez cet éditeur (entre Starro l’étoile de mer, le singe-Batman ou l’œuf de plastic-man…). Bref, j’arrête ici la mise à mort mais je dois avouer que la déception alliée à l’épuisement de cette lecture m’a vaguement dégoûté de tenter d’autres Event de chez DCHeroes in crisis me tentait bien. J’attendrais sagement les retours avant de me lancer.


Ninjak #3

Couv_306583Je continue ma lecture de Ninjak un peu dans le désordre (j’avais lu Shadowman intégrale et Rapture à sa sortie et commence juste à comprendre certaines choses). Une chose est certains, Valiant est monté d’un niveau graphique entre ses premières séries et les reboot récents. Ça reste très correcte mais disons que ce ne sont pas les dessins qui vous feront acheter l’album. Dans le troisième volume en forme de crossover Ninjak est envoyé avec Punk Mambo dans le monde des morts pour récupérer La Pie, la nouvelle forme de Shadowman (je ne spoil pas et vous envoie lire l’intégrale avant la nouvelle série à paraître en France en 2019). On a donc quelque chose proche de ce qui est proposé dans Rapture et qui se passe essentiellement de l’autre côté. Ninjak est toujours aussi invincible et un peu trop lisse par rapport à son inspiration (Batman) à mon goût. L’interaction avec la magicienne vaudou et les Loa est très sympa et les épisodes sont entrecoupés par la légende de la Pie. On oubliera la facilité à entrer chez les morts et à s’y promener  pour profiter de la grande réussite graphique du personnage du porteur de Loa. On est donc plus dans l’esprit de Shadowman et j’avais bien aimé cette série, du coup j’ai préféré ce troisième volume aux précédents même si je ne comprend pas pourquoi l’éditeur associe aussi fréquemment le seul héros sans pouvoirs à son personnage le plus magique, les deux univers ne collant pas selon moi. Si vous attendez des combats Ninja et de l’espionnage il faudra repasser.


Red Sonja: l’autre monde

Dans ce sympathique épisode de Red Sonja (l’alter ego de Conan, créée par Robert E. Howard et vue dans le film Kalidor avec Schwarzie), la guerrière vêtue d’un bikini en écailles de dragon se retrouve transportée à New-York à notre époque du fait d’un portail ouvert par le maléfique sorcier Kulan Gath.  Ce dernier a en effet pris l’identité d’un magnat capitaliste et envisage très naturellement de détruire le monde… Si le scénario, simple mais très bien tenu dans un second degré léger est assez anecdotique, la qualité première de cet album réside dans les dessins de Carlos Gomez, dessinateur argentin talentueux et rare. On est dans un style graphique de l’Ecole hispanique et perso j’adore! Red Sonja est montrée sous toutes les coutures avec sa tenue très aérée, sans que les dessins ne virent dans le vulgaire (la différence entre le fan-service made in USA et le japonais comme chez Boichi). Ça combat, la donzelle est aussi fine que Conan et les interactions anachroniques entre la bourrine amatrice de bibine et les personnages du XXI° siècle souvent drôles. La série est à suivre et le scénario de fantasy, bien qu’improbable, est suffisamment travaillé pour que l’on ait envie de poursuivre… pour peu que les dessins restent à la hauteur. Cet album m’a un peu fait pensé aux albums de Frank Cho genre Shanna. Du coup je vais essayer de dénicher d’autres albums de Gomez, notamment sa série Dago, vraisemblablement introuvable. Si quelqu’un a un filon…

*·**·****·Comics·East & West·Manga·Rapidos

Sushi et Baggles #3

esat-west

Résultat de recherche d'images pour

  • Radiant #10

Ce dixième volume clôture l’arc des chevaliers-sorciers qui a un peu déporté l’intrigue des Nemesis vers l’affrontement Nature/sciences entre le royaume de Cyfandir des chevaliers-sorciers et les barons-marchands alliés à l’Inquisition. On a donc droit à un épisode séparé entre la fin de la guerre par l’intervention de Merlin et le début d’un nouvel arc qui voit l’équipe du héros retourner à l’Académie Artémis. L’arc des chevaliers-sorciers avait un peu perdu l’humour de la série pour de l’action grand format et des manigances politiques. On retrouve Seth et ses remarques à la con une fois retourné sur la cité des sorciers. On sent que l’univers est vaste et que l’on vient tout juste de le découvrir. L’Anime juste diffusé aidant on imagine que l’on en a encore pour des dizaines de tomes à rechercher le Radiant et c(‘est tant mieux tant Tony Valente parvient à associer rythme, action, humour et une certaine réflexion écologique et sur l’altérite dans ce manga référence.


ether-tome-1

  • Ether #1

Boone Dias est le Sherlock Holmes de l’Ether, le seul humain ayant réussi à pénétrer longuement dans ce monde parallèle où les lois scientifiques semblent remplacées par la magie. Esprit profondément cartésien, ce scientifique de renom considère que même dans l’Ether tout trouve une explication rationnelle! Lorsqu’on le convoque pour découvrir le coupable de l’assassinat de la Flamme d’or, la mythique héroïne défenseuse de la loi et de l’ordre de ce monde, il commence une enquête qui impliquera sa vie privée et questionnera les sacrifices auxquels il a consenti pour pouvoir devenir un cartographe de l’Ether.

Excellente variation sur Sherlock Holmes que cette nouvelle série dont le premier attrait est l’imagination débridée et délirante des auteurs pour créer ce monde magique. Malheureusement le dessin (qui fait penser à celui de Benjamin Blackstone) n’est pas au rendez-vous et ne facilite pas l’immersion du lecteur. La construction est également assez sophistiquée, nous immergeant dès la première page dans une intrigue déjà en place avec plusieurs flash-back qui nous racontent la rencontre entre Boone Dias et ce nouveau monde. Si vous accrochez aux dessins vous passerez un excellent moment qui vous donnera envie de prolonger l’aventure de cette enquête ésotérique. Si ce n’est pas le cas vous risquez de vous contenter de ce moment rafraîchissant à la croisée entre Hellblazer et Black Science.


sheriff-of-babylon

  • Sheriff of Babylon

Attention, one-shot touffu! Tant par un dessin au couteau qui joue énormément (trop?) sur la saleté et la surimpression de textures que par une intrigue que le scénariste fait tout pour faire avancer trèèèès lentement, cette intrigue ethno-géopolitique se mérite. Un peu à la manière d’un Black Monday Murders il faut faire ses preuves pour mériter cette lecture! La connaissance du terrain par l’auteur (ex agent de la CIA) se ressent, trop sans doute, en l’empêchant de décoller sur un scénario simple, accaparé qu’il est à faire ressentir la complexité locale, la chaleur, et à sortir des clichés américains. Sur ce plan l’album est une réussite – qui n’est plus si rare dans le milieu du comics Indé. L’organisation autour des trois personnages typés aurait dû aider le lecteur à suivre le récit mais la déconstruction et le côté tardif du sens de tout cela retarde d’autant l’immersion dans un album que l’on lit un peu trop extérieur pour vraiment l’apprécier. C’est dommage car ces personnages sont réellement intéressant et le héros, que l’on voit trop peu, est très réussi en faux candide au pays de Saddam. Une seconde lecture aidera sans doute à reprendre les bases pour peu que le dessin (très différent de la magnifique couverture malheureusement…) vous en donne envie. Dommage, la réalité d’une occupation de cowboys violents dans un pays dévasté par les tensions entre groupes est très intéressante. Dans le genre le Green Zone de Peter Greengrass, plus politique mais plus lisible, arrive à transcrire cette ambiance sans perdre le spectateur. Un album bien surévalué à mon goût.

*·**·***·****·BD·Comics·Manga·Rapidos

Albums en vrac

Résultat de recherche d'images pour "radiant valente tome 2"Radiant #2: Seth, dit « biquette » poursuit son apprentissage et cimente son groupe dans sa quête du Radiant. Je me suis marré au moins autant dans ce second volume, dont le dessin est toujours tip-top, les personnages grossiers à souhait (avec juste ce qu’il faut de scato-vomi…) et les combats hyper-dynamiques. L’idée du Fantasia comme incarnation de la magie permet de belles volutes dans les planches et le méchant du volume est charismatique et inquiétant à souhait. Les échanges verbaux sont tordants (mention spéciale pour le capitaine Konrad de Marbourg (référence quand tu nous tient…) totalement parano). Pour l’instant on a un sans faute avec une progression hyper rapide et 100 vannes par case. Chapeau l’auteur, moi je continue!

NB: si vous cherchez bien les premières images du dessin-animé japonais issu du manga sont visibles sur le web…

Les Tuniques Bleues - tome 60 - Carte blanche pour un bleuCarte blanche pour un bleu: Après une énième charge Chesterfield se retrouve amnésique ou « courgette » selon les termes du toubib. Blutch a une semaine pour lui faire retrouver ses esprits… On capte vite l’idée de ce 60° album de Blutch et Chesterfield: faire revivre des moments passés de la série au prétexte d’une thérapie de choc. Autant le dernier album m’avait plutôt botté (sans y trouver une fraîcheur débordante) l’humour était rodé et efficace, autant ici je me suis un peu ennuyé. C’est cousu de fil blanc, les bon mots reviennent sans grande originalité (la fameuse « courgette » qui doit nous faire rire toute les 3 pages…) et il me semble bien que les auteurs ont déjà utilisé ce ressort pour d’autres albums. Vu le nombre de volumes que comporte la série, vous pouvez parfaitement oublier celui-là…

Diplomatie (Katanga #2): J’avais beaucoup apprécié le premier tome lu il y a quelques semaines. Ce second opus (qui attend un troisième) a l’étrange particularité de commencer quelques planches avant un titre de « deuxième chapitre »… comme si le premier album avait été amputé de quelques pages. On enchaîne donc sur l’équipée des barbouzes pour récupérer les diamants en territoire sauvage… et le mot est faible. Même petite gène que sur le T1 à voir ces hordes de noirs en machettes semi-cannibales. La lecture est toujours plaisante, visuellement et pour  les dialogues. Cette brochette d’ordures finies est amusante à regarder tant on ne s’attache à aucun, mais l’intrigue, plus action que sur le premier volume (étrange titre un peu trompeur d’ailleurs) est un peu réchauffée. Ça reste de la très bonne BD mais la recette de Vallée et Nury utilisée sur Il était une fois en France commence à tourner un peu en rond.

project boardLes sentiers de Womhole: Pour ce projet vieux de 15 ans l’éditeur « participatif » Sandawe nous présente une sorte de Mad-Max rural dans une France de dégénérés au rouge qui tache… Le western à la mode France-profonde est assez décapant, entre la galerie de tronches toutes plus affreuses et édentées les unes que les autres et les Ragougna, sortes de monstres humanoïdes en guerre contre les habitants du « Comté » dirigé par un dictateur tout puissant. Sur un scénario de « sauvetage chez les indiens » assez linéaire, on découvre dans cet album un dessinateur vraiment intéressant, à la fois techniquement très maîtrisé et doté de son propre style (bien que se réclamant de Franquin). Il y a de la bouteille derrière ces crayons et notamment une colorisation et des textures vraiment chouettes. L’album comporte en outre à la fin un making of super intéressant. Une bonne découverte à laquelle je souhaite plein de succès et qui incite à regarder la suite avec attention.

Album lu grâce à Iznéo.

Station 16: Depuis quelques années Hermann travaille exclusivement avec son fils, souvent dans la collection Signé. Son style graphique en couleurs directes est reconnaissable et souvent très élégant. Côté scénarii c’est plus variable, notamment avec Yves H qui produit souvent des trames un peu alambiquées voir incompréhensibles. J’apprécie pourtant généralement les albums des deux Hermann… pourtant ici on a vraiment le minimum syndical et il est parfaitement incompréhensible de la part de l’éditeur de sortir un aussi petit album dans une collection jadis aussi prestigieuse. Pour faire vite on a l’idée d’un « The thing » mélangé à du paradoxe temporel envoyé à la va-vite et sans aucune explication. Ça ne fait pas peut, les dessins sont tout gris et il n’y a vraiment aucune originalité dans cet album. A éviter.

*·Comics·East & West·Numérique

Trees #1

East and west

Comic de Warren Ellis et Jason Howard,
Urban Indies (2015), 162p., contient les fascicules US 1-8. 2 volumes parus.
Edition US Image comics (2014-2016). Série terminée en 2 volumes.

couv_256275

Comme souvent en comics les couvertures sont très percutantes. Chaque chapitre (correspondant à un fascicule) est agrémenté d’une phrase descriptive.

Cela fait maintenant plusieurs années qu’ils ont atterri. Des « Arbres » gigantesques plantés sur le pourtour de la Terre. Depuis aucun contact, aucune réaction si ce n’est ces liquides destructeurs qui en sortent parfois, ravageant les abords. L’humanité vit cette attente en essayant d’étudier ce que les Arbres veulent bien laisser comprendre. La société a évolué à l’ombre de ces structures et chacun désormais essaye de trouver sa place dans ce monde qui a changé par cette seule présence.

Les publi Urban Indies m’intriguent souvent et l’éditeur français fait un remarquable boulot pour dénicher le meilleur du comics « indépendant » (c’est à dire sans super-héros) et surtout très rapidement (souvent moins d’un an après la sortie US). La parution de Trees et son pitch alléchant faisait partie de mes priorités en mode découverte.

Résultat de recherche d'images pour "trees howard"Et bien las, énorme déception, d’abord graphique. Je ne connaissais pas le dessinateur Jason Howard mais très franchement il n’a pas le niveau professionnel. Tant dans la colorisation que dans le trait, très rares sont les planches intéressantes dans cet album. Le style hachuré et l’utilisation informatique peuvent toujours se justifier, mais pour cela il faut une certaine maîtrise. Ici on a un niveau de fanzine et je suis très surpris qu’Urban ait tenté la traduction de cette série. Des styles particuliers il y en a dans la BD indépendante (notamment Tocchini sur Low) et j’ai maintes fois maugréé ici sur le manque d’exigence graphique des éditeurs américains, notamment quand c’est dû aux rythmes de parution. On peut comprendre qu’un illustrateur délaisse certaines planches pour aller plus vite (même Jerôme Opena) et que l’éditeur insère des sections dessinées par un jeune illustrateur (sur Thor par exemple) comme souvent aux US. Mais quand c’est l’album entier ça fait mal! Pour clôturer le chapitre graphique, je n’ai pris aucun plaisir visuel à lire ce premier volume, ce qui est rare.

Résultat de recherche d'images pour "trees howard"Passons au scénario, qui pourrait relever le tout. Alan Moore, je grand auteur, s’est fait une spécialité de prendre des illustrateurs disons, particuliers. Je n’ai jamais pu lire From Hell pour cela. Personnellement je peux lire une très belle BD dotée d’un mauvais scénario, j’ai plus de mal avec une très moche BD dotée d’un excellent scénario… mais j’y arrive en me forçant. Malheureusement ici le principal intérêt réside dans le pitch… qui ne va pas plus loin qu’un pitch. Alors oui, il y a cette base glaciaire où des fleurs poussent, ce président somalien qui décide d’armer son Arbre,… mais globalement les différents protagonistes ne sont guère intéressants et certaines thématiques assez centrales dans l’album semblent totalement décalées avec l’objet SF de départ (les transsexuels, les groupuscules fascistes, la condition de la femme). Les points d’intérêt des auteurs ne collent pas avec le point de départ et les rares éléments intrigants sont très mal exploités.

J’ai probablement été abusé par ce point de départ qui n’est pas le sujet de l’album, mais tout de même, le titre de la série, les couvertures, sont assez trompeurs. Si vous vous intéressez à des BD sociologiques d’anticipation, aux relations humaines interrogeant les archaïsmes sociaux, cette BD peut vous intéresser… si vous arrivez à accrocher aux dessins. Si vous vous attendez à une nouvelle saga SF passez votre chemin, vous allez être très décontenancés. L’impression qui m’a été laissée niveau scénario est un peu la même que sur le Black Science de Remender et Matteo Scalera (série très bien dessinée pour en revanche): un décalage entre le sujet et le traitement. Je crois que c’est le premier billet où je ne mets qu’un calvin et j’en suis désolé (par respect pour le travail des auteurs et par-ce que bien entendu j’essaie de lire des BD qui m’appellent) mais, ceci étant un blog, mon avis personnel est clairement de passer son chemin.

note-calvin1