Cinéma·Graphismes·Non classé

Bilan ciné de 2017

Comme on est dans les bilan et que dès le début j’avais envisagé ce blog comme traitant de tout ce qui était graphique, tout média confondu, je vais faire un petit retour ciné sur les films qui m’ont paru le plus visuellement intéressants de l’année passée.

Blade runner 2049

zkrbe1vncvacnuhnocp8J’en ai parlé sur le blog évidemment tant la claque graphique parvient presque à dépasser l’original. Le film de Villeneuve a une âme, une identité propre et un goût d’une grande délicatesse. Premier contact avait déjà donné une idée des originalités visuelles percutantes que pouvait proposer le canadien. Ce réalisateur est à mon sens l’héritier directe de Ridley Scott comme maître d’un cinéma graphique absolu.

Valerian

Résultat de recherche d'images pour "valerian mille planètes artwork"Luc Besson est un besogneux et un têtu. Des années qu’il se fait allumer notamment à chacune de ses adaptations BD. Il faut dire que son OPA sur l’Adèle Blanc-sec de Jacques Tardi que seul un Jean-Pierre Jeunet pouvait prendre en main avait fait du dégât. Si la participation de Mézière au réussi Cinquième élément donnait des gages, tout le monde retenait son souffle craignant le naufrage industriel. J’en ai parlé sur le blog, le naufrage est loin et si au final on a un honnête film d’action SF grand public, visuellement, artistiquement, c’est une grande réussite, très fidèle à l’esprit de la BD. Comme quoi quand Besson mets son âme et oublie les dollars et les Yuan il peut encore être bon (voir très bon).

Logan

Résultat de recherche d'images pour "logan movie artwork"Quelle surprise! Logan montre encore une fois combien Hollywood est capable quand on s’y attend le moins à produire des choses uniques, ambitieuses, artistiques, novatrices. Tout le monde avait proclamé le début de la fin des super-héro movies et la saga des X-men n’en finissait plus de s’effondrer avec un initiateur (Bryan Singer) s’éloignant à chaque film de son coup de génie du premier opus, Sam Mendes avait donné sur le précédent Wolverine un objet commercial informe destiné au marché asiatique… et voilà qu’en adaptant le génial comic de Millar Old-man Logan, il proposait un inattendu one-shot crépusculaire, mettant à l’écran le désespoir poussiéreux que George Miller n’a osé mettre dans son Mad Max Fury Road. Un rôle en or pour Hugh Jackman qui peut ainsi rendre son tablier la tête haute. Si Incassable a montré ce que devait être un film de genèse de super-héros, Logan restera sans doute pour longtemps un requiem de tout un genre.

John Wick 2

Résultat de recherche d'images pour "john wick 2 concept art"Improbable de voir un film de gunfights dans ce top, et pourtant, l’univers urbain et nocturne développé pour cette trilogie participe vraiment à la réussite de l’ensemble. Outre les chorégraphies, le choix des lieux (du métro aux catacombes romaines en passant par les cages à pigeon New-yorkaises), la création d’univers (l’hotel COntinental) donnent aux films un atout visuel que d’autres ambitions (je pense au Grandmaster de Wong Kar-wai) n’ont pas si bien réussi. Personnellement j’ai pris un vrai plaisir visuel à ces visionnages. Des films d’ailleurs dotés de très belles affiches qui donnent le ton.

Kong Skull Island

Résultat de recherche d'images pour "kong skull island artwork"

M’étant dispensé de ciné pour le coup tant ça semblant n’importe-quoi (avec Samuel Jackson on craint toujours le pire), j’ai été très agréablement surpris par l’ambition série-B et la recherche graphique vraiment chouette de cet univers de monstres géants. On est très proche de ce qu’a fait Guillermo Del Toro sur Pacific Rim, avec un background fouillé et un design barbare adapté su sujet. Le travail sur les indiens est excellent, les décors fouillés et terriblement graphiques. Bref, une vraie BD à l’écran. Si le scénario est pas plus mauvais que pour tout blockbuster estival, on reste avec un vrai sourire graphique qui donnerait presque envie de voir la suite. Avec en prime un magnifique générique final (… généralement le travail du générique donne le ton sur l’ambition et le sérieux de la production).

Roi Arthur

Image associéeÉtrange film que cette adaptation par le très visuel Guy Ritchie. Une première séquence d’abord, totalement sidérante de démesure, d’équilibre entre son et image, de puissance de mise en scène muette… Puis un travail d’invention syncrétique entre plusieurs époques pour Londinum. Enfin, un long film banal dans sa mise en scène, dans ses décors, dans l’utilisation de son bagage… Enfin, un combat contre le bosse de fin que n’aurait pas renié Frazetta. Passons donc sur les défauts pour nous concentrer sur la grande réussite du film: les références visuelles, à Frazetta donc (le monstre est très directement issu des illustrations du maître comme jamais auparavant au cinéma), au Seigneur des anneaux et ses Olifants ici démesurés, à ce que le design de chevalerie à fait de mieux (on pense au Boorman d’Excalibur évidemment). Il en résulte une petite frustration que Ritchie n’ait pas produit le grand film barbare qu’il aurait pu, sorte de suite moderne au Conan de John Milius.

Note: Thor Ragnarok comme Les Gardiens de la Galaxie 2 m’embêtent un peu car je reconnais une véritable démarche artistique dans les deux cas (et très proches l’une de l’autre). Si je reconnais en outre une certaine qualité au premier dans l’humour et le décalage avec le MCU, pour les deux films je trouve qu’il y a une faute de goût manifeste et en tout cas quelque chose qui ne m’a pas du tout accroché. Une sorte de fausse bonne idée qui aboutit à quelque chose de moche alors que tant d’argent et tant de talent ont été utilisés sur ces métrages. Dommage, vraiment!

 

Publicités
Non classé

Bilan 2017

Comme je suis un peu court en billets (pas en BD rassurez-vous!) je vais en profiter pour faire un petit bilan de l’année écoulée, d’autant plus pertinent que c’est plus une renaissance qu’une année supplémentaire. En effet, j’avais lancé l’idée d’un blog BD à l’été 2016 (je dis bien l’idée, l’objectif étant d’abord de compiler mes ressentis de mes lectures BD plut que d’une démarche grand public avec la com’ et la dissémination qui vont avec) mais après quelques billets j’avais dû le mettre en pause.

L’été dernier j’ai décidé de relancer sérieusement le blog dans une vraie démarche nécessitant de s’approprier l’outil wordpress (sur ce plan ce n’est pas encore tout à fait abouti) et d’assurer une publication régulière dont il fallait trouver le rythme. L’automne  dernier m’a donc permis de définir les grandes lignes auxquelles j’essaye de me tenir en matière de rythme et de contenu. Je vais donc commencer par quelques stat dont je suis assez fier (je n’ai pas la moindre idée de la moyenne de fréquentation des blog BD, si je suis un nain ou correcte):

Stat

  • Pour l’année 2017 (commencée réellement en juillet donc 6 mois) j’ai 2504 vues, 1190 visiteurs uniques, 240 likes et 250 commentaires.
  • La progression passe de 85 vues en juillet et double chaque mois pour s’établir à 730 vues mensuelles en novembre et décembre.
  • 25 abonnés wordpress, 854 amis Facebook (138 inscrits sur la page FB du blog), 28 abonnés twitter.
  • 76 billets en 2017

Top billets

Les billets les plus lus:

  • couv_312847Servitude 5… je suis bien content car c’est vraiment ma série préférée depuis la fin d’UW1!
  • retourbelzagor_t2_couv_46856_couvsheetVraie découverte sur un service presse numérique.
  • 12940 Encore!!, billet sur l’ensemble de la série.
  • couv-jacques-damour-620x840 (service presse numérique mais je suis super content que le billet ait plu: c’est de jeunes auteurs et une vraiment bonne adaptation. Surtout c’est vraiment pas un type de dessin auquel j’accroche et pourtant l’album m’a particulièrement touché).
  • couv_312102 Le dernier (et formidable) Lepage, lu en numérique malheureusement…
  • couv_208522 Adaptation de Guillaume Sorel que j’avais manqué et qui est sublime, comme toutes les BD de Sorel.
  • La gazette du château des étoiles : un des billets spécifiques  du blog puisque portant sur un format journal. Je suis content que ça ait plu et je continuerais, notamment sur la prépub du dernier Bourgeon.

… et mes coups de cœur 2017 (de ce que j’ai lu, pas forcément de l’année de parution):

shi-tome-1-au-commencement-etait-la-colerecouv_164372low-tome-3

a13qdc9h7fl113598_c9782505019930-couv

couv_226115seven-to-eternity-tome-1

Activité générale et perspectives 2018

J’ai découvert en marchant comment on faisait de l’audience ai activé rapidement le Facebook. J’en suis assez content. J’ai commencé par un compte puis une page et du coup je doublonne les billets entre les deux le temps d’atteindre le rythme de croisière C’est plus compliqué pour le twitter mais je laisse venir et je l’utiliser surtout pour découvrir des infos et baver devant les illu de Kim Jung Gi et Sean Murphy… Je m’inspire des blogs efficaces comme celui de Xander ou Mo’ par exemple. Depuis quelques temps des blogs de la taille du mien passent par ici et ça me permet de me comparer à même échelle.

Je me suis retrouvé je ne sais plus comment à participer à La BD de la semaine et c’est un rendez-vous formidable qui m’oblige à tenir un délai et me motive énormément dans ce partage. J’aimerais en faire d’autres, notamment sur les comics (si des groupes passent par-là…). Du coup le mercredi est le jour le plus fréquenté et le plus commenté. C’est intéressant aussi car ce groupe est surtout composé de lecteurs de BD assez classique et j’arrive parfois comme un éléphant avec des comics un peu hard-core ou des trucs de SF auxquels ils n’ont pas l’habitude. Mais c’est un vrai challenge que de convaincre des non initiés de la valeur d’une BD de genre.

Hormis la BD de la semaine, depuis quelques temps je m’astreint à publier un Comics ou Manga le lundi et une trouvaille le vendredi. Pour les manga c’est un peu chaud car ce sont des séries longues et si je ne veux pas republier un billet pour chaque volume ça veut dire chroniquer le premier volume, pas toujours représentatif de la série (comme pour Sun-Ken RockLa trouvaille, c’est un vrai plaisir que de relire une bonne BD ou de découvrir un truc que j’avais loupé et de le faire découvrir (c’est finalement l’objectif de ce blog et je trouve plus intéressant de faire de vraies découvertes que de chroniquer le Batman de Marini ou le dernier Astérix que l’on voit partout). Je fais de temps en temps C’est lundi que lisez-vous? et j’essaye de croiser les liens vers d’autres billets de blogs sur un même album. J’essaye de disséminer mes billets sur Babélio et BDgest pour amener du flux.

Niveau rubriques ça se dégrossit même s’il faudra faire un peu de ménage. En 2018 je vais essayer de faire plus d’artbook et d’illustration libre hors album. En répartition par genre j’ai 58 albums BD, 24 comics, 14 manga. Ca dépasse 2017 mais ça donne une idée.

Niveau partenariats, outre l’envie de participer à des RV réguliers (si vous voulez participer à la Trouvaille, c’est volontiers, contactez-moi!), j’ai contacté des éditeurs en octobre avec quelques retours. Je vais relancer mais c’est surtout mes chroniques chez Iznéo qui me permettent (outre la bibliothèque) de découvrir des albums sans avoir à tout acheter.

Niveau lectures, je vais essayer de calmer un peu les SP Iznéo (très sympa en découverte mais qui me prennent sur mes lectures choisies) pour prendre plus le temps de ce que j’aime: découvrir un auteur et fouiner dans ses anciennes BD. J’ai pas mal de retard en Manga avec la suite de DBZ Super d’abord mais surtout les séries Innocence et Innocence Rouge, Sun-ken Rock, Wallman… Et puis ca fait quelques temps que j’ai pas fait un  billet général sur un auteur (depuis Esad Ribic) et pour ca faut connaître un peu la biblio du bonhomme. Bon allez j’arrête là car je pourrais encore pondre des tartines sur me myself and I. Bonne année BD et surtout sortez des sentiers battus!

 

Non classé

Littératures de l’imaginaire : le lecteur disséqué

Super intéressante étude de Babelio! Une fois n’est pas coutume, je reblog.

Le blog de Babelio

L’Imaginaire ayant pris le pouvoir en librairie pendant tout le mois d’octobre, c’est à ses lecteurs que nous nous sommes intéressés pour la douzième conférence de notre cycle destiné aux professionnels du livre qui vise à explorer les pratiques des lecteurs.

Fantastique, science-fiction, fantasy… Portées ces dernières années par de nombreux best-sellers et des adaptations à succès sur le grand et le petit écran, les littératures de l’imaginaire s’ouvrent à un public sans cesse plus large, tout en restant les grandes absentes des colonnes de la critique traditionnelle.

1.jpg

Qui est le lecteur d’imaginaire ? Quelle place accorde-t-il au genre dans ses lectures ? Comment se forment ses choix, ses fidélités, ses découvertes ?

Pour tenter d’en savoir plus sur ces lecteurs qui sont tout sauf imaginaires, nous avons mené une enquête du 5 au 11 septembre 2017 auprès de 3 428 lecteurs présents sur internet. Nous avions d’ailleurs déjà mené une…

View original post 2 363 mots de plus