BD·Documentaire

La petite bdthèque des savoirs #7

Le Docu du Week-End
Le nouvel Hollywood
BD de Jean-Baptiste Thoret et Brüno
Le Lombard (2016), 98 p., La petite bdthèque des savoirs #7

couv_279621Dans mes prospections sur la BD documentaire j’avais repéré cette collection encyclopédique format BD au Lombard. Du coup je commence la collection par le volume 7 dessiné par Brüno, sur le Nouvel Hollywood.

La collection Bdthèque des savoirs a commencé en 2016 et sort quatre numéros par trimestre, en associant un spécialiste reconnu d’un sujet et un illustrateur de BD, avec pour ambition de ne pas se limiter sur les sujets. Des illustrateurs comme Brüno, Alfred, Guerineau ou Marion Montaigne ont déjà publié dans cette collection qui leur permet de sortir de la rigueur des cases de BD pour illustrer une thématique.

Résultat de recherche d'images pour "le nouvel hollywood brüno"Le numéro sur le Nouvel Hollywood est écrit par Jean-Baptiste Thoret, spécialiste du cinéma américain tendance « Inrockuptible ». Sa connaissance semble sans fin tant l’album raconte dans les plus grands détails cette période passionnante de Hollywood, entre la fin du classicisme et l’émergence de la Réaction reaganienne à l’arrivée des années 80. On y parle de films connus: Easy Rider, considéré comme le film qui lança cette tendance des golden-boys d’Hollywood souhaitant importer la Nouvelle vague française dans l’industrie des studios américains. Les Copolla, Scorsese, Friedkin, Peckinpah, Terrence Malick,… bref, ceux qui sont considérés aujourd’hui comme les monstres sacrés du cinéma américain mais qui ont connu pour la plupart des heures bien difficiles après cette poignée d’années de succès et de révolution culturelle.

Résultat de recherche d'images pour "le nouvel hollywood brüno"L’intérêt de ce récit est qu’il nous montre en quoi le cinéma a transposé des évolutions sociétales américaines sur les écrans, en concomitance avec le mouvement des droits civiques et le Flower Power. Ces réalisateurs ont été ensuite rejetés car ils ont cherché à briser le vernis du mythe américain en narrant les histoires de ratés, de déviants, celles du vrai peuple et non seulement des seigneurs et importants. Certains films ont été censurés et certains réalisateurs du Nouvel Hollywood ont totalement disparu par la suite. On découvre alors que pour Thoret celui qui a mis fin (malgré lui) à cet espoir c’est Georges Lucas (qui a pourtant imaginé sa production galactique hors des studios et donc bien dans l’esprit du Nouvel Hollywood): en produisant un succès mondial via une histoire archétypale, mythologique et manichéenne, en inventant le merchandising et la promo TV, il a remis toutes les clés dans les mains des producteurs…

Image associéeLa mise en image de Brüno est efficace et s’appuie sur l’imagerie contrastée des affiches des films des années 70-80. Je ne suis pas fan de son trait en général mais il faut reconnaître qu’ici ses planches sont très évocatrices. Sa documentation sur les photos et promo des films de l’époque est très importante et vaut pour l’aspect documentaire. Contrairement à des albums d’enquête ou de reportage (type Davodeau), je suis néanmoins dubitatif sur ce qu’apporte le dessin dans des bouquins de ce type. Une iconographie classique dans un livre encyclopédique aurait proposé des affiches et photos de films. Ici ces dernières sont désignées par la pattes de l’illustrateur mais a moins d’être fan de l’auteur cela ne donne pas franchement de valeur ajoutée. Il faudrait voir sur d’autres numéros de la Bdthèque des savoirs si la remarque vaut toujours…

Le projet est néanmoins très intéressant pour qui aime le dessin et la BD et personnellement je soutiens toujours les démarches qui aident à élargir le public BD via des ouvrages de ce type. Je conseille en outre vivement le bouquin à tout amateur de cinéma et d’histoire du cinéma, tant on y apprend de choses dans un récit parfaitement équilibré.

note-calvin1note-calvin1note-calvin1

Achetez-le badge-cml

Résultat de recherche d'images pour "bonnie and clyde affiches"Résultat de recherche d'images pour "french connection affiches"

Image associée

Publicités
BD·Documentaire·Rétro

Saison brune

Le Docu du Week-End
BD de Philippe Squarzoni
Delcourt (2012), 480 p. , n&b.

couv_154680

L’éditeur a mis en place une page web très intéressante donnant plein d’infos sur l’auteur, les personnes rencontrées et l’ouvrage lui-même.

A l’occasion de la réédition de Saison Brune, je vais vous parler de cet important album traitant du réchauffement climatique et des enjeux politiques qui sont derrière. La relecture de cet album paru il y  a déjà six ans nous montre que l’alarmisme de l’auteur et des experts rencontrés pour l’occasion était loin de la réalité lorsque l’on regarde la situation de la planète aujourd’hui… Piqûre de rappel!

Philippe Squarzoni n’est pas vraiment un auteur de BD. Il est plutot documentariste-dessinateur et traite de sujets à la fois personnels (il se mets en scène, mais pas à la manière d’un Michael Moore, de façon plus intimiste) et très politiques, globaux, comme cet ouvrage qui est un peu le pendant du film d’Al Gore « une vérité qui dérange », qui avait fait grand bruit à l’époque sur la question du réchauffement climatique.

Résultat de recherche d'images pour "squarzoni saison brune"Le format BD documentaire est compliqué en ce qu’il joue sur un fil qui parlera à chacun selon ses sensibilités et ses envies. Je mettrais Squarzoni entre Lepage (pour l’implication intimiste), Joe Sacco (pour la précision documentaire) et Davodeau (pour l’engagement politique). Sur Saison brune il parvient en effet, en prenant le temps, à produite une somme, une enquête méthodique sur la question du réchauffement climatique, qui a l’intelligence de partir du point de vue du naïf…

En début d’album l’auteur est en train de terminer son livre précédent (DOL, sur le second mandat Chirac) et s’interroge sur le débat concernant le réchauffement climatique et notamment les rapports alarmistes du GIEC. Il va alors s’informer, se documenter, interroger des experts et apprendre en même temps que le lecteur, lui expliquant avec pédagogie des questions souvent techniques sur le fonctionnement du climat, mais aussi des comportements humains. Par exemple, lorsque Squarzoni explique à sa femme que pour réduire l’impacte de la crise climatique il faudrait revenir au mode de vie d’un indien pauvre… et que personne n’a envie du niveau de vie d’un indien pauvre! Heureusement que le dessin (assez froid mais qui se prête bien à l’analyse) est là pour faciliter la compréhension, avec force illustrations pratiques (et une approche onirique qui me rappelle le travail de Shin’ichi Sakamoto sur Ascension par exemple).

Résultat de recherche d'images pour "squarzoni saison brune"Je suis assez attaché au dessin dans la BD et je reconnais que le style hyper réaliste de Squarzoni (qui peut rappeler la technique d’un Christophe Bec par exemple)  n’est pas forcément ma tasse de thé. Il permet néanmoins de poser une ambiance documentaire, journalistique, élément qui manque selon moi aux albums de Joe Sacco qui par son style presque cartoon casse un peu cette froideur utile au propos. Techniquement il n’y a rien à reprocher et certaines cases sont vraiment belles, notamment les nombreuses séquences contemplatives de nature.

J’ai été assez bluffé par l’impression qui ressort de cet ouvrage. Une enquête qui demande de l’effort au lecteur, de l’implication, et dont on sort avec le sentiment d’avoir eu une démonstration totalement implacable, irréfutable, de la gravité de la situation climatique et de la responsabilité écrasante des dirigeants politiques et économiques. Le climat a déjà basculé et l’inertie du système fait que même si toute activité industrielle s’arrêtait immédiatement il faudrait une longue période pour que le système climatique retrouve son fonctionnement normal. En bref on n’est pas dans la merde…

Résultat de recherche d'images pour "squarzoni saison brune"Les rapports du GIEC, critiqués pour leur caractère dramatique, sont ainsi des présentations déjà policées des observations de terrain. La seule faille dans laquelle s’engouffrent les climato-sceptiques est celle, imparable, de la courte période d’analyse. L’attaque est bien pensée puisque par définition, concernant le climat, seules des analyses sur des milliers d’années permettraient de démontrer par A+B la cause humaine du réchauffement. Al Gore avait assumé de  forcer le trait en présentant dans son film des courbes à l’échelle géologique justement. Ceux qui voudront se voiler la face trouveront ainsi toujours des arguments techniques pour amoindrir la réalité de la crise. Il n’en demeure pas moins que l’ouvrage de Squarzoni, mais également toutes les autres œuvres ou documents sur le sujet convergent vers une analyse commune. L’homme est en train de creuser sa propre tombe et les éléments de langage politique sur la réversibilité de la chose sont totalement mensongers. Le mouvement est enclenché et ne pourra pas être arrêté.

note-calvin1note-calvin1note-calvin1note-calvin1

Achetez-le badge-cml

 

BD·Documentaire

Cher pays de notre enfance

Le Docu du Week-End
BD d’Etienne Davodeau et Benoit Collombat
Futuropolis (2015), 223 p. n&b

9782754810852Ce gros volume est découpé en quatre parties et se termine par une post-face de Roberto Scarpinato, « le dernier des juges antimafia » (dont le texte n’apporte rien de plus que l’album). Les deux premiers chapitres ont été publiés dans la revue dessinée.

Attention album très important! Si beaucoup de documentaires nous enseignent sur des sujets plus ou moins majeurs et méconnus, le travail de Davodeau et Collombat se penche sur une période et un sujet relativement connu du grand public. Mais le détail de l’enquête, la précision des informations et témoignages délivrés donnent une réalité glaçante à des événements que les moins de cinquante ans (dont je fais partie) auront beaucoup de mal à imaginer comme réels. Le livre saisit par-ce qu’il parle de personnes qui ont exercé jusque tout récemment les responsabilités de l’État, par-ce qu’il parle de personnes tuées alors qu’elles officiaient à de très hauts postes, mais surtout par-ce qu’il ne parle pas d’Histoire mais de l’actualité presque immédiate…  La France dépeinte est un régime mafieux aux méthodes fascistes. La couverture est à ce titre particulièrement provocante et pertinente: pas une fois le nom du général n’est cité alors que l’image éclaboussée qui présente l’album fait bien comprendre que le président était très logiquement informé de ces agissements.

Résultat de recherche d'images pour Le premier chapitre de la BD traite de l’assassinat du juge Renaud alors qu’il avait établi des liens entre le SAC et des braquages destinés a financer le RPR. L’affaire sera reprise par le film d’Yves Boisset, lui-même agressé et menacé suite à film, et qui donne foules d’informations toutes plus sidérantes les unes que les autres. Dans un contexte de guerre d’Algérie et de mai 68, personne ne veut prendre le risque d’une déstabilisation de l’État si les liens entre pègre, SAC et administration étaient révélés.

Résultat de recherche d'images pour Ensuite les auteurs détaillent les ramifications du SAC dans les administrations de l’État et le fonctionnement du régime gaulliste entre Françafrique, liens avec la pègre issus de la Résistance (voir l’excellent Il était une fois en France de Fabien Nury qui décrit bien ce « gris » qui posa tant de problèmes une fois l’État démocratique restauré à la Libération).

La troisième partie qui nous laisse sidérés, raconte l’utilisation du SAC par un patronat revanchard afin de surveiller, intimider, agresser les syndicalistes et globalement le monde ouvrier après les accords de Grenelle sortis de mai 68. On y découvre des pratiques de régimes fascistes où pouvoir politique, milices employant barbouzes, repris de justice voir militaires et pouvoir économique mutualisent leurs moyens pour casser du rouge. Si certains témoignages peuvent être sujets à caution, les croisements et le sérieux du travail d’enquête de Benoît Collombat ne laissent pas de doute sur la réalité de ce qui est décrit. Glaçant.

Vient enfin un très gros morceau, sur lequel le journaliste travaille depuis longtemps sur le sujet (il avait sorti une enquête en 2007): l’affaire Boulin, reconnue par toute la profession journalistique comme sans doute le plus gros scandale de ce Régime. Résultat de recherche d'images pour Relaté avec le langage du polar ou du reportage « pièce à conviction », le chapitre est totalement passionnant mais sans doute le plus inquiétant en ce que, contrairement aux parties liées directement au SAC et datées historiquement d’avant l’arrivée de la gauche (ce qui produisit un séisme dans ce milieu et un coup d’arrêt à un certain nombre de méthodes), cette histoire se prolonge jusqu’à aujourd’hui en impliquant un nombre incalculable de responsables de premier plan. Par respect du récit les auteurs attendent la fin de l’album pour répondre à la question que tous se posent: pour eux Chirac est le commanditaire de l’assassinat du ministre… Pourquoi le pouvoir mitterandien n’a-t’il jamais pu faire ressortir la justice? Cet État dans l’État était-il encore trop ramifié pour prendre ce risque?

On ressort abasourdi de cette lecture et à la recherche de tous les films, reportages et ouvrages publiés sur l’époque. Ce document devrait être présent dans tous les CDI et toutes les médiathèques de France et être lu à titre d’hygiène démocratique.

note-calvin1note-calvin1note-calvin1note-calvin1note-calvin1

Achetez-le badge-cml

http://www.allocine.fr/_video/iblogvision.aspx?cmedia=19542792 Le Juge Fayard dit le shériff Le Juge Fayard dit le shériff Bande-annonce VF

BD·Documentaire

Lucha

Le Docu du Week-EndBD de Justine Brabant et Annick Kamchang
La boite à bulle (2018), 77 p. n&b.

Le volume est issu d’un partenariat entre l’éditeur La boite à bulle et Amnesty International, avec l’optique de proposer à des auteurs de traiter un sujet sur lequel Amnesty fournira son expertise, sa documentation et sa caution. Les auteurs choisissent librement leur sujet. L’album propose une préface d’Anjélike Kidjo, une postface d’un des militants des droits humains africain et un texte d’Amnesty sur les défenseurs des droits humains.

couv_lucha6_8424_zoomed

La Lucha voit le jour à la suite des mouvements indignés et de la révolution tunisienne de 2011. Le mouvement impulsé par de jeunes étudiants de la classe moyenne congolaise dégoûtée par l’impasse de leur pays, la corruption, la pauvreté, s’inspire tant de la non violence que des mouvements citoyens aux préoccupations très concrètes. Le fait de ne pas à voir de hiérarchie coupe l’herbe sous le pied du système de corruption installé très solidement dans beaucoup de pays du tiers monde. Cette non organisation perturbe beaucoup une répression habituée au système de chefs, plus faciles à corrompre. Les militants, qui se voient persécutés, intimidés, emprisonnés, doivent combattre au moins autant les mentalités des populations que la répression politique qui est finalement souvent un colosse aux pieds d’argile dès lors que les mouvements sont médiatisés. Le mouvement commence par l’accès à l’eau puis part en lutte contre la mainmise de l’église catholique sur les écoles et la taxe qu’elle fait peser sur l’accès à l’école.

Image associée

L’association essaye de gérer sa crise de croissance en gardant une neutralité absolue, notamment vis à vis des partis. Les soutiens qu’ils reçoivent des ONG vise à compenser les attaques judiciaires et intimidations pénales dont ils sont victimes. Finalement le clivage entre la classe politique composée d’hommes ayant la culture du chef et de l’obéissance, n’est guère différent de la situation démocratique en Europe (si ce n’est d’échelle) où toute une génération tente de changer le fonctionnement de vieilles démocraties bourgeoises.

Résultat de recherche d'images pour "boite a bulle lucha"

C’est à mon sens la réflexion la plus forte et la plus grande vertu de cet album que de nous faire réaliser, nous occidentaux centrés sur des problématiques qui pourraient paraître futiles, que nous avons les mêmes combats: environnementaux, démocratiques,… La jeunesse du monde aspire à balayer les réminiscences de ce terrible XX° siècle qui aura fait tant de mal et dont les élites auto-reproduites s’accrochent violemment à leur domination. Mais les choses bougent et en Afrique peut-être plus qu’en Europe finalement l’on voit apparaître (au Libéria avec George Weah, au Sénégal avec Macky Sall, …) de nouvelles figures issues de la société civiles et qui semblent décidées à combattre la corruption. Un très bel album qui donne de l’espoir.

note-calvin1note-calvin1note-calvin1

Achetez-le badge-cml

BD·Documentaire

Chroniques de Jérusalem

Le Docu du Week-End
BD de Guy Delisle
Delcourt (2011), collection shampooing, 334 p., bichromie.
Fauve d’or du meilleur album Angoulême 2012.

51kkmx5fqsl-_sx359_bo1204203200_Guy Delisle est à l’origine animateur (cinéma d’animation) québécois que les activités professionnelles ont amené en Asie, à Shenzhen (Chine), et Pyongyang (Corée du Nord)  dans le cadre du dessin animé Yakari. Puis il a suivi sa femme qui travaille pour MSF, d’abord en Birmanie puis à Jérusalem… Tous ces voyages imposés par sa vie professionnelle ou familiale ont donné lieu à un format qui constitue désormais son oeuvre: le journal de vie, mi humoristique mi documentaire.

Ce qui caractérise les Chroniques de Jérusalem, BD hautement biographique donc, c’est le caractère du bonhomme. Sans savoir s’il scénarise son personnage ou s’il reflète réellement les sentiments de l’auteur, l’on suit une sorte de naïf désintéressé et observant de façon totalement détachée des événements aussi graves que l’opération Plomb durci qui a vu l’armée israélienne massacrer la population de Gaza en 2008-2009, se livrant tantôt à un commentaire posant des interrogations faussement naïves, tantôt considérant ce qu’il voit comme une simple information avant d’aller chercher ses enfants… Résultat de recherche d'images pour "chroniques de jerusalem"Or on peut dire que ce qu’il nous décrit dans de courtes séquences de 1 à 10 pages n’est pas totalement « normal » au regard de nos critères européens! Outre la guerre et la présence militaire, c’est surtout l’apartheid de fait et l’omniprésence religieuse qui marque le lecteur. Pas une présence « normale » encore une fois, mais un concentré de toute la folie que peuvent véhiculer les religions: des ultra-orthodoxes par ici qui vous lancent des cailloux si vous roulez en voiture pendant Shabbat, des israéliens qui ne vous parlent pas si vous êtes étranger, des étudiantes palestiniennes qui s’enfuient en voyant un strip de l’auteur montrant une femme nue, des samaritains qui conspuent les juifs par-ce qu’ils traduisent mal la Torah ou des gardiens du Saint-sépulcre (chrétien) qui se répartissent depuis des siècles, quelle confession entretien quelle fenêtre et quel pan de mur… Bien sur on en rigole mais le ton adopté, sorte de Candide en Israël, nous rappelle que cette BD est un journal, un documentaire sur des faits. Et l’on n’a pas très envie d’aller vérifier la véracité de tout ceci tant cela aurait pu s’appeler « un homme au foyer chez les fous »…

Ah oui, le côté « roman français » (qu’on retrouve aussi chez Riad Sattouf dans son Arabe du Futur) c’est que Guy Delisle est dessinateur mais surtout homme au foyer, à gérer les gamins et  la logistique pendant que sa femme travaille sur de très grosses journées, à découvrir la vie d’expat’ et à naviguer entre le tourisme (compliqué semble t’il), l’ennui et son statut théorique d’artiste (il n’arrive pas à travailler tout au long de l’album…). Cela crée une atmosphère de glandeur terre à terre bien savoureuse.

Image associéeJ’ai beaucoup entendu parler de Guy Delisle, qui a la côté dans le landerneau médiatique parisien bobo. Si je reconnais sa maîtrise du format strip et une certaine efficacité dans l’expression minimaliste et la gestion des silences (très drôles), personnellement je préfère des BD documentaires un peu plus graphiques. Le strip est un format formidable… mais qui perd de son impact quand il est rassemblé sur 300 pages… L’album a le grand mérite de nous faire découvrir une réalité très lointaine et qui se veut objective (je rappelle chaque fois, comme le précise Davodeau sur la préface de Rural! que le documentaire a nécessairement une focale personnelle de l’auteur et par conséquent est orienté), dans ses différentes facettes. On s’y perd un peu par le côté déstructuré et l’absence de « récit » même si progressivement les « personnages » fréquentés par Delisle deviennent familiers.

C’est a mon sens le côté « folie des religions » qui est le plus intéressant, entre le prêtre fan de BD et déconnant sur le Pape et les ultra-orthodoxes. Se défendant de tenir un discours politique, Delisle est pourtant contraint de prendre position notamment contre les colons et la politique de colonisation des gouvernements israéliens. On n’est pas dans le pamphlet chirurgical d’un Joe Sacco (cité dans l’album) mais l’objectivité lui impose de présenter les absurdités et injustices. Comme chez Sattouf l’image donnée du moyen-orient n’est pas reluisante, et l’on sort de la lecture un peu déprimé en se disant qu’une nation aussi psychotique n’est pas sortie de l’auberge…

note-calvin1note-calvin1note-calvin1

Achetez-le badge-cml

BD·Documentaire·Numérique·Service Presse

La revue dessinée #18

Le Docu du Week-End

Connaissant de réputation et ayant feuilleté plusieurs fois La revue dessinée sans prendre le temps d’en lire un numéro, la rubrique docu du blog était une bonne occasion de sauter le pas et de décortiquer un volume. Izneo me permet de lire en numérique le numéro 18 sorti récemment. Étant donnée la pagination (228 p. de BD pour seulement 15€…) cet article vise à vous donner un aperçu des thèmes abordés et de la qualité générale de cette excellente revue.

https://www.larevuedessinee.fr/wp-content/uploads/2017/11/001-228_lrd18_couv_couv_dos-1.pngLe numéro comporte quatorze articles: cinq sont du reportage au format BD, sur une trentaine de page chacun, le reste est composé de courts articles ou pages illustrées sur des rubriques régulières. La revue dessinée a la même structure que tout magazine mais en format BD. Elle a donné naissance à Topo, sur le même principe mais destinée aux moins de 20 ans. A la fin de chacun des articles-BD une double page de prolongations donne des infos, statistiques, précisions, commentaires des auteurs et courte bibliographie. On ne peut rien demander de plus et en outre un courrier des lecteurs assure le contact entre la revue et les lecteurs. Dernière précision, vue la qualité de la revue et la taille du budget, il semble qu’il n’y a que très peu de stock sur les anciens numéros. Je conseille par conséquent de les acheter sur Iznéo pour vraiment pas cher (5€ le numéro)!Résultat de recherche d'images pour "la revue dessinée 18"

  • La clinique de la Borde: le premier chapitre remarquablement dessiné (l’illustrateur de Pereira pretend, qui a joui d’un excellent écho a sa sortie) aborde la psychiatrie institutionnelle à travers l’histoire de la clinique de la Borde et de Jean Oury, médecin convaincu qu’il fallait commencer par « soigner l’institution pour pouvoir soigner les fous ». Cette histoire rejoint le massage de Désobeisseurs que j’ai chroniqué il y a quelques semaines. Dans ces années 50 où les aliénés sont cantonnés aux électrochocs et a l’abandon, ce précurseur et ses amis/inspirateurs Deleuze, Foucault, Guattari ouvrent les cellules et les esprits des malades. Passionnante, cette histoire nous apprend beaucoup de choses sur un sujet peu vulgarisé.
  • Retour sur la manif pour tous: dialogues-vérité fictifs de personnalités du mouvement, les succès et échecs des combats de ce mouvement traditionaliste  et les liens avec les représentants politiques de la droite classique. Idée originale avec reprise de la bichromie rose bleu du mouvement, mais l’article est plus une pastille amusante qu’un reportage.
  • Les parafoudres radio-actifs: reportage effarant sur un scandale étouffé par France-Telecom/Orange. Des centaines de milliers de parafoudre contenant du gaz radioactif ont été installés sur les poteaux du réseau Telecom national. Des 1978 des alertes sanitaires internes sont lancées. Jusque dans les années 1990 l’entreprise tente d’étouffer, d’enterer les dossiers, d’intimider les lanceurs d’alerte. La radioprotection et la justice finissent par obliger le démontage des éléments radioactifs, tache confiée à des prestataires externes et les éléments toxiques sont stockés dans des fûts plastique sans aucun respect des règles de confinement… Ce problème concernerait également la SNCF et Air France. Histoire absolument sidérante et qui fait froid dans le dos car l’on sait que des affaires similaires sortent régulièrement et que les dirigeants à l’origine des scandales ont décennie après décennie le même cynisme qui n’est pas prêt de s’arrêter. Ecoeurant!
  • Une maternelle Montessori publique: pour qui a des enfants et s’intéresse un tant soi peu à l’Education Nationale, les paradoxes entre les réussites des pédagogies Montessori/Freinet et le coût des écoles privées qui les mettent en place est connu. L’Education Nationale vise à élever par l’éducation tous les enfants et notamment ceux victime de la reproduction des inégalités, via tout un tas de processus coûteux et ciblés mis en avant par les politiques. On sait combien les élèves différents auraient à gagner à des pédagogies « innovantes ». Un groupe de professeurs des écoles d’une cité parisienne décide collectivement d’appliquer la pédagogie Montessori, basée sur l’autonomisation des enfants et l’adaptation de l’enseignement à leurs envies, de façon souple, tout en ouvrant l’école aux parents et à la société. Loin de toute caricature les auteurs de la BD ne montent pas la méchante institution contre les gentils instit’. Très subtile et magnifiquement illustré, l’article montre les différentes problématiques de l’école et d’un système social et scolaire élitiste qui ne corrige que très peu les inégalité. Au risque d’enfoncer des portes ouvertes, le format reportage permet de coller à la réalité des enfants et des adultes qui les côtoient. Un excellent docu qui aurait mérité un album édité!
  • La buvette des députés: double page décalée racontant ce qu’il se passe dans les coulisses du Parlement, en ce lieu autrefois fort aviné, mais qui aujourd’hui encore permet aux adversaires politiques de discuter dans un environnement serein, loin des caméras et de l’institutionnel. Aucun intérêt graphique, mais le sujet est sympa.
  • L’explosion des supermarchés: une présentation très didactique et illustrée de façon rigolote sur la croissance des surfaces d’hyper-marchés en regard de la baisse des achats des clients. Tout cela est lié à la libéralisation et l’idée selon laquelle cette activité crée de l’emploi et que le commerce attire le commerce. La BD se conclut avec les pages habituelles d’infos avec d’étonnantes photos de centres désaffectés aux Etats-Unis, qui permet de voir vers quel avenir on se dirige..
  • Les grammar Nazi: sketch super drôle où un ayatollah de la langue ou « grammar nazi » corrige un jeune parlant le langage sms et nous explique l’étymologie du mot Orthographe qui devrait se dire « orthographie »!

note-calvin1note-calvin1note-calvin1note-calvin1

BD·Documentaire·Rétro

Rural!

Le Docu du Week-End
BD d’Etienne Davodeau
couv_6184Delcourt (2001), 133p.

Pour ma première BD de Davodeau (on parle beaucoup de lui dans la « bonne presse » et j’ai souvent des réflexes de recul quand tout le monde aime un bouquin…), j’ai opté pour Rural, sous-titré Chronique d’une collision politique… Alors il ne sera pas question de politique dans cet excellent (et très drôle) documentaire sur les transformations du monde rural et périphérique. Ou pas dans le sens journalistique. Mais de politique sociétale assurément car lorsque l’on fait des choix (généralement minoritaires), on fait bien sur de la politique! Et c’est ce que font les protagonistes de l’album.

Résultat de recherche d'images pour

Les personnages de ce reportage en trois axes sont d’une part les associés d’un GAEC (groupement de producteurs) de vaches laitières Bio, d’autre part un couple chassé de sa maison par le passage d’une nouvelle autoroute, enfin les incidences et contextes de tracé de cette nouvelle voie aux incidences majeures sur des populations et des paysages. Un excellent résumé de notre époque où l’équilibre entre ruralité et urbanisation semble de plus en plus difficile à maintenir.

Vers la fin de l’album, lorsque, logiquement l’auteur devrait aller voir les responsables de l’Autoroute ASF en bon documentariste qu’il est, afin d’avoir tous les sons de cloches, il explique sur une pleine page qu’il fait le choix de ne pas le faire: il ne souhaite pas diffuser la communication formatée et très efficace de l’entreprise sur les bienfaits de l’autoroute et sa démarche « écologique » et il assume la proximité humaine qu’il a tissé avec ces victimes du serpent d’asphalte pendant une année. En début d’album outre une préface de José Bové, Davodeau donne un point de vue très intéressant sur la subjectivité du documentariste et du réel. Il assume le fait que le bouquin sera un point de vue, son point de vue et que même avec une démarche d’objectivité, la réalité n’est pas la même pour tout le monde ; même des images filmées sont montées et scénarisées. Il nous invite alors à prendre son livre comme sa vision d’une réalité. Je trouve passionnante cette cohérence qui permet à la fois de lire le bouquin comme un reflet d’événements réels et de fait une « fiction » avec ses effets de style et la subjectivité (la sensibilité) de l’auteur. Néanmoins nombre de scènes et de dialogues sonnent tellement vrais que l’on ne peut s’empêcher de les sentir profondément sincères.

Ainsi l’on apprend plein de choses dans ces aller-retours de Davodeau en R5 (l’affaire se déroule en 1997) entre la ferme du Kozon où les associés nous expliquent avec force pédagogie mille détails de la vie à la ferme, et la maison de Catherine et Philippe, passages les plus sombres de la BD tant est palpable la tension liée à ce sacrifice obligé d’années de travaux pour un rêve détruit. Les agriculteurs sont bavards et adorent expliquer leur travail, parfois technique, parfois trivial comme lorsqu’il faut naviguer entre les lâchers de bouses des vaches dans l’enclos de traite…

Résultat de recherche d'images pour

La structure de l’album est clairement liée aux discussions entre le reporter et ses sujets, ce qui permet une souplesse et de lier incidemment chaque sujet les uns aux autres, nous permettant de ressentir les problématiques générales entre le collectif et l’individuel, entre les nécessités d’équipement nationales, les envies de passer au bio, les contraintes réglementaires,… Il n’y a pas a proprement parler de méchants dans l’histoire, même pas l’autoroute dont personne ne conteste l’éventuelle pertinence autrement qu’en rappelant qu’un élargissement de la nationale coûterait au contribuable alors qu’une autoroute est financée par le prestataire. Une question de choix…

Résultat de recherche d'images pour

Le sujet de Davodeau n’est pas de parler de corruption (connue dans ces dossiers), de grands projets polluants, etc. Il cite simplement le président de l’association de sauvegarde du territoire qui pointe des questions liées au tracé. Il donne son point de vue personnel sur la destruction du paysage par les ponts et le goudron. Il montre l’effet du passage de la voie sur la maison des Soresi ou le fait qu’un élu local voulait un échangeur vers sa commune… Pas de polémiques donc mais simplement des illustrations documentaires des incidences d’une vision productiviste et industrielle d’une vie rapide et performante en regard de choix (collision politique nous disions…) d’individus d’une vie saine, tranquille et de la difficulté à pouvoir conserver son libre arbitre dans une société qui ne laisse plus beaucoup de place à des choix différents. Etienne Davodeau (dont je n’apprécie pas plus que cela le dessin, je précise) nous offre un très bel album où l’on sent l’investissement personnel et qui reste absolument pertinent même 18 ans après. Et si vous voulez prolonger en mode rigolade, les Vieux Fourneaux du grand Lupano traitent aussi de ces questions.Résultat de recherche d'images pour Résultat de recherche d'images pour Résultat de recherche d'images pour Résultat de recherche d'images pour