***·BD·Documentaire·Nouveau !·Service Presse

Jujitsufragettes – les amazones de Londres

Le Docu du Week-End

BD Clément Xavier, Lisa Lugrin et Albertine Ralenti
Delcourt (2020), 128p. + cahier documentaire., one-shot. Collection Coup de tête.

bsic journalismMerci aux éditions Delcourt pour leur confiance.

La couverture comporte un vernis sélectif sur la première et quatrième et mise en avant de la préfacière Elsa Dorlin, médaille de bronze du CNRS. Le cahier final est un peu court (7 pages) et constitué essentiellement d’une double page documentaire prolongeant le combat des suffragettes après 1914, d’une biographie d’Edith Garrud et quatre pages dédiées aux littes féministes actuelles faisant la parallèle entre violences policières alors et maintenant.

couv_403976

En 1910 le mouvement des suffragettes s’affronte au rigide premier ministre britannique protecteur d’une société bourgeoise patriarcale qui n’envisage pas de bousculer ses habitudes en accordant le droit de vote aux femmes, fut-ce au prix d’une trahison de ses engagements. Victimes d’une répression policière féroce que le monde découvre dans les journaux, les féministes du WSPU font appel à une professeur de Jujitsu afin de leur apprendre à se protéger de leurs maris comme des policiers…

Jujitsuffragettes : le combat des femmes britanniques pour le droit de voteCe second album de la nouvelle collection sport et histoire de Delcourt est très différent du récent Croke park. Si ce dernier associait un vétéran du dessin venu des séries grand-public (Guérineau) avec un historien novice en scénario séquentiel pour un album très beau mais plus photographique que ludique, c’est l’inverse ici avec deux auteurs qui en sont à leur cinquième BD publiée et ont un parcours dans l’édition alternative et le fanzinat. Jujitsufragettes est ainsi un vrai album de BD, plein d’humour et construit sur une narration suivant Edith Garrud, la prof de Jujitsu qui embarqué dans le train de la lutte des femmes anglaises pour le droit de vote (on remarquera, sûrement un hasard, que les deux premiers albums de la collection nous rappellent les pratiques pas très démocratiques de nos cousins d’outre-Manche, que ce soit sur la terre d’Irlande ou auprès de l’autre moitié de leur population…). Malgré un sujet sérieux et des évènements résolument dramatiques, les auteurs font le choix du grand-public, l’album pouvant être lu par toute la famille. Le trait est simple mais plutôt précis techniquement et détaillé, les couleurs franches et agréables et outre l’insertion dans la BD de photos et dessins de presse d’époque Lisa Lugrin propose par moment de belles visions graphiques.

PressReader - Causette: 2020-08-26 -Sous couvert d’une relative simplicité donc, l’album propose des réflexions complexes sur les stratégies de lutte civiques en échos à tous les combats d’avant ou d’après. On nous explique très rapidement la situation tout à fait discriminatoire des femmes (qui ont le droit d’apprendre le Jujitsu, art martial asiatique, donc inférieur mais aucunement la boxe anglaise, art noble réservé aux hommes…) et la violence assumée du patriarcat politique assis sur une société bourgeoise corsetée dans des valeurs conservatrices où chacun doit rester à sa place, hommes, femmes, pauvres,… La séquence du procès montre par exemple un jury exclusivement masculin devant se prononcer sur la culpabilité d’une femme, qui nous rappelle les situations bien connues de la lutte pour les droits des noirs narrée dans le formidable Wake up America. Sans que la référence au socialisme ne soit mise en avant, on comprend vite la nécessité de convergence des luttes des suffragettes avec les autres combats pour contester les carcans de l’Angleterre victorienne. La vendetta de Jay n’est pas loin et les hommes ne reculeront devant rien pour supprimer cette exigence: matraquage, alimentation forcée des prisonnières en grève de la faim, etc.

Face à cette violence l’apport d’Edith Garrud a été de montrer l’autodéfense (loin des idées de non-violence souvent appliquées ensuite dans les combats historiques donc) à ces femmes habituées à être soumises. Il est symboliquement amusant de constater que les suffragettes se sont retrouvées à appliquer un art-martial retournant la force de l’adversaire contre lui-même face à des policiers pratiquant la force brute de la boxe. Comme une transposition physique des combats politiques. L’on apprend plein de choses dans cet album,  comme ce film montrant à l’écran l’autodéfense d’une femme victime de violences matrimoniales et qui a semble t’il été déterminant pour l’avancée de cette cause auprès du grand-public (de ce qui était tout de même une démocratie, limitée mais réelle). Il fallut cependant attendre la fin de la première guerre mondiale pour voir tomber assez vite cette résistance politique, en nous rappelant que la France dut attendre vingt-cinq ans de plus pour voir appliquer le même droit aux femmes.Jujitsuffragettes : le combat des femmes britanniques pour le droit de vote

Doté d’une galerie de personnages très intéressante, d’une couverture du sujet à la fois pédagogique et radicale sans être militant, Jujitsufragettes montre combien la BD peut admirablement avancer des sujets méconnus de façon ludique et percutante. Si la partie graphique n’est pas inoubliable mais très efficace, l’album indique la volonté d’une collection grand-public, ce qui n’est pas un mal pour mettre en avant de la BD politique et sociale.

note-calvin1note-calvin1note-calvin1

***·BD·Documentaire·Nouveau !·Service Presse

Che, une vie révolutionnaire.

Le Docu du Week-End

BD Jon Lee Anderson et José Hernandez
Librairie Vuibert (2020), 439p., one-shot.

bsic journalismMerci aux Librairie Vuibert pour cette découverte.

couv_404491

Les figures mythiques des luttes du XX° siècle ne sont pas si nombreuses. Aux côtés des combattants des droits civiques et des militants de la non violence, Ernesto « Che » Guevara est à ranger dans la catégorie des révolutionnaires tout ce qu’il y a de plus classiques: issu de la bourgeoisie argentine il est conquis aux principes du combat anti-impérialiste pan-américain dans une époque où la CIA continue la politique du Big stick dans son pré-carré de l’Amérique latine. Avec des dictatures très accommodantes avec le grand capital états-unien, le grand voyage à moto à travers le continent que Guevara fait pendant ses études de médecine le convainc d’une chose: il convient de mener des politiques d’émancipation déterminées et une résistance militaire s’il le faut. Ce contexte n’est pas relaté par le journaliste Jon Lee Anderson qui vise dans cette adaptation illustrée de sa biographie du Che à nous faire entrer dans la psyché du personnage au travers de toute une série de lettres à sa famille, à ses amis (dont Fidel Castro) ou de discours. Ce portrait passionnant est celui d’un romantique qui a placé ses idéaux avant toute autres considération, pour la vie humaine, pour la famille, pour ses proches ou pour lui-même. C’est en cela que Che Guevara apparaît dans cette galerie de héros de la libération des peuples comme sans doute le plus fascinant car le plus héroïque, comme un véritable personnage de fiction dont l’idéalisme fut sans doute inadapté à une époque dure, injuste, violente et immorale.

Jon Lee Anderson est une pointure du journalisme, reporter dans de nombreux pays d’Amérique latine pour les plus prestigieux journaux américains il s’est spécialisé dans les biographies de figures du marxisme, dont l’ouvrage de référence sur le Che, paru en 1997 et qui est adapté ici par son auteur avec son collègue mexicain, dessinateur de presse. Il faudrait lire le livre pour pouvoir le comparer à son adaptation. Le parti-pris de l’auteur est ici d’adopter une approche très neutre, s’extrayant des débats sur cette figure controversée de Guevara (de par les reconstructions historiques que le mythe mondial a produit comme par les actions radicales prises lors de la guérilla qui mena au renversement de la dictature cubaine).

https://www.actuabd.com/local/cache-vignettes/L720xH488/che_pages-int-2-bd721.jpg?1601631261

On aborde l’ouvrage avec le jeune Ernesto tout jeune et brillant diplômé de médecine qui part pour le Guatemala où le président socialiste démocratiquement élu est renversé par un coup d’Etat soutenu par la CIA. Cet évènement est présenté comme une bascule politique dans l’esprit de cet homme déjà hautement déterminé. Il ne lui faut pas beaucoup de temps pour être conquis par le très charismatique Fidel Castro et embarqué avec « douze hommes » vers l’île de Cuba. Anderson ne commente pas particulièrement les propos et actions du Che hormis par des notes de bas de page permettant de resituer la vérité, comme le fait que les « barbudos » débarquèrent plutôt à soixante, faisant comprendre que Guevara a très tôt saisi le rôle de la légende (mieux vaut être douze apôtres que soixante types en treillis…) pour parvenir à renverser des systèmes!

che_pages-int-1-a923c (1)

Les évènements historiques connus sont traités assez rapidement comme des passages obligés (la crise des missiles,…) mais l’on sent que les auteurs s’intéressent plus aux réflexions, cheminement intérieur de l’homme plutôt qu’à la Geste déjà bien documentée. Une des grandes découvertes pour moi aura été les relations de Guevara avec ses deux femmes et ses enfants issus de deux relations. Là encore, si Anderson ne commente pas son attitude pour le moins distante, il fait insinue que le révolutionnaire n’a jamais cherché une relation matrimoniale. Sa détermination pour la révolution placée au-dessus de tout le reste justifierait le fait que ces enfants lui aient été imposés et José Hernandez ne nous montre pratiquement aucune séquence en famille.

Le dessinateur mexicain propose dans cette somme très volumineuse dont la lenteur participe à la compréhension du personnage des planches impressionnantes de réalisme et qualités graphiques. Dans un style assez figé (comme tous les dessinateurs hyper-réalistes) on sent les heures passées à analyser le faciès de l’argentin, de son visage enfantin à ses différents et saisissants maquillages utilisés lors de ses pérégrinations entre Afrique et Bolivie pour échapper à ses adversaires. Répondant à un scénario faisant la part belle à l’épistolaire et aux documents d’époque il propose un portrait de presque cinq-cent pages, presque une psychanalyse graphique d’un idéaliste qui a donné littéralement son existence à une cause à laquelle bien peu croyaient.

Moins médiatisée que l’autre monumental documentaire sur la Bombe paru cette année, Che, une vie révolutionnaire est un magnifique pavé graphique qui exige du temps mais est l’occasion idéale pour pénétrer au cœur du mythe et comprendre ce qu’était et ce qui mouvait Che Guevara.

note-calvin1
note-calvin1
note-calvin1

***·BD·Documentaire·Nouveau !·Service Presse

Croke park -Dimanche sanglant à Dublin

Le Docu du Week-End

BD Sylvain Gâche et Richard Guérineau
Delcourt (2020), 136p., one-shot. Collection Coup de tête.

bsic journalismMerci aux éditions Delcourt pour leur confiance.

Cet album est le premier de la nouvelle collection « Coup de tête » de Delcourt. Impulsée par Kris, fana de sport et déjà scénariste de l’excellent Un maillot pour l’Algérie (un des tous premiers billets de ce blog!) chez Dupuis et de la très estimée série Violette Morris chez Futuropolis, il devient donc éditeur dans le genre où il a déjà officié avec talent: le croisement du sport et de l’Histoire. Avec un planning de parution déjà bien fourni et courant jusqu’en 2022 avec trois à quatre albums par an, cette collection proposera sur une pagination conséquente et un dossier documentaire de douze pages en fin d’ouvrage.

Lire le dossier de presse.

3042_couv

Le 21 novembre 1920, en pleine guerre d’indépendance de l’île irlandaise, l’armée de Sa Majesté tire sur la foule lors d’un match de football gaélique à Croke Park, Dublin. En 2007 lors du tournoi des 6 Nations de Rugby, l’équipe d’Irlande reçoit le 15 de la rose dans la même enceinte, pour un match à la portée hautement symbolique…

C’est un rêve éveillé que vit l’historien Sylvain Gâche en publiant son premier album avec rien de moins que Richard Guérineau en ouverture d’une nouvelle collection! Il faut dire que le dessinateur du Chant des Stryges s’est résolument orienté depuis la fin de sa saga fantastique vers des projets beaucoup plus réalistes, entre littérature et histoire. Pour le coup le sport n’était pas forcément un sujet familier mais on sent l’envie d’illustrer une époque popularisée par la série Peaky Blinders. La reconstitution graphique du Dublin des années 1920 est ainsi très convaincante malgré un trait et une colorisation qui se sont simplifiés depuis quelques temps. Le talent du dessinateur pour la mise en mouvement et les postures est toujours aussi élégant.

Le choix de construire cette histoire en intervalle avec le déroulé du match de Rugby parait pourtant un peu artificiel tant il y a finalement peu de lien entre les deux séquences dans la narration. L’intérêt de l’album réside bien dans la progression froide, lente, de cette journée un peu confuse qui voit une action d’envergure des indépendantistes de Michael Collins assassiner une dizaine d’officiers du renseignement britannique avant que les représailles n’aboutissent au massacre du titre. A ce titre les références de l’album portent bien plus sur les films traitant de l’indépendance irlandaise (Michael Colins, le Vent se lève ou Le général) que sur le récit sportif. On est d’ailleurs un peu frustrés de ne pas voir les exactions nombreuses des forces occupantes qui expliquent beaucoup ce qui passe dans l’album pour une démarche criminelle presque gratuite des irlandais. La mise en regard de l’altercation presque bon enfant du train avec l’exécution froide  des officiers pourrait induire chez le lecteur une mauvaise compréhension de la situation à l’époque… En tant que BD l’ouvrager a donc une portée assez limitée (notamment par un démarrage qui n’aide pas beaucoup le lecteur), mais c’est en parcourant l’excellent et très joli dossier documentaire (qui comporte d’abondants documents d’époques, photos et illustrations de Guérineau) que l’intérêt de l’album monte d’un cran. On saisit ainsi la portée politique de jouer en 2007 au Rugby, sport anglais, dans l’enceinte historique du sport culturel gaélique par excellence. On oublie combien a été dure la colonisation de l’île au trèfle par les anglais et que l’Irlande est une République d’un petit siècle d’existence seulement. Le processus non achevé du Brexit se rappelle d’ailleurs à notre bon souvenir quand à la « question territoriale irlandaise » loin d’être résolue…

Ce premier ouvrage de « coup de tête » est donc un très bon étalon pour une collection ambitieuse qui semble se donner les moyens artistiques de voir grand. Le sujet choisi est au final un peu bancal avec une intrigue surtout historique certes dramatique, mais qui aurait peut-être pu prendre le temps des pages de sport (très bien dessinées, reconnaissons le) pour détailler un peu l’origine du conflit et de la situation à l’ouverture de cette journée sanglante. Mais dans le genre documentaire, pas si fourni et souvent assez maigre graphiquement, on est avec ce Croke Park tout de même dans un ouvrage luxueux.

note-calvin1note-calvin1note-calvin1

****·BD·Documentaire·Rapidos

Homicide #2-3

Le Docu du Week-End

BD Philippe Squarzoni
Delcourt (2016-2020), série en cours, 4 volumes parus sur 5.

couv_294433couv_323835

Lire la critique du premier volume.

Totalement accroché par le premier volume je n’ai pas eu l’occasion de mettre la main sur le reste de la série depuis un an… ce qui est terrible étant donnée la structure de la narration, en format journal. Je ne saurais donc trop vous conseiller d’attendre la sortie du (a priori) dernier tome en octobre pour lire l’intégralité de la série d’une traite. Ma reprise a été compliquée car on saute rapidement d’un enquêteur à un autre, reprenant les problématiques laissées au volume précédent mais séparées par plusieurs enquêtes et personnages depuis. A moins des faire des fiches de lecture on est ainsi un peu perdu lorsque après plusieurs pages immergé dans la traque d’un violeur de fillette on saute sans prévenir sur une autre affaire. Le suspens est suspendu mais on ne sait pas quand on va y revenir et c’est un peu frustrant. Ce qui est intéressant dans le choix de l’auteur Homicide, tome 3 – Philippe Squarzonic’est que chaque agent permet de développer une des multiples problématiques du métier, entre les découvertes liées à l’enquête elle-même, la morale personnelle du flic impliqué personnellement ou la pression de la hiérarchie qui revient sur les statistiques de résolution catastrophique de la brigade. Dans ces quelques jours où tous les moyens sont mis sur la recherche du violeur (en déshabillant Paul pour habiller Pierre) on continue d’être passionné par ces réflexions intimes d’officiers droits, professionnels avec quelques passages particulièrement sympathiques comme ces interrogatoires successifs où l’agent nous montre ses ficelles psychologiques et le véritable jeu d’acteur nécessaire pour parvenir à faire se condamner le prévenu de lui-même… On navigue sur ces deux tomes entre l’enquête principale (qui ne s’achève pas ici), les états d’âme de l’agent travaillant sur l’exécution d’un collègue et quelques autres affaires. Les albums se dévorent comme les films de police réalistes mais avec l’avantage de ne jamais tomber dans le pathos lourdingue de vies ratées de policiers qui vivent dans la fange. Chez Squarzoni les policiers sont juste des fonctionnaires qui font leur boulot dans un contexte difficile. Presque jamais on nous parle de leur vie privée, de leurs névroses. Le documentaire se porte sur l’enquête, rien que l’enquête. Et on en redemande.

note-calvin1note-calvin1note-calvin1note-calvin1

***·BD·Documentaire·Nouveau !·Numérique

La bombe

Le Docu du Week-End

BD de Didier Alcante, Laurent-Frederic Bollée et Denis Rodier
Glénat (2020), one shot, 472 p., noir et blanc.

 

badge numeriquecouv_385597Ce monumental album comprend un prologue, un épilogue et quatre chapitres séparés par une page de titre. En fin d’ouvrage trois post-faces de chacun des auteurs relatent l’origine du projet. Pour Didier Alcante il s’agit de son histoire personnelle avec un japonais rencontré dans l’enfance qui lui a permis de découvrir le drame de Hiroshima, pour Denis Rodier il s’agit d’expliquer comment se lancer dans un projet comportant autant de pages à réaliser, quand à LF Bollée il tisse des liens avec le film Hiroshima mon amour d’Alain Resnais. Une bibliographie très conséquente de trois page, illustrant la solidité du travail documentaire, est proposée enfin ainsi qu’un flashcode renvoyant vers des vidéos en ligne.

Cet ouvrage est sans doute le plus impressionnant documentaire BD qu’il m’ait été donné de lire. Par sa seule pagination, correspondant à une série de dix albums, on a du mal à comprendre comment une poignée d’années un groupe de seulement trois auteurs a pu accoucher d’une telle somme, d’un livre si ambitieux, voulu par Didier Alcante comme l’ouvrage BD définitif sur le sujet avec un ligne de mire les soixante-quinze ans de la double attaque nucléaire sur Hiroshima et Nagasaki en aout 1945.

La Bombe, bd chez Glénat de Alcante, Bollée, RodierLe très talentueux dessinateur québecois Denis Rodier (déjà vu sur l’excellent Arale) a réalisé ces quelques quatre-cent planches seul. L’absence de couleur s’imposait à la fois pour gagner du temps de réalisation, mais aussi pour profiter de ses encrages très forts et se justifiait par le côté documentaire et sérieux de l’affaire. Dans un style semi-classique mais très technique à la fois dans la représentation des très nombreux personnages que sur les décors et représentations d’éléments techniques, Rodier n’oublie pas qu’il réalise un album de bande-dessinée et de placer des respirations graphiques sur des pleines pages ou des digressions artistiques symboliques. L’expérience joue beaucoup pour ne pas assommer le lecteur après des dizaines de pages représentant dialogues au téléphone, débats dans les laboratoires et dans les antichambres ministérielles, avec un risque réel de monotonie et d’ennui. Or, si la lecture se fait en plusieurs étapes comme tout gros ouvrage, jamais on ne ressent de l’ennui et c’est un premier tour de force.

La Bombe - cartonné - Alcante, Laurent-Frédéric Bollée, Denis ...Sans doute car les auteurs ne sont aucunement des scientifiques ou spécialistes du sujet. En simples auteurs curieux et documentés, ils se mettent au niveau du lecteur dans la recherche d’équilibre entre précision historique et vulgarisation narrée. Le seul choix contestable selon moi est cette idée de faire parler la bombe, l’atome, en une récurrence de pages qui reviennent épisodiquement ou celle-ci devient narrateur. Cela permet donc ces aérations graphiques mais semble trop décalé par rapport au reste du récit et n’apporte pas grand chose. Des encarts plus philosophiques ou poétiques des auteurs aurait été plus percutants.

Cette somme qui va de 1933 et la fuite du hongrois Léo Szilard vers les Etats-Unis aux conséquences de l’explosion atomique sur le cours de la politique mondiale après-guerre est passionnant et nous apprend une quantité impressionnante de choses de façon agréable. Sans jamais mettre en lumière un protagoniste plus qu’un autre, les auteurs nous font rencontrer à la fois intimement et historiquement un grand nombre de personnes éminentes qui ont participé à ce projet hors norme: si Einstein est presque absent, intervenant à la demande de Szilard pour La Bombe - cartonné - Alcante, Laurent-Frédéric Bollée, Denis ...utiliser sa notoriété pour influer sur un  gouvernement américain qui ne prends pas très vite la mesure de ce qu’il se joue, défilent des noms connus comme Oppenheimer, Fermi, Roosvelt, Staline et d’autres inconnus comme ce passionnant général Groves, redoutable cerbère en conflit ouvert tout au long de cette aventure scientifico-militaire avec Szilard, premier à avoir pensé l’idée d’une arme atomique (et prix nobel de la paix en 1962) et totalement inconnu pour ma part! On sent tout au long de la lecture que les auteurs se passionnent pour ces deux personnages, totalement opposés mais sans qui rien n’aurait été possible. On voit Werner Heisenberg, le découvreur de la physique quantique, prisonnier des américains au sortir de la guerre sans que l’on ne sache jamais si, en tant que responsable important du projet nucléaire nazi, il s’est avéré incompétent dans ce secteur ou s’il a volontairement ralenti le projet allemand. On assiste à l’aventure de la destruction de l’usine d’eau lourde de Norvège par les Alliés, relatée dans le film Les héros de Télémark avec Kirk Douglas. Et bien d’autres…

Là où l’album est le plus passionnant c’est lorsque certains protagonistes, petits ou grands anticipent les incidences de leurs décisions pour l’histoire. Comme cet espion soviétique qui assume son acte non pour la gloire du régime soviétique mais car il a compris qu’aucune nation ne devait se retrouver seule à posséder une arme si terrible. La situation de guerre-froide est envisagée très sérieusement bien avant 1945 par ces Amazon.fr - La Bombe - Alcante, Bollée, LF, Rodier, Denis - Livresscientifiques dont tous ne sont pas des pacifistes éclairés. Le sujet à hauteur d’homme nous montre ainsi Enrico Fermi, prix Nobel de physique promouvoir jusqu’au bout l’utilisation de la bombe et assumant la position de domination américaine. Bien entendu il s’agit là d’interprétations des auteurs mais cette absence de manichéisme donne toute sa force à l’ouvrage.

Alliant la qualité de la prise d’information avec un vrai talent de récit et (ce n’est pas si fréquent en BD documentaire) un graphisme classique de tout premier niveau, La bombe est assurément un des grands albums de l’année 2020. Le travail accompli force le respect et saura sans doute intéresser au-delà du cercle des passionnés d’histoire ou de physique, pour peu que l’obstacle de la taille du bébé ne rebute pas. L’éditeur Glénat maintient un prix raisonnable pour une telle pagination et je ne saurais que conseiller cette lecture qi sait être une BD en plus d’un documentaire…

note-calvin11-3note-calvin11-3note-calvin11-3note-calvin11-3

Achetez le sur Decitre, librairie en ligne, achat et vente livres

***·BD·Documentaire·Nouveau !·Numérique

La malédiction du pétrole

Le Docu du Week-End

BD de Jean-Pierre Pécau et Fred Blanchard
Delcourt (2020), one shot, 114 p., noir et blanc.

 

couv_386603badge numeriqueL’ouvrage s’ouvre comme toutes les BD Delcourt sur la biblio des auteurs et est composé d’un prologue, trois chapitres et un épilogue. En fin d’ouvrage trois textes prolongent l’album en le rattachant à l’hyper-actualité et une bibliographie documentaire indicative est proposée. La couverture, profitant des talents de designer de Fred Blanchard est assez efficace dans l’esprit documentaire.

En 1872 les frères Nobel arrivent à Bakou, zone d’affleurement de pétrole connue de longue date et y importent technique et organisation qui feront rapidement de leur société la première entreprise d’exploitation pétrolière au monde. De l’autre côté de la planète un certain Rockfeller se lance également dans l’aventure du pétrole américain en associant banquiers et sociétés de chemin de fer. Ce n’est que le début d’une histoire d’argent facile, de rêve de grandeur et d’influence géopolitique qui décidera de notre civilisation libérale, capitaliste et financière…

Actu Malediction Petrole Double Visuel A1L’histoire n’est pas nouvelle et a déjà été brillamment détaillée dans la palme d’or de Michael Moore Farenheit 9/11 en 2004 notamment. Pour qui s’intéresse à l’actualité et à l’histoire, les choix initiaux, les rôles de Henry Ford, de Rockfeller, de la couronne britannique et des dirigeants américains dans le façonnement d’un monde biberonné au pétrole est connue. Comme tout bon documentaire, en recherche permanente d’équilibre entre profondeur du contenu et utilisation du graphisme, La malédiction du pétrole parvient à doser les deux.

Le rôle de Fred Blanchard, l’historique directeur de la collection Série B Delcourt (Carmen MacCallum, Travis, Soleil froid, Wonderball, Jour J, …) est majeur dans cet ouvrage très didactique, pas si pointu qu’il en a l’air et qui a le très grand mérite de rappeler au grand public les réalités des choix sociétaux faits par nos aînés, souvent encore au pouvoir…mais également par nous, citoyens-consommateurs qui nous passons difficilement des plaisirs procurés par cet or noir. Car l’objectif de cet ouvrage documentaire revenant aux sources du Mal est bien une prise de conscience du lecteur et de son rôle. On aurait vite fait de se vautrer dans la passivité d’une lecture plaisir sur une tranche d’histoire. C’est sans doute pour cela que les auteurs ont opté pour le format documentaire. Car les dessins de Blanchard, tout en crayonnés réutilisant massivement des morceaux d’images ou collant des cases identiques, s’appuient sur une imagerie fantasmagorique, voir mythologique dans ce récit tout en narration. Si bien qu’à force de voir ces représentations symboliques de l’Argent, de la Mort ou du Capital sous forme de cranes, de sirènes ou de Mamôn, on se prend à souhaiter que le duo ait plutôt opté pour une histoire fantastique sur le thème du formidable Black Monday Murders. Le plaisir aurait été grand mais le propos amoindri.

Si vous êtes de ceux qui pensent que les français tapent trop fort sur les Etats-Unis qui ne peuvent tout de même pas être responsable de tous les maux de la Terre… passez votre chemin ou préparez-vous à changer radicalement d’opinion. Car si le pétrole fait tourner les têtes de tous ceux qui l’approchent, c’est bien les américains qui se sont rapidement révélés les plus forts, les plus déterminés et les plus violents dans l’organisation du monde et de l’économie autour de leur intérêt immédiat totalement centré sur le pétrole. Et lorsque dans les dernières pages on comprend que la mondialisation financière, dont nous sommes peut-être en train de voir la fin sous le choc immense de la pandémie de Covid-19, est l’excroissance directe de la courbe descendante de l’extraction mondiale de pétrole, on est pris de vertige. La fantasmagorie sied décidément parfaitement au sujet tant le pétrole semble la véritable incarnation du Mal. Un tel ouvrage est nécessaire, surtout lorsqu’il s’adresse au grand public et parvient à se fondre dans le format BD avec une vraie réussite visuelle. Ce que j’appelle un bon docu-BD. Et l’année commence fort sur ce thème puisque le massif ouvrage sur la Bombe va inévitablement atterrir sur l’Etagère imaginaire

note-calvin11-3note-calvin11-3note-calvin11-3

Achetez le sur Decitre, librairie en ligne, achat et vente livres

Une interview des auteurs relatant la genèse du projet est disponible sur le site Delcourt.

***·Documentaire·Manga

Colère nucléaire

Le Docu du Week-End

Manga de Takashi Imashiro
Akata (2015-2016) – Comic beam (2012), 118p., série achevée en 3 volumes.

mediathequecouv_261678

La série très courte (trois volumes) propose en couverture une déclinaison très originale autour du pictogramme nucléaire qui va se corroder progressivement. J’aime beaucoup les idées de déclinaisons de couvertures, genre difficile et rarement réussi. Chacun des trois volumes de cette série comprend une postface, un lexique touffu témoignant du sérieux de l’auteur et un entretien très intéressant (avec un politicien de gauche, un diplomate et un professeur d’économie) qui permet de saisir dans le jus les débats et problématiques de la société japonaise. On ne peut rien demander de plus sur une BD documentaire, il y a tous les éléments pour prolonger le sujet. Les éditions Akata proposent en outre sur le premier volume un texte explicatif d’un spécialiste français.

Après la catastrophe de Fukushima, la société japonaise est tétanisée. Manipulée par un opérateur privé pris à la gorge par les enjeux et les coûts de la catastrophe, par des politiciens refusant de revoir la politique nucléaire du pays et un milieu économique, soutenu par les Etats-Unis, qui cherche à pousser l’avantage de l’agenda néo-libéral, la population voit poindre une contestation via des manifestations régulières. L’auteur, comme ses compatriotes, manifeste sa colère et son impuissance au travers du personnage de ce manga, observateur des mois qui suivent le plus grave accident nucléaire de l’Histoire… 

Résultat de recherche d'images pour "colère nucléaire manga"Colère nucléaire est peut-être le plus austère documentaire que j’ai lu depuis l’ouverture de cette rubrique. Le format est à la limite de la BD puisqu’il consiste en des réflexions permanentes, personnelles du personnage sur ses craintes et colères suite au changement majeur engendré par la catastrophe dans la société et les mentalités japonaises. Et c’est cela le premier élément passionnant de la série, qui nous fait découvrir ce peuple unique au monde de par son histoire (le féodalisme forcené auquel a succédé la  fermeture totale au monde extérieur du shogunat Tokugawa), structuré psychologiquement autour de l’obéissance au chef et de la droiture qui découvre les mensonges d’Etat et l’alignement des décisions des gouvernements sur les attendus économiques et diplomatiques des Etats-Unis. Ce que nous présente le personnage est un Japon sous protectorat américain, dirigé par une caste politique corrompue qui ne se préoccupe pas de sa population. C’est orienté, sans doute simpliste, mais très proche des thèses d’Occupy Wall Street et de tous les mouvements contestataires occidentaux. Le traitement biaisé (et peu concerné) de nos médias de l’évènement et la profonde méconnaissance que nous avons de l’actualité et des évolutions de la société japonaise marquent un contraste profond avec l’immersion psycho-politique dans les pensées d’un japonais moyen (sans doute « de gauche » mais tout de même très représentatif de ses compatriotes).

Résultat de recherche d'images pour "colère nucléaire manga"Les trois volumes de distinguent simplement par l’évolution de l’actualité, qui permet de faire évoluer les thématique sans que l’on ressente une volonté de construction de l’auteur. Colère nucléaire est un manga spontané qui sort des tripes. En cela le dessin assez old-school et peu intéressant (voir redondant) n’apporte pas grand chose hormis d’assister à quelques scènes illustratives de la vie des japonais à ce moment, entre restaurants à sushi, transport en commun, manifestation et consultation de l’actualité sur internet. Il n’y a pas de filtre d’analyse, simplement les pratiques du personnages, qui ne consulte par exemple que le net sur son téléphone, débouchant sur une dénonciation du contrôle de la pensée par de grands médias inféodés au pouvoir. La complexité vient de la grande précision (documentaire donc..) politique du personnage, très au fait des membres du gouvernement et de l’histoire du pays. Chaque tome renvoie à une aide de lecture très touffue détaillant qui est tel personnage, organisme, ou tel évènement. On est proche d’un ouvrage scientifique avec ses nombreuses notes de bas de page, qui ne vous en appendront pas beaucoup plus à moins que vous ayez déjà étudié l’histoire récente du Japon.

Voir des manifestations quotidiennes très fournies demander de la transparence et l’abandon du nucléaire aux gouvernements qui se succèdent est saisissant tant nous avons en tête l’image de japonais obéissants jusqu’à la soumission. L’auteur nous parle dès le second tome du rôle du projet de traité de libre échange trans-pacifique que le président Obama souhaite imposer au Japon. Il voit cela comme une vente de l’identité japonaise, de sa culture moderne-traditionnelle, à l’Oncle Sam. Il nous parle aussi de corruption, des mensonges des opérateurs du nucléaire et des dirigeants, de l’opacité des discutions concernant une catastrophe d’ampleur internationale et historique. Cela nous en avons entendu parler de ce côté du globe mais voir un citoyen lambda aussi terrifié sur l’avenir de son pays (devra t’on évacuer l’archipel?…) est passionnant par son côté immersif et vrai.

Résultat de recherche d'images pour "eau radioactive fukushima pacifique"Si les premières pages sont un peu plus didactiques sur les premiers jours suivant la catastrophe, ce manga ne doit pas être lu pour comprendre ce qu’il s’est passé et comment le Japon a géré l’évènement mais bien par le côté photographie instantanée des colères et des craintes d’une Nation remise en question dans tout son être par une crise unique. Cela nous ouvre les yeux avec quelques miroirs sur ce que l’on a appris d’aussi loin sur un accident qui impacte tout le monde mais que l’on oublierait presque tant la distance est grande. En sonnant comme un rappel, en ces heures de crise environnementale, que le capitalisme débridé ne s’accomode pas de questions de santé et de sécurité et que comme lors de Tchernobyl, on en viendrait trop vite à croire que nous sommes protégés, par la distance, par tel relief, tel océan.. où les gouvernements japonais ont sans hésitation choisi de déverser l’eau hautement radioactive produite par la centrale de Fukushima. L’installation très récente de l’Arche sur la centrale nous rappelle qu’il n’en est rien et que le problème est encore loin d’être réglé.

note-calvin1note-calvin1note-calvin1

Achetez le sur Decitre, librairie en ligne, achat et vente livres

*****·BD·Documentaire

Wake up America #3

Le Docu du Week-End

BD de John Lewis, Andrew Aydin et Nate Powell
Rue de sèvres (2014-2017) – Top Shelf (2013), 246p., série achevée en 3 volumes.

mediathequecouv_296134-1La critique du premier volume est lisible ici. Le second est .

Après les actions dans le sud, John Lewis est désormais directeur du SNCC et se retrouve à devoir gérer directement le très complexe équilibre politique entre syndicats, gouvernement fédéral (avec l’appui partiel des frères Kennedy, l’un à la Maison Blanche, l’autre au ministère de la Justice) et gouvernements des Etats du Sud. Alors que Martin Luther King Jr. reçoit le prix nobel de la paix, que Kennedy est assassiné et que Lewis rencontre Malcolm X lors d’un voyage en Afrique, il réalise le caractère révolutionnaire de son action qui, loin de se cantonner à la ségrégation raciale, remets en cause toute la société américaine d’après-guerre, via un combat pour l’inscription sur les listes électorales des noirs, à qui est nié ce droit civique fondamental…

Chacun des volumes de cette somme est plus gros et ce troisième et dernier tome approche des trois-cent pages. L’auteur a sans doute cherché à rester au plus près des événements en souhaitant chroniquer chaque débat, chaque action, ce qui finit par être un peu répétitif. Pourtant cette insistance permet de comprendre l’opiniâtreté de Lewis Résultat de recherche d'images pour "march book 3"et des combattants de la liberté qui année après année, mois après mois, action après action, ont encaissé les coups, les emprisonnements par dizaines, les moqueries des ségrégationnistes, sans jamais baisser les bras en touchant les limites des techniques non-violentes: face à des adversaires déterminés à user de violence jusqu’au bout seules des drames peuvent faire basculer l’équilibre. Et dans ce combat pour l’inscription sur les listes électorales dans les Etats du Sud ce ne sont pas les morts parmi les noirs qui feront le déclencheur mais celle d’un pasteur blanc venu soutenir le mouvement et tabassé à mort par les suprématistes qui considéraient les « noirs blancs » comme pires que les noirs…

Ce qu’il y a de passionnant dans cette oeuvre monumentale, véritable immersion dans un moment fondateur du monde au XX° siècle, ces quelques années qui ont tout changé, c’est de constater les aberrations d’une démocratie complexe qui abolit l’esclavage après la guerre civile mais laisse perdurer un refus d’application des lois fédérales au prétexte d’un respect des prérogatives des Etats. Au risque de laisser perdurer des gouvernements Résultat de recherche d'images pour "march book 3"quasi fascistes, travaillant main dans la main avec le Ku Kux Klan et proclamant ouvertement le rejet du pouvoir fédéral du Nord en remettant en question l’autorité même de Washington. Le moment le plus puissant de l’album est ainsi la déclaration du président (poussé au vif par un mouvement noir pas franchement bienveillant envers Lyndon Johnson) rappelant les valeurs de la démocratie et le combat civilisationnel que mènent ces gens pour toute l’Amérique et non pour les seuls noirs, une Amérique qui s’est endormie sur les vertus des pères fondateurs. Ce n’est pas par-ce qu’il y a été forcé que la portée du discours doit être minimisée. C’est dans ces moments pivots que l’Histoire avance.

Le caractère documentaire pèse lourd, comme souvent dans ce genre. Il est certain que sans l’art de l’illustration et les qualités esthétiques des images de Nate Powell, ces quelques  cinq cent pages (au total des trois volumes) pouvaient devenir aussi austères qu’un album de Joe Sacco. Mais l’authenticité portée par le discours autobiographique de celui qui a vécu ces moments, en a été l’un des acteurs clés, crée une solennité qui nous fait regarder cette photo officielle de fin de volume avec émotion. Si le premier tome est étonnamment didactique, ce n’est plus le cas des autres qui nous font entrer, notamment ce troisième volume, dans des mécanismes électoraux, ceux des comités de désignation du parti Démocrate, qui nous échappent. Pendant de longues pages, celui qui est aujourd’hui député et a donné Résultat de recherche d'images pour "march book 3"l’accolade lors de l’investiture de Barrack Obama nous relate la stratégie du mouvement pour influencer le vote des candidats et faire pression sur la réélection de Lyndon Johnson afin de montrer que sans le vote noir, les démocrates n’ont pas d’avenir. On est surpris par la franchise de quelqu’un qui fait désormais partie du système comme membre du Congrès, lorsqu’il émet ses doutes quand à la sincérité du président ou du précédent assassiné. On attend aussi les événements connus, le meurtre de Martin Luther King ou de Bob Kennedy, mais ce n’est pas l’objet de l’ouvrage où les grands hommes ne font que passer.

Wake up America n’est pas une lecture facile, ce n’est pas non plus un documentaire austère. Cela reste de l’excellente BD exigeante qui a l’immense mérite de nous replonger au plus près d’un combat majeur pour l’égalité et la démocratie dans ce qui se proclame la première démocratie de la planète. Ce n’est qu’après avoir conclu sa lecture que l’on réalise le monument. Le triptyque rejoint ainsi un certain Maüs au panthéon des BD importantes.

La suite de « March« (titre original) intitulée « Run« , prévue pour août 2018 a été repoussée. Certains libraires en ligne annoncent la sortie pour août 2020.

note-calvin1note-calvin1note-calvin1note-calvin1note-calvin1

****·BD·Documentaire

Wake up America #2

Le Docu du Week-End

BD de John Lewis, Andrew Aydin et Nate Powell
Rue de sèvres (2014-2017) – Top Shelf (2013), 189 p., série achevée en 3 volumes.

mediathequecouv_245724-1La critique du premier volume est lisible ici. Ce second volume est plus volumineux de cinquante pages et comprend les mêmes bio en fin d’album que sur le premier.

Le mouvement d’occupation des cafés de Nashville par la population noire initié par l’acte fondateur de Rosa Parks n’est que le début d’un long combat vers l’abolition des lois ségrégationnistes du Sud des Etats-Unis. Pendant les trois années qui mennent à l’historique marche sur Washington, la violence physique monte sans cesse et le mouvement doit également affronter les réticences du gouvernement Kennedy à bouleverser trop vite l’équilibre du pays…

Le second volume de cette magnifique autobiographie en BD est assez différent du premier et notamment son caractère grand public que j’avais trouvé propice à une Image associéeutilisation pédagogique. Après cette entrée en matière où les auteurs se sont efforcés de lisser l’approche, ce tome devient beaucoup plus touffu, hargneux, directe. Comme un accompagnement de l’ouverture de John Lewis sur un monde où la naïveté a disparu, le militant énonce des vérités qui font tout drôle dans l’Amérique autosatisfaite pos-Barrack Obama. Dans ces presque deux-cent pages qui mènent au discours de Washington impressionnant de détermination et de vérité, nous sont montrées les très nombreuses actions lancées par le Comité de coordination des étudiants non-violents (SNCC), et notamment les Freedom rides, ces « voyages de la liberté » qui visaient à envoyer des noirs traverser le sud profond (et très dangereux) dans des cars inter-états afin de tester un arrêt de la cour suprême qui rendait illégal la ségrégation dans les transports. Cette nouvelle étape dans la contestation non-violente de la ségrégation marque un saut dans la violence avec les premiers morts et une vision pour le lecteur d’une réalité crue: celle d’Etats contestant systématiquement la loi fédérale, envoyant sa police protéger le Ku Klux Klan et les agresseurs qui tabassaient voir tentaient d’assassiner les noirs présents dans les bus. Personnellement je ne connaissais pas cette séquence qui m’a impressionné, notamment les passages montrant les frères Kennedy, très finement rendus, nous laissant deviner si leurs réticences à intervenir étaient des craintes de réactions politiques ou une réelle conviction que les militants noirs allaient trop loin dans la contestation.

Résultat de recherche d'images pour "nate powell march book 2"L’effet collatéral de cette grande précision documentaire est de rendre complexe la lecture pour quelqu’un peu au fait de l’histoire américaine et de son organisation fédérale (les rôles, pouvoirs et juridictions compliqués des différents dirigeants locaux). On touche chaque fois cette culture de la démocratie du Droit capable de renverser toute tradition la plus ancrée. On voit la pertinence de la démarche non-violente couplée à ce combat juridique d’alors, quand apparaîssent les premières contestations de l’efficacité de ces actions (par Malcolm X par exemple) alors que la violence crue s’abat sur les militants. Car John Lewis et ses amis ont vécu dans leur chair ce combat, de très nombreux emprisonnements, parfois longs, dans des pénitenciers semblant sortis d’un autre âge où on leur fait comprendre que l’on a autant de pouvoir sur eux qu’avant l’abolition de l’esclavage… Ou lors de nombreux passages à tabac. On est loin des sermons pacifiques de Martin Luther King, qui apparaît par moments. Jamais Lewis n’hésite mais la dureté du combat (où la foi n’apparaît jamais prosélyte mais plutôt comme une évidence culturelle du pauvre noir sudiste) montre la multitude d’opinions sur la meilleurs façon de sortir de cette ségrégation. Washington leur demande d’être patients. Lewis répond que cela fait deux siècles que son peuple est patient et qu’il veut la liberté « now ». Et la rage de liberté transparaît dans ce discours qui semblait trop dur pour l’Eglise protestante et que Lewis a dû aménager. Un discours où il enjoint l’Amérique à se réveiller (Wake up america!)… Cet album lui permet de dire la vérité sur les évènements, les intervenants de l’époque et de rappeler combien tous les combats pour la liberté sont le fait d’hommes et de femmes déterminés à aller au bout de leurs convictions, souvent au péril de leur vie. Et jamais dans un salon ou dans les seuls journaux. L’histoire nous rappelle chaque fois combien rien n’est acquis.

note-calvin1note-calvin1note-calvin1note-calvin1

****·BD·Documentaire·Nouveau !·Service Presse

Forçats

Le Docu du Week-End

BD Pat Perna et Fabien Bedouel,
Les Arènes (2016-2019), série finie en deux volumes.

bsic journalismMerci aux éditions Les Arènes pour leur fidélité.

9782711201839_1_75La version critiquée est l’édition intégrale noir et blanc du diptyque sorti en 2016-2017. Si les encrages sont sublimés par cette édition, l’éditeur qui fait d’habitude un si bon travail éditorial fait sur cette intégrale un double choix discutable: tout d’abord la couverture a papier épais visant à renforcer l’aspect graphique sombre n’est pas pelliculée… si cela peut paraître esthétique, l’album se dégrade en revanche très rapidement sur ses coins. En outre les deux cahiers documentaires insérés en fin des deux volumes en édition classique, complément indispensables pour prolonger la lecture, ont été ici retirés! C’est incompréhensible et manque réellement quand on connaît le travail documentaire et l’importance des deux personnages qui nous obligent du coup à aller flâner sur Wikipedia. On pourra arguer que cette édition s’adresse aux bibliophiles, mais tout de même…

Eugène Dieudonné est condamné à tort aux travaux forcés pour une participation supposée aux crimes de la bande à Bonnot. Pendant plus de dix ans il subit l’horreur du bagne avant que le journaliste Albert Londres ne prenne fait et cause pour son cas et cherche à le réhabiliter et à obtenir la fermeture du système carcéral guyanais. Ce sont les combats de ces deux hommes, en aller-retour, c’est l’histoire des derniers jours d’un système inique, inhumain, que raconte Forçats…

Résultat de recherche d'images pour "forçats bedouel noir"Belle triple découverte que cet album: celle d’un magnifique dessinateur issu des Arts décoratifs (encore un!), d’un scénariste engagé proposant un travail de type journalistique, et un très beau sujet, de ceux qui nous rappellent les principes fondamentaux de la civilisation et de l’État de droit comme le rappellent superbement les citations d’Albert Londres qui parsèment les dialogues de la BD. Forçats résonne avec le tout récent Vagabond des étoiles adapté par Riff Reb’s de Jack London et qui nous rappelle aux mêmes questions. Pat Perna est habitué à soulever des lièvres de notre histoire, comme sur le très bon Morts par la France où il adoptait le même principe d’un témoignage académique (la doctorante) pour révéler une injustice que l’administration française, dans toute sa schizophrénie, ne peut pas reconnaître. Forçats nous parle donc bien d’une histoire vraie dont l’essentiel de ce qui nous est montré est véridique et sourcé.

20191127_185316.jpgComme dans tout bon docu on a un sujet très fort: l’injustice terrible dont a été victime Eugène Dieudonné, anarchiste tombé dans l’enfer du bagne guyanais sur une dénonciation dont on ne saura jamais s’il s’agissait d’une vengeance d’amour ou d’une simple malchance. Déjà on saisit la précision du travail documentaire du scénariste qui nous cite régulièrement des arrêtés de justice, déclarations d’Albert Londres ou de journaux d’époque. On voit aussi l’autisme de l’administration de la III° République, quelques années seulement après l’affaire Dreyfus, et encore une fois incapable de reconnaître son erreur malgré les nombreux témoignages innocentant Dieudonné. La construction de l’album n’est pas linéaire afin de construire un suspens destiné à accrocher le lecteur. L’histoire a été publiée en deux volumes qui ont chacun leur structure: le premier intitulé « dans l’enfer du bagne » présente une grosse séquence sur les multiples tentatives d’évasion de Dieudonné et l’origine de cette injustice, le second « le prix de la liberté » se concentre sur la volonté du journaliste et les différentes étapes pour réhabiliter le forçat. Cette construction un peu différente (l’intégrale présente bien la césure centrale) complique un peu la lecture mais ne la gêne pas tant la lisibilité des dessins est grande et le scénario comme les dialogues sont toujours pertinents, évitant le manichéisme même quand il s’agit de confronter l’idéalisme de Londres et le cerveau administratif du directeur du bagne.

Résultat de recherche d'images pour "forçats bedouel noir"Le thème de la prison est toujours passionnant et nous force à nous questionner sur des fondements démocratiques en ce qu’il constitue la limite entre la sauvagerie et la civilisation. Le personnage de Dieudonné est peut être montré un peu trop simplement comme un intellectuel qui n’a rien à faire là…. mais c’est sans doute vrai et Perna aurait été accusé de malhonnêteté s’il avait rendu plus gris le personnage. Comme toujours la figure du journaliste engagé est puissante, avec une figuration statique de Fabien Bedouel qui le fait arpenter les rues de la capitale comme les couloirs de Cayenne avec le même aspect élégant, chemise blanche,veston noir et barbe taillée sous un regard de braise. Ce choix renforce l’idée de lutte intemporelle de cet homme déterminé à aller jusqu’au bout en même temps qu’elle le fait incarner le personnage archétypal du journaliste héroïque. Albert Londres est un mythe et justifie cela. Dieudonné ne l’est pas alors que son histoire ressemble fort à celle de Papillon.

20191127_185241.jpgLe choix de cette intégrale change la lecture sur le plan graphique, permettant d’apprécier (comme dans tout Tirage de Tête NB) la pureté du travail de Bedouel. On y perd une certaine lisibilité de la mise en couleur (très simple du reste) qui souligne certains décors, comme prévu par le dessinateur. Je ne trancherais pas sur l’avantage des deux, ayant grandement apprécié cette version, mais préfère avertir les lecteurs qui découvriraient cette série sur la version noir et blanc. Ces magnifiques planches d’ombre et lumière se hissent très largement au niveau de la qualité d’un scénario solide, passionnant, pédagogique et qui font de Forçats l’un des meilleurs documentaires BD lus sur ce blog.

note-calvin1note-calvin1note-calvin1note-calvin1