***·BD·Nouveau !·Rapidos

Dans le ventre du Dragon #2: Xiu

Second tome de 46 planches de la série écrite par Mathieu Gabella et dessinée par Christophe Swal. Parution chez Glénat le 11 mai 2022.

50 personnes Inside

Dans le précédent tome, nous faisions la connaissance d’Udo, chasseur de dragons de son état, de Phylogène, savant spécialiste de ces reptiles magiques, et de Wei, pirate chinois avide de richesses et de pouvoir. Poussé par l’appât du gain, le petit groupe a eu la brillante idée de chasser le plus gros dragon jamais répertorié, qui écume les océans mais ne remonte que rarement à la surface. En effet, les dragons produisent toutes sortes de richesses, notamment de l’or, et plus gros est le lézard, plus haute sera la montagne d’or.

Nos aventuriers ont eu exactement ce qu’ils voulaient: embarqués dans un submersible fait maison, ils ont été avalés, perdant Wei au passage. Mais le pirate avait secrètement emmené sa soeur, Xiu, capable de maîtriser le dragon qui leur sert de monture. Ce qu’ils trouvent au sein de la titanesque créature défie l’imagination: une ville entière, des structures architecturales cyclopéennes, et des dragons à ne plus savoir qu’en faire. Et, plus surprenant encore, des humains, bien décidés à protéger leur hôte de ces chasseurs impromptus.

L’univers bâti par Mathieu Gabella nécessitait dans le premier tome une exposition conséquente: la nature et les capacités spéciales des dragons, le passé nébuleux du protagoniste, et la mise en place de l’intrigue étaient gourmands en pagination. L’auteur prend le parti d’explorer en flash-back le passé de son nouveau personnage, ce qui est susceptible de casser le rythme de l’intrigue, tout en nous donnant l’impression que le cœur du récit n’est pas encore atteint.

Néanmoins, ces flash-back ne sont pas gratuits pour autant, puisqu’ils prolongent l’exposition, notamment par rapport aux dragons et à leur intentions véritables. Le reste se déroule plutôt tranquillement, avec quelques sursauts dus à des révélations ou retournements de situation que l’auteur a gardé dans sa manche. Le concept de base, à savoir l’exploration d’un monstre par l’intérieur, est aussi exploité de façon constante, bien qu’il n’y ait pas encore de trouvaille choc (un dragon géant jouant le rôle d’alpha pour son espèce a déjà été exploité).

En bref, une suite correcte pour un récit d’aventure bien méné.

Publicité

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s