***·Comics·East & West·Nouveau !·Service Presse

Primordial

Histoire complète en 164 pages en 124 pages écrite par Jeff Lemire et dessinée par Andrea Sorrentino. Parution chez Urban Comics le 28/10/22.

bsic journalism

Merci aux éditions Urban pour leur fidélité.

Ultime frontière et bien-être animal

L’Homme a toujours été un explorateur. Sa soif de conquête et de découverte l’a mené plus loin que n’importe quelle autre espèce, jusque dans chaque recoin de cette planète. Mais s’il veut s’assurer un avenir, L’Homme n’aura pas d’autre choix que de se tourner vers l’immensité des étoile, par delà la rassurante membrane protectrice de notre planète.

Une nouvelle frontière à explorer, une nature indomptable à dominer, rien de plus stimulant pour l’esprit humain. Mais avant de se mettre en danger, on va quand même d’abord envoyer des animaux, histoire de s’assurer que ce n’est tout de même pas trop dangereux. C’est ainsi que Laïka, Able et Baker, une chienne et deux singes, ont été envoyés par les USA et l’URSS lors de la course aux étoiles qui débuta dans les années 50.

Officiellement, Laïka cessa de donner signe de vie quelques heures après sa mise en orbite, tandis que Baker et Able sont parvenus à survivre à leur voyage et revenir sur Terre. Jeff Lemire choisit de nous raconter une autre histoire, dans laquelle le sort des animaux cosmonautes fut bien différent. Après avoir été interceptés par une intelligence extraterrestre, les trois cobayes sont embarqués dans une odyssée spatiale qui va les transformer, et qui va également déterminer le sort de l’Humanité toute entière.

Sur Terre, cependant, les choses ne sont pas aussi simples. Si les programmes spatiaux russes et américains se doutent que quelque chose ne s’est pas passé comme prévu là-haut, ils gardent néanmoins le secret, chacun à sa façon: désinformation et cloisonnement pour les uns, coercition et assassinats pour les autres. Le professeur Donald Pembrook va l’apprendre à ses dépens lorsqu’il sera recruté à la NASA en tant que consultant. Impliqué malgré lui dans une quête de réponse sur le devenir réel des animaux, il rencontrera Yelena Nostrovic, la gardienne qui prépara Laïka pour son voyage, elle-aussi persuadé que les autorités mentent sciemment à ce sujet. Jusqu’où les mènera leur enquête ?

On connaissait Jeff Lemire pour son travail sur Black Hammer, Sentient, et bien d’autres œuvres, dont certaines ont été récompensées. Pour Primordial, il met sur pied une intrigue baignant dans le complotisme, avec une dose d’uchronie. Fort à propos, quand on sait que les exploits spatiaux des années 50 et 60 ont fait l’objet, dans notre monde, de multiples théories du complot. L’histoire alternative proposée par l’auteur résonne d’ailleurs de façon inquiétante avec notre actualité géopolitique, tout en illustrant certainement les fantasmes de milliers de complotistes.

Côté SF, il faut bien avouer que Lemire nous a habitués à des univers plus fouillés et plus foisonnants (Ascender). Il se contente ici du strict minimum, tant dans l’utilisation de ses concepts que sur le background en lui-même. Le récit n’apporte en effet aucune réponse concrète sur les raisons qui motivent l’ordalie de Laïka et compagnie, ni sur l’issue finale de cette odyssée. Ce qui est quelque peu frustrant lorsqu’on ferme l’album et qu’on s’aperçoit que l’intrigue peut se résumer en un aller-retour dans l’espace, sans davantage de réponse.

C’est peut-être aussi parce que le coeur du récit ne se trouve pas là. Peu importe finalement ce que représente cette entité extraterrestre, peu importe le sort véritable de Laïka, l’important réside dans la relation profonde qui unit la chienne à sa maîtresse, un amour sincère qui transcende les années-lumière et permet des miracles.

Graphiquement, le duo qui faisait déjà des merveilles sur Gideon Falls réitère l’exploit en proposant une narration éclatée. Sorrentino scinde son style en deux, pour distinguer les deux parties du récit: photoréaliste d’une part, et déstructuré lors des scènes cosmiques. On retrouve même certaines références graphiques, comme une planche qui reprend la couverture de Dark Side of the Moon de Pinkfloyd.

Primordial est donc un récit de SF, certes moins exigeant en apparence que les autres travaux du même genre de Lemire, mais qui contient des trouvailles graphiques et narratives, ainsi qu’une profondeur thématique chère au scénariste.

Publicité

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s