****·BD·Documentaire·Nouveau !·Service Presse

Ed Gein, autopsie d’un tueur en série

Le Docu BD
Comic de Harold Schechter et Eric Powell
Delcourt (2022), 288p., one-shot.

L’album comprend un dossier final comprenant 7 pages d’interviews, références et biographie des auteurs et 17 pages de croquis préparatoires.

couv_446587

bsic journalismMerci aux éditions Delcourt pour leur confiance.

Eric Powell est connu pour sa série The Goon où il décrit un univers de monstres en tout genre dans le style des comics pulp des années cinquante. La suite était toute naturelle pour illustrer cette enquête d’un éminent spécialiste des serial killers et de littérature des mythes, sur le plus iconique des monstres-assassins, sorte de matrice de tout ce que l’Amérique pourra ensuite créer de tueurs malades issus de ses déviances sociétales.

Ed Gein : Atopsie d'un tueur en série (0), comics chez Delcourt de  Schechter, PowellSi l’album commence sur l’évènement que fut la sortie du Psychose d’Alfred Hitchcock au cinéma, le mécanisme qui aboutit à la naissance de ce monstre est malheureusement tout à fait documentée. Par la sidération de ce que découvrirent les enquêteurs en pénétrant dans la demeure d’Ed Gein, on comprend combien l’imaginaire collectif fut touché par ce dossier, se traduisant dès les premières heures de son arrestation par mille rumeurs et tentatives de montages d’affaires sur l’attraction morbide que le procès créa sur la population. Par la suite les artistes l’utilisèrent naturellement, Hitchcock en premier pour créer son Norman Bates lié à sa mère folle, puis Tobe Hooper pour son Leatherface, enfin, Jonathan Demme pour sa création d’Hannibal le cannibal dans le Silence des Agneaux.

Pourtant, si les actes de ce simplet furent en tout point extrêmes, le mécanisme disais-je est fort classique: une mère aigrie par son déclassement et maltraitée par son père devient le tyran de la famille, humiliant quotidiennement son mari devenu alcoolique, imposant une chape bigote sur ses deux fils dans un contrôle absolument castrateur. Si l’aîné tenta de s’en sortir à la mort du père, le cadet était devenu la chose de sa mère, sa psychologie détruite et dépendante en totalité de son bourreau dans l’interdiction de tout contacte social. Lorsque la mère disparut l’enfant se retrouva sans boussole et, démuni de contrôle social et moral, rechercha des mères de substitution en utilisant un imaginaire trouvé dans les comics d’horreur et d’aventures exotiques où les indigènes coupeurs de têtes dépècent leurs victimes et vouent des cultes à des entités surnaturelles. C’était l’univers d’Ed Gein, vieux garçon à la libido interdite qui passa le cap de l’assassinat tout naturellement et se créa une enveloppe de substitution pour devenir sa mère en dépeçant ses victimes dans de véritables combinaisons de peau…

Did You Hear What Eddie Gein Done? by Eric Powell and Harold Schechter is  Coming! – Craig ZabloLa structure de l’album est très intéressante puisqu’elle ne s’appesantit par sur l’aspect morbide hormis l’unique séquence de découverte de l’antre (très travaillée par Eric Powell comme en témoigne le cahier graphique final). Commençant sur les commentaires d’Alfred Hitchcock, il prend le temps de nous décrire ce que fut probablement la jeunesse du monstre (dans la partie la plus BD du volume) avant de se transformer en un véritable dossier, fait d’interviews, témoignages du tueur comme des psychiatres. Le graphisme tout en crayonnés permet de visualiser les idées mais l’ensemble reste assez sage, les auteurs n’ayant pas voulu tomber dans un esprit gore qui aurait détourné le lecteur du sujet.

Car ce qui passionne dans ce livre c’est le côté extrême, primordial de ce que les déviances d’une religion et d’une société peuvent créer une fois sorti de tout code moral. L’attitude très enfantine de Gein surprend autant que son QI tout à fait banal. La responsabilité individuelle est toujours questionnée dans les crimes et ici l’énormité du fait empêche de penser à la seule « action d’un fou ». En filigrane, sans rien excuser, les auteurs interrogent ainsi sur ce qui crée le crime et la folie passionnelle (car il s’agissait au fond de cela: une passion névrotique pour sa mère-déesse). Il en sort une lecture passionnante, relativement accessible, sur des planches où l’on aurait souhaité Powell plus minutieux tant l’artiste aurait pu apporter bien plus dans une technique (certes chronophage) plus réaliste. Un bien bel ouvrage remarquablement construit et une belle découverte sur l’origine d’un mythe.

note-calvin1note-calvin1note-calvin1note-calvin1

Un commentaire sur “Ed Gein, autopsie d’un tueur en série

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s