****·Comics·East & West·Nouveau !·Service Presse

Crossover #1: Kids love chains

Premier tome de 184 pages comprenant les six premiers chapitres de la série écrite par Donny Cates et dessinée par Geoff Shaw. Parution le 15/04/22 chez Urban Comics.

Une lecture qui pique les yeux.
bsic journalism

Merci aux éditions Urban pour leur confiance!

La réalité écrase la fiction

Vous ne le savez surement pas, mais l’univers coloré et spectaculaire des comic books a fait irruption chez nous, dans ce bon vieux monde réel que nous autres lecteurs cherchons justement à fuir lorsque nous ouvrons un album. Cette anomalie s’est produite à Denver, Colorado, et a provoqué rien de moins que la destruction de la ville, ainsi qu’un nombre incalculable de morts.

Aujourd’hui, tous ces personnages fictifs qui ont pris vie sont circonscrits derrière un dôme d’énergie, épargnant au reste du monde leurs incessants et destructeurs combats. Mais la vie quotidienne n’a pas repris son cours pour autant. Ce cataclysme, connu sous le nom de Crossover, a marqué les esprits et jeté l’opprobre sur les comics et leurs aficionados. Des mouvements réactionnaires ont gagné en popularité, et le gouvernement s’est mis à étudier le phénomène dans l’espoir d’éviter un nouveau crossover.

Ellie, de son vrai nom Ellipse, est une jeune cosplayeuse qui travaille en périphérie du dôme, dans la boutique de bandes dessinées d’Otto. Assumant son statut de paria, elle est néanmoins incapable de faire le deuil de ses parents, dont elle a été séparée lors des évènements de Denver. Un jour, alors que des fanatiques attaquent la boutique pour y mettre le feu, Ellie rencontre Ava, une jeune fille issue du crossover, séparée comme elle de ses parents fictionnels. La jeune femme va donc s’embarquer dans une quête effrénée pour ramener Ava chez ses parents, mais il faudra pour cela traverser le dôme réputé impénétrable…

Après nous avoir quelque peu désarçonnés il y a peu avec King In Black, l’auteur prolifique Donny Cates nous avait redonné le sourire avec The Paybacks, sa série indé parue chez Urban Comics an même temps que ce Crossover.

Si Paybacks était déjà déjanté, on peut dire que Crossover est un projet pharaoniquement méta ! Imaginez un peu, tous les personnages de fiction que l’on adore, faisant irruption dans notre monde, sans les barrières éditoriales qui les empêchent généralement de se rencontrer. Cette prémisse est quasiment identique à celle de la mini-série 1985, écrite par Mark Millar, mais Cates n’est ici aucunement limité au marvelverse, puisque c’est avec des personnages de tous les horizons éditoriaux (Image, Dark Horse, IDW, etc) que l’auteur a le droit de jouer. L’intrigue en soi reste plutôt simple dans ce premier tome, et permet de poser les bases délirantes pour une suite que l’on espère encore plus barrée et spectaculaire.

Le ton demeure malgré tout grave, ou en tous cas moins léger que sur The Paybacks, dont les héros font d’ailleurs une apparition remarquée. L’auteur sait poser ses enjeux rapidement et développer ses personnages, ce qui permet une immersion rapide dans le récit et un gain de temps pour sa dynamique.

Avec cette nomenclature méta, Donny Cates saisit l’occasion de traiter de la place des comics dans la culture populaire américaine, que ce soit l’opprobre et la censure qu’ils ont subis à leur hégémonie actuelle, ainsi que la façon dont la société absorbe et digère ses traumas les plus meurtriers. Ainsi, il ne se prive pas d’évoquer les dérives extrémistes, voire sectaires, vers lesquelles le collectif blessé se tourne en guise de refuge, à défaut de résilience. On peut même deviner, dans le ressort narratif du passeur qui aide des personnes dans le besoin à passer des « frontières », que le scénariste en a profité pour filer sa métaphore sur la politique américaine.

S’agissant de la mise en scène, les lecteurs assidus de comics retrouveront de sacrées doses d’easter eggs et autres références plus ou moins cachées, mais il faut savoir que les caméos en bonne et due forme sont issus pour l’essentiel des catalogues Image Comics et Dark Horse. Les personnages des grandes écuries sont quant à eux simplement évoqués ou pastichés.

Ce premier tome de Crossover est donc un démarrage réussi, ambitieux dans sa forme autant que dans ses thématiques.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s