***·BD·Nouveau !

Noir burlesque 1/2

La BD!
BD de Enrico Marini
Dargaud (2021), 96p., 1/2 volumes parus.

Une édition limitée avec couverture alternative et maigre cahier graphique est éditée par les librairies Momie.

couv_434796

Etats-Unis, années 50. Slick revient du Front après avoir laissé la belle Caprice. Dans ce monde où tout est possible la rouquine ambitionne de devenir star. Slick lui veut récupérer son bien. Entre flics et mafieux, il se fond dans les ombres des ruelles humides, bien déterminé à se glisser entre les hommes de mains du puissant Rex…

Noir Burlesque - Tome 1 - Noir burlesque - Enrico Marini, Enrico Marini -  cartonné - Achat Livre ou ebook | fnacJe ne sais plus depuis quand Enrico Marini a commencé à communiquer sur son projet de roman noir, au moins depuis fin 2019. Très doué en teasing, il a su allécher les lecteurs qui piaffaient d’impatience pour découvrir ce qu’allait donner l’immersion du maître de l’aquarelle dans le schéma hyper stylisé des polars noirs. Son Batman et bien avant cela sa série Rapaces avaient donné le ton de son amour pour l’art-déco et les ambiances sombres.

Au lieu du gros one-shot de cent-cinquante pages annoncé nous aurons droit à deux volumes de quatre-vingt-dix pages, avec une césure qui sied parfaitement au genre hautement cinématographique. Car Noir burlesque sonne avant tout comme un magnifique hommage au cinéma d’époque, fait de nabots teigneux, de magnats du crime en peignoirs de soie, de femmes fatales et de héros taciturnes et vaguement misogyne. Les personnages de Marini l’ont toujours été, des héros à l’ancienne qui se soucient peu du féminisme et de #meeto. Espérons qu’il ne s’attire jamais les foudres d’Internet… Personnellement j’aime quand des auteurs assument des registres parfois datés, que ce soit dans le kitsch ou dans la réalité d’une époque, sans tordre des marqueurs inhérents au genre.

Sortie BD : Noir Burlesque, Marini nous la joue polar sexyL’intrigue importe peu. Une histoire de vengeance, de passé trouble et d’amour malsain entre ce héros qui ne sait pas être raisonnable et cette femme sublime qui ne sait choisir entre la sécurité matérielle de son puissant mari et l’amour (vrai?) pour Slick. On connait le schéma et c’est le cadre qui importe. Et en la matière on peut dire que le pari est hautement réussi tant on plonge avec langueur et plaisir dans ce monde nocturne au son du jazz et des cabarets brillants. Le plaisir à décrire une époque élégante transpire des pages au papier épais. Les lavis font ressortir évidemment des touches de rouge qui ponctuent l’ensemble et l’artiste fait un effort pour ne pas déballer trop facilement ses gueules recyclées dans la plupart de ses albums. Le projet tient au bonhomme et on ne peut que constater l’amour du travail bien fait.

Alors oui on pourra tiquer sur des dialogues parfois maladroits, lourdaud qui ne font pourtant pas tache dans l’atmosphère de sales gueules et de brutasses. Au final, si le projet ne vise pas à nous bluffer par une intrigue retorse (Marini n’est pas scénariste), sa maîtrise cinématographique, la qualité de ses peintures et le style bien connu de l’italien nous offrent le plaisir simple attendu. Les exigeants et les haters se feront un plaisir de balancer le bel objet. Les amateurs de Marini et de belles BD d’ambiance plongeront avec plaisir dans cette première partie pas surprenante mais envoutante.

note-calvin1note-calvin1note-calvin1

3 commentaires sur “Noir burlesque 1/2

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s