****·Comics·East & West

Les Éternels: Dessein Intelligent

esat-west

Réédition de l’intégrale comprenant les sept chapitres de la mini-série Marvel de 2007 The Eternals, écrite par Neil Gaiman, et dessinée par John Romita Jr. Parution en France chez Panini Comics le 03/11/2021.

Who wants to live forever ?

Le jeune Mark Curry fait son internat de médecine à New York. Mais depuis un certain temps, le jeune homme n’est plus tout à fait à ce qu’il fait. Perturbé par des réminiscences et des rêves qu’il ne comprend pas, il laisse les jours défiler, garde de nuit après garde de nuit, suture après suture, sans trop se rappeler comment il en est arrivé là.

C’est alors que Mark fait la rencontre, pas si fortuite, d’un homme étrange dont le discours lui paraît délirant. Cet individu, qui se présente comme le dénommé Ike Harris, prétend connaître Mark de longue date. Et quand on dit longue date, on ne parle pas du lycée il y a vingt ans, mais plutôt d’un petit million d’années. En effet, selon Ike, Mark et lui font partie des Éternels, des êtres immortels issus de l’ingérence génétique d’une race extraterrestre quasi transcendante, les Célestes.

En effet, les Célestes auraient subdivisé le genre Homo en trois catégories: les Déviants, êtres chaotiques dont la particularité et d’être en constante mutation au fil des générations, les Hommes, puis les Éternels, Homo Immortalis, censés protéger la Terre jusqu’au retour de leurs créateurs Célestes, qui reviennent à échéances régulières pour juger du résultat de leurs expérimentations.

Depuis les origines de l’Humanité, Mark, Ike, et bien d’autres ont lutté contre les Déviants tout en accomplissant la volonté de leurs maîtres, mais n’en ont aujourd’hui qu’un souvenir fugace. Qui a pu ainsi effacer les Éternels ? Est-ce une machination des Déviants ?

Les dieux sont parmi nous

On peut grossièrement saisir deux catégories parmi les scénaristes: d’une part les conteurs d’histoires, et d’autre part, les faiseurs de mythe. Jack « The King » Kirby, le créateur des Éternels, était de ceux-là. Adepte des panthéons et des cosmogonies eschatologiques, il avait auparavant tenté de laisser sa marque chez DC Comics avec ses New Gods, avant de claquer la porte pour revenir chez Marvel, qui avait alors tiré les leçons de leur précédent conflit et avait promis au King de lui laisser carte blanche.

Kirby imagine alors un panthéon de dieux que l’on pourrait croire tout droit issus du Chariot des dieux d’Erich Von Daniken: des extraterrestres précurseurs de l’Humanité, dont la technologie et les capacités les font passer pour divins aux yeux des hommes crédules et hagards, qui les ont érigés au rang de mythes. Kirby amène également une mise en abîme, puisque ses dieux physiques ont eux-mêmes des dieux, ce qui enracine encore davantage la théorie des anciens astronautes dans sa mythologie moderne.

En terme de mythes, Neil Gaiman n’est pas en reste, puisqu’on lui doit American Gods, Sandman, ou encore Stardust. Avec sa mini série, Gaiman revitalise en 2007 (en pleine Civil War chez Marvel, évènement majeur avec lequel il est obligé de composer dans son scénario) la mythologie des Éternels, qui avait subi quelques temps auparavant deux sabotages en règle en 2000 et 2003. L’auteur de Sandman revient aux fondamentaux, en présentant ses personnages comme des êtres divins, par essence éloignés de l’Humanité. Ironiquement, ces personnages sont ramenés à notre niveau, transformés en mortels à leur insu: il leur faut donc regagner, pour ceux qui en ont la volonté toutefois, leur statut d’immortels. Cette thématique occupe a minima la première moitié de l’histoire, tandis que les parties whodunnit et cosmique occupent la seconde moitié.

Les Célestes y sont dépeints comme des êtres insondables, aux motivations si étrangères que même les Éternels ne peuvent les concevoir. D’autres auteurs s’empareront plus tard de cette acception modernisée des Célestes, en y ajoutant leur propre patte (je pense notamment à Remender ou encore Jason Aaron avec ses Avengers, qui affrontent la Horde qui est évoquée par Gaiman).

A l’heure où les Éternels font une entrée remarquée dans le MCU sous la houlette de Chloé Zhao, il peut être opportun de se replonger dans les runs qui ont inspiré le film, surtout lorsqu’ils sont issus du travail d’auteurs reconnus comme Neil Gaiman.

Un commentaire sur “Les Éternels: Dessein Intelligent

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s