*****·BD·Jeunesse·Nouveau !

La Brigade des cauchemars #5 : Léonard

Cinquième tome de 62 pages de la série écrite par Franck Thilliez, dessinée par Yomgui Dumont et mise en couleurs par Drac. Parution le 16/09/2021 aux éditions Jungle, collection Jungle Frissons.

Dans le terrier noir du Lapin Blanc

Coup de coeur! (1)

Les rêves sont une part importante de notre vie, de par le temps que notre cerveau y consacre et de par l’impact qu’ils peuvent avoir sur nous lorsque nous sommes éveillés. Le Professeur Angus le sait bien, car il dirige une clinique du sommeil tout à fait particulière. En effet, ce scientifique, qui vit isolé dans la campagne, dirige la Brigade des Cauchemars, un groupe dont la spécialité est de s’infiltrer dans les cauchemars récurrents de jeunes patients afin de régler le problème à la source.

Pour ce faire, la Brigade exploite une technologie révolutionnaire, qui permet de donner une dimension physique aux rêves, permettant ainsi l’exploration. Attention toutefois: il faut être sorti du rêve avant le réveil du patient, sous peine de se voir littéralement coincé dans sa tête. Autre phénomène qui a son importance, tout ce qui fait partie du rêve se matérialise, si bien que le monde onirique d’une personne peut, si on le laisse sortir, se manifester réellement…

La Brigade des Cauchemars est composé de Tristan, le fils du Professeur, d’Esteban, puis de Sarah, une ancienne patiente. Tristan, paraplégique depuis un tragique accident, voit dans l’exploration des rêves une forme d’affranchissement de ses contraintes physiques, tandis qu’Esteban y a trouvé des réponses troublantes sur ses origines (voir tome 3). L’ultime mission du trio est d’explorer les rêves de Léonard, un ancien patient du Professeur qui retient son épouse Alice, la mère de Tristan, en otage dans sa tête. Quels pièges mortels attendent nos héros dans la psyché torturée du jeune cobaye ?

Dans les bras de Mort-Fée

Voici la conclusion des aventures de la Brigade des Cauchemars, après plusieurs rebondissements et révélations au cours des quatre précédents tomes. L’écriture au cordeau de Franck Thilliez permet d’établir une intrigue solide et captivante, même si l’on peut reprocher une conclusion, comme souvent dans ces cas-là, trop hâtive. Le cœur de l’album génère toutefois suffisamment de tensions quant au sort de nos héros et à l’accomplissement de leur mission de sauvetage.

L’ambiance de ce tome est cohérente avec l’ensemble de la série, et ajoute un soupçon de thriller politico-militaire, avec les sempiternels méchants qui veulent exploiter la technologie des rêves à des fins belliqueuses. L’intervention de ses lascars en treillis ne gâche cependant pas l’intrigue, même si l’on se doit de souligner leur caractère franchement caricatural.

Côté caractérisation, j’ai noté un effacement assez net du personnage d’Esteban depuis les révélations à son sujet, ce qui à mon sens est largement préjudiciable, comme si l’auteur n’avait pas souhaité, par peur de manquer de temps ou de matière, se pencher sur le vertige existentiel qui devrait le traverser depuis qu’il a découvert la vérité (je n’en dis pas davantage afin d’éviter le spoil, mais il y a, je pense, pas mal à discuter sur ce point).

Dans son ensemble, la Brigade des Cauchemars est une excellente série jeunesse, qui saura captiver les jeunes lecteurs, les emportant manu militari dans les méandres désespérés des mauvais rêves.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s