**·***·****·Manga·Nouveau !·Rapidos·Service Presse

Manga en vrac #21: Ajin #17 – Elio #4 – Alpi the soulsender #5

esat-west

  • Ajin #17 (Sakuraï/Glénat) – 2021, série achevée en 17 volumes.

bsic journalism

Merci aux éditions Glénat pour leur confiance!

ajin-17-glenatIl n’y a rien de plus compliqué que de clôturer une série BD, surtout quand elle a a atteint une telle intensité. Je me rappelle de chacune de mes lectures d’Akira où je me suis dit chaque fois que cette fin était un peu décevante. En fait pas décevante, juste impossible. Le happy end est trop facile, les fins ouvertes frustrantes… C’est partiellement le cas avec cet ultime tome d’une des plus grande saga manga des vingt dernières années. Tout d’abord du fait du découpage classique achevant les scènes au volume suivant. Ainsi la conclusion de l’intrigue était quasiment fermée au tome seize. Ensuite parce que la façon de vaincre Sato paraît un peu « tout ça pour ça » même si avec un tel méchant on peut toujours postuler sur sa lassitude à « jouer ». Ces pages sonnent donc plus comme un long épilogue, toujours magnifique, assez contemplatif, revenant sur la galerie de personnages et ce qu’ils vont faire après. Soyons honnêtes: après cette aventure on ne sait toujours pas grand chose des Ajin et de ce qu’il se passe dans le monde. La fin laisse donc mille et une possibilités de poursuivre sur de nouveaux cycles…. ou pas. la grosse post-face de l’auteur, assez surprenante de franchise, nous laisse entendre que le fait d’avoir été contraint de continuer seul une série entamée avec un scénariste l’a obligé à travailler des structures sur lesquelles il ne se sent pas forcément compétent et explique en partie la tournure action prise après le premier volume. Ce texte me laisse assez perplexe sur la volonté de Sakuraï de passer le reste de sa vie sur le développement de suites. Que ce soit sur Ajin ou sur d’autres projets il a montré au monde l’étendue de son talent et les informations sur ce qu’il fera seront de premier ordre pour le public Manga!

note-calvin1note-calvin1note-calvin1note-calvin1

  • Elio le fugitif #4 (Hosokawa/Glénat) – 2021, série achevée en 4 volumes.

bsic journalism

Merci aux éditions Glénat pour leur confiance!

elio_4_glenatAprès un billet récent sur les tomes 2 et 3 il est temps d’en finir avec une série où l’auteur semble s’être fait plaisir en visant le sillage de l’excellent Vinland Saga mais sans la solidité de la structure. Aussi on est passé d’une fuite de prison dans le premier tome à une affaire de vengeance familiale dans les deux suivants. Si le troisième et début du quatrième tome marquent une grosse envie de produire des combats à la croisée de The Raid et de Dragonball, on conclut la série sur les bribes de grande saga diplomatique et stratégique qui se met en place… avant une conclusion abrupte. Je ne sais si un nouveau cycle verra le jour mais on sent une forme de précipitation qui agence des genres sans jointure et aboutit un petit peu à une impression Frankenstein ou manga de fan. Ce dernier volume n’est pas inintéressant, surtout si l’on admet l’aspect shonen malgré la violence crue représentée, simplement on ne sait pas bien où veut nous emmener l’auteur. Avec des dessins moyens, bardé d’influences qui transpirent, les différents éléments de cette mini-série sont plutôt réussis, mais leur agencement trop grossier pour vraiment convaincre. Les fana de Vinland Saga pourront y trouver leur compte ente deux volumes de leur série préférée, les autres trouveront certainement d’autres séries courtes bien mieux réalisées.

note-calvin1note-calvin1

  • Alpi the soul sender #5  (Rona/Ki-oon) – 2021, 5/6 volumes parus.

 bsic journalismMerci aux éditions Ki-oon pour leur confiance!

alpi-soul-sender-5-ki-oonAprès deux volumes qui m’ont franchement inquiété sur le devenir de cette série, me voilà rassuré avec un cinquième tome qui est peut-être un des meilleurs depuis le début. Et cela pour une simple raison: après la découverte de rituels one-shot qui ont permis de découvrir cette mythologie et le personnage d’Alpi et l’accident du quatrième volume, l’autrice élargit enfin son champ avec l’arrivée d’une équipe de soul sender chargés de traiter une corruption particulièrement massive qui exige une collaboration. En parallèle deux mystérieux méchants apparaissent et des identités surprenantes sont également abordées. Tout cela approfondit drôlement le background d’une série graphiquement super et et à laquelle il ne manquait plus qu’un vrai drama et des perspectives de progressions au long cours.

Du coup la structure binaire des précédents tomes laisse ici la place à une unique histoire dont la conclusion nous laisse sur une sacrée révélation! Avec la trace des parents d’Alpi et de Sersella (dont il est une nouvelle fois question ici), on se retrouve happé dans une histoire qui dépasse les seules rituels pratiqués par Alpi avec la possibilité d’une ambition bien plus large. Il était temps, cette série est sur d’excellents rails pour durer avec de grandes qualités.

note-calvin1note-calvin1note-calvin1note-calvin1

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s