****·Comics·East & West·Nouveau !·Service Presse

Trois jokers

esat-west

Comic de Geoff Johns, Jason Fabok et Brad Anderson (coul.).
Urban (2021), 176p., one-shot.

Quatre éditions sont publiées simultanément avec des couvertures différentes: la classique avec les trois Joker et le titre, trois autres sans titre de face avec Batman/Batgirl/Redhood, les trois protagonistes de l’histoire. J’ai pour ma part reçu de mon partenaire l’édition Red Hood et j’en suis ravi tant ce personnage est central et le plus intéressant de l’histoire. Une carte à jouer à découper, une table des matières, un texte introductif, une bio des auteurs et une galerie de couvertures reprenant les différentes apparences du Joker depuis quatre-vingt ans, complètent cette très jolie édition.

couv_433383

bsic journalismMerci aux éditions Urban pour leur confiance.

Un nouveau crime attribué au Joker. Puis un autre. Et un troisième. Il est impossible que le fou ait été aux trois lieux en même temps. Très vite Batman confirme l’hypothèse: il y a trois Joker, alliés dans un but obscure. Avec l’aide de Barbara Gordon (Batgirl) et Jason Todd (Red Hood) il entame une nouvelle enquête, peut-être la plus intime depuis l’apparition du Joker…

Algunas heridas nunca sanan en el nuevo vistazo a Batman: Three Jokers - La  TerceraL’univers Batman a toujours été à part dans l’édition des super-héros. De par le fait que le Détective ne possède aucun pouvoir (un des très rares super-héros dans ce cas si je ne m’abuse), et plus récemment de par l’aura que dégage son adversaire principal, le Joker, Nemesis et incarnation du Mal de plus en plus marqué à mesure que les scénaristes modernes s’autorisent des expérimentations hors du cadre très classique. Il n’y avait pas d’autre collection que le Black Label (qui nous propose pratiquement que des ouvrages marquants depuis son lancement) pour permettre cet album qui est autant un event anniversaire qu’une nouvelle avancée dans la proposition scénaristique de personnages principaux du Bat-verse. Pour les nouveaux venus, le triptyque classique de Batman/Robin/Joker s’est enrichi ces dernières années d’une copine pour le Joker et d’une Bat-family pour le Chevalier, qui complexifient drôlement les interactions psychologiques des deux adversaires (et rendent d’autant plus intéressants les albums).

Ces dernières années les projets sur le Joker sont de deux types: des essais timides pour créer une véritable genèse à ce démon (sur le mythique Killing Joke auquel énormément d’ouvrages se rattachent, sur le récent Dark Prince charming d’Enrico Marini, voir sur le White knight) et d’autres qui en font une sorte d’entité surnaturelle, hors du temps et de l’espace, qui finit par devenir une création de l’esprit malade de Bruce Wayne. Ici on est entre les Batman: Three Jokers #3 (A). Geoff Johns. Jason Fabok. Batman. Bruce Wayne.  Joker. | Joker art, Batman, Batman jokerdeux puisque si l’on ne nous explique que très légèrement le fait d’avoir trois Joker, ceux-ci sont rattachés à des albums marquants de l’histoire de Batman. Le Killing Joke d’Alan Moore et Brian Bolland proposait en 1988 une genèse au Joker, comique raté victime d’un drame et agressant la fille du commissaire Gordon, Barbara, qui deviendra selon les époques Oracle (sorte de téléopératrice informatique aidant Batman) puis Bat-girl, ici présente. Le traumatisme physique est partagé par Jason Todd, second Robin, tué à coup de barre à mine par le Joker dans le Deuil de la famille (paru la même année que le précédent). Ces deux personnages accompagnent Batman dans son enquête et nous montrent la difficulté à se remettre d’un attentat (sans doute le scénariste nous parle-t’il aussi des nombreux lycéens touchés dans leur chair suite à des fusillades, voir de victimes de terrorisme) mais surtout la violence intérieure de Todd, devenu le justicier Red Hood. Ce personnage incarne la part sombre de Batman, sa violence débordant tout cadre légal et n’hésitant pas à mutiler des criminels pour obtenir des aveux.

Reseñas DC USA - Batman: Three Jokers #1 - Zona NegativaLe personnage de Red Hood est donc le point central de cet album revisitant partiellement les drames passés. Plus que les Joker qui forment plutôt l’environnement de l’intrigue, c’est la relation de Batman à son « fils », l’incapacité de Bruce à gérer à la fois sa mission et sa famille et les conséquences de son choix de vie sur ses proches. Un héros est toujours plus fragile quand il a des proches. Dans l’histoire de Batman cela a été souvent le fragile Alfred qui en a fait les frais et Batman est toujours tiraillé entre la nécessité de se détacher pour ne pas souffrir et faire souffrir ses proches, et l’éternel retour du Joker qui sais plus que quiconque taper là où ça fait mal. Le deuil de la famille (en écho évident au précédent) de Snyder/Capullo en était un terrible et traumatisant exemple.

Au final ce one-shot est une excellente surprise, surtout que le scénariste et gardien du temple DC Geoff Johns destine souvent ses scénarii à des aficionados versés dans les mythologies DC. Très accessible et porté par des dessins au style classique (notamment dans l’usage fréquent du gaufrier) mais redoutablement efficaces de Jason Fabok, Trois Joker propose une vraie nouveauté qui pourra être prolongée dans de futures publications. La conclusion du Curse of the white knight de Murphy laisse penser que le développement de Todd est un des vecteurs d’évolution de la mythologie Batman dans les années à venir, et c’est une excellente nouvelle! 

note-calvin1note-calvin1note-calvin1note-calvin1

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s