****·BD·Nouveau !·Service Presse

Joe la pirate

La BD!
BD de Hubert et Virginie Augustin
Glénat (2021), 210p., n&b, One-shot.

Très bel ouvrage doté d’une maquette absolument art-déco, d’un signet-ruban, d’un épilogue en forme de post-face et d’une bio rapide des personnages apparaissant dans l’histoire.

couv_416348

bsic journalismMerci aux éditions Glénat pour leur confiance.

Née en 1900, Marion Barbara Carstairs a parcouru le XX° siècle dans une furie de bonne humeur, de provocations et de liberté permise par sa fortune. Homosexuelle, roitelette d’une île des Bahamas où elle fit régner une loi sans partage aussi progressiste qu’autoritaire, championne de vitesse sur eau, croqueuse de femmes elle fut l’amante de Marlene Dietrich et rencontra le roi Edouard VIII… Une vie inouïe comme un reflet de la liberté des années folles et de la vie dissolue des héritiers d’une Amérique triomphante!

Joe la Pirate - BD, informations, cotesIl est toujours étrange de voir la notoriété d’un auteur augmenter juste après sa mort… Hubert est disparu en début d’année dernière et ses deux albums posthumes sont (seront) sans doute les plus réputés. N’ayant pas lu Peau d’homme je retrouve sur ce Joe la pirate beaucoup d’éléments de la saga des Ogres-dieux. De très belles qualités sur les relations humaines et la création de personnages, d’autres éléments qui me chagrinent plus. Tout ça pour dire que je ne suis pas un groupie d’Hubert… a l’inverse de Virginie Augustin, trop rare et qui montre une nouvelle fois sur cet album la diversité de sa compétence et sa force évocatrice. Dans un style épuré très proche de la BD classique des premiers Spirou et des premiers comics-strip elle parvient à exprimer magnifiquement en quelques traits et de superbes encrages sur une histoire qui demande beaucoup au dessin. Découpé comme des successions de séquences parfois presque au format strip justement, l’album place Joe au centre de toutes les cases. Avec son sourire permanent et sa trogne de cartoon, on pourrait avoir un risque de visages à la tintin. Pourtant il suffit de jeter un œil aux photos de Marion Barbara Carstairs pour réaliser combien la dessinatrice arrive à reproduire l’esprit de cette vie rêvée, jamais tout à fait mensongère, toujours un peu fantasmée. Sur les quelques planches colorisées on s’interroge sur le choix du noir et blanc. Economie sur un gros album de deux-cent pages ou véritable choix de s’insérer dans un univers graphique des années 1920? Probablement un peu des deux…BD, "Joe la pirate" de Virginie Augustin et Hubert, portrait de Barbara  Carstairs, femme libre des années 1920

Car la grande force de ce bel album est son sujet, cette incroyable personnalité qui fascine ses auteurs et marque indéniablement par sa liberté absolue, tant morale que dans ses « aventures ». On ne peut qu’être surpris qu’aucun film n’ait été tourné sur Joe, qui aurait souhaité se voir incarnée par Katharine Hepburn et savait absolument se mettre en scène. De telles vies ne semblent exister qu’en romans, et pourtant! On ne se lasse (presque) pas de voir les coups d’éclat, les innocences de Joe et sa bonne humeur communicative. On ne sait si les auteurs ont volontairement posé quelques points critiques quand au statut d’héritière millionnaire de Joe, l’argent permettant effectivement une grande liberté mais n’empêchant pas une certains Joe la pirate de Hubert, Virginie Augustin - BDfugue.comimmaturité dans une vision tout à fait coloniale du sous-développement… Néanmoins tous les millionnaires du XX° siècles n’ont pas eu cette vie et on ne peut qu’être admiratif devant cette féministe par l’action qui a toujours voulu enfoncer tous les blocages de son époque.

Les limites de l’album reposent surtout dans une construction qui semble finalement sans propos, une illustration biographique structurée en chapitres vaguement thématiques. Si la vie de Joe est marquée par quelques jalons (la Guerre, l’aménagement de l’île,…), on se perd par moment dans la redondance des conquêtes, des coups de gueule, et l’on a l’impression de voir un agencement de séquences strip qui forment au final un tout cohérent. C’est peut-être l’objectif des auteurs mais cela affaiblit selon moi un peu le projet d’ensemble en oubliant de poser un regard d’auteurs sur cette figure ô combien charismatique. Du coup, malgré l’habillage du livre, la qualité des dessins et le sujet central du livre on rate de peu le coup de cœur des cinq Calvin.

note-calvin1note-calvin1note-calvin1note-calvin1

3 commentaires sur “Joe la pirate

    1. En fait moi je bloque souvent sur un auteur. Ca arrive qu’on soit déçu (pas encore lu le Superman de Stuart Immonen alors que j’idolâtre ce dessinateur) mais en général ca monte plutot en puissance. Le risque c’est quand le dessinateur passe en solo, pas toujours avec succès. L’autre critère c’est les gros albums one-shot. Les éditeurs mettent le paquet quand ils savent que c’est réussi en général.

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s