****·BD·Nouveau !·Service Presse

Le vagabond des étoiles, seconde partie.

La BD!
 
BD de Riff Reb’s
Soleil (2020), 96 p., série finie en deux volumes.

bsic journalismMerci aux éditions Soleil pour leur confiance.

Ce second volume s’ouvre sur une magnifique illustration au fusain avant un « préambule » (en réalité un résumé du premier tome) et une citation de Nietzsche illustrant les vies multiples, avant de reprendre au chapitre IX. Voir la critique du tome 1 pour le descriptif général.

couv_402403

Ce projet aurait pu être porté par Alejandro Jodorowski tant l’on retrouve ces thèmes et le traitement rude et poétique dans son œuvre. Comme expliqué sur la première partie, la découpe de l’ouvrage en deux volumes crée une césure artificielle qui fait commencer l’album sur une des incarnations, au Far-west au sein d’une caravane de colons. CaptureOn enchaîne ensuite sur des bribes de vies éparses que le narrateur confesse avoir vécues de façon discontinue avant d’arriver à l’époque romaine dans le corps d’un orphelin viking devenu légionnaire dans la Judée de Ponce Pilate. L’incarnation suivante, la plus intéressante est celle d’une femme naufragée sur une ile déserte (apparemment un des seuls changements de Riff Reb’s par rapport au roman où le personnage est un homme), puis la dernière section nous transporte à l’âge de pierre avec un chasseur en quête d’un Totem, façon de boucler l’idée des visions et lien entre l’esprit et le Temps. Entre ces épisodes historiques l’auteur insère quelques séquences de conscience du prisonnier-supplicié avant une dernière séquence le menant à la potence.

Ce volume est donc très différent du premier en ce qu’il se concentre essentiellement sur des séquences sans lien entre elles ni véritable message hormis le fait que contrairement aux premières les personnages vont au bout de leur existence malgré des aléas tout à fait exceptionnels. Si le tome un dressait un pamphlet saisissant sur la condition carcérale, ce thème est ici plus lointain hormis sur la dernière séquence qui nous rappelle l’aberration du système et de ses « lois ». wp-1604400206798.jpgOn sent dans le déroulement de l’album le détachement de cet homme qui a appris tel un ascète à ne plus subir les tourments du corps jusqu’à se demander malgré les témoignages « paranormaux » qu’il nous livre, si la succession de ces différentes séquences d’existence ne trahit pas l’évolution psychologique de Darrel Standing vers un mysticisme détaché lui permettant d’accepter la mort.

Graphiquement l’album est toujours un régal de variété avec un auteur qui se fait plaisir à dessiner décors, costumes et paysages extrêmement variés comme une anthologie d’histoires courtes. En cela la très probable édition intégrale à venir supprimera cet aspect en liant l’ouvrage en trois tiers: une première partie dans la prison, une seconde dans les voyages, une troisième de conclusion. Si certaines séquences peuvent paraître longuettes faute de liant scénaristique leur donnant une raison d’être, l’ensemble propose un magnifique projet d’auteur en pleine possession de ses moyens, autant textuels que graphiques, d’une grande variété technique et d’une précision remarquable. Objet inclassable, inhabituel, à la fois intello et fantastique, le Vagabond des étoiles est une grande réussite portée par un sujet et un ouvrage source majeurs. En alliant l’adaptation, le documentaire et le plaisir graphique et de genre, Riff Reb’s réussit son pari de proposer un ouvrage grand public intellectuellement exigeant.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s