***·Comics·Nouveau !·Rapidos

Wonder Woman: année un

esat-west

Comic de Greg Rucka, Nicola Scott, Bilquis Evely, Mirka Andolfo et Romulo Fajardo jr. (coul.).
Urban (2020), collection « le meilleur du comic à 4.90€ »

wonder-woman-annee-un

Sur l’île de Themyscira vivent depuis la nuit des temps des Amazones, protégées du monde par un voile invisible. Jusqu’à ce qu’un avion s’écrase sur ses rivages, signe que quelque chose a changé dans l’équilibre entre les Dieux de l’Olympe. La fille de la reine, Diana, décide d’accompagner le survivant, Steve Trevor, et de révéler au monde l’existence des dieux et des Amazones…

Enchanté par les sublimes couvertures de la série lors de sa sortie et ravi par ma lecture du Black Magik des mêmes auteurs, j’ai profité de l’opération estivale Urban pour tenter ce Wonder Woman Rebirth. Pas franchement passionné par ce personnage, j’avais trouvé le récent film gentillounet et l’aventure celtique en compagnie de Batman m’avait donné l’impression d’un personnage assez secondaire…

Wonder Woman Rebirth Annual 2 - Comic Book RevolutionSur ce volume trois dessins alternent. La première séquence, très linéaire, reprend grosso modo l’intrigue du film avec un Steve Trevor venant apporter l’amour et la nécessité d’assumer son rôle à une Wonder Woman invincible et naïve. Les planches de Nicola Scott sont superbes et donnent une atmosphère un peu « Riverdale » à ce monde très manichéen. C’est finalement l’intrigue dessinée (plutôt bien) par la brésilienne Bilquis Evely qui intéresse le plus, avec ce personnage d’archéologue boiteuse et de dieux manipulant des humains pour capturer Diana. Comme souvent dans les comics on sent quelques séquences manquantes par moment mais le tout se laisse lire plutôt agréablement, avec quelques séquences à la violence surprenante. La dernière section est totalement hors sol, plaçant Diana à Gotham, assez mal dessinée et sans aucun lien avec le reste, j’ai personnellement fait l’impasse.

Il ressort de cette lecture l’impression d’une lecture estivale, légère, qui ne révolutionne rien et peut franchement s’arrêter là (pour ma part en tout cas). Ce personnage presque aussi puissant que le problématique Superman jouit d’un autre handicap, celui d’introduire des dieux dans un monde DC plutôt SF. Je trouve que le concept n’accroche pas. Surfant sur la vague du film (sorti à la même date), DC utilise WW comme un argument pseudo féministe… en introduisant des protagonistes essentiellement féminins comme ce fameux syndrome des super-héros où les filles se battent uniquement entre elles. Un peu léger comme féminisme. Avec un Greg Rucka plutôt efficace pour bousculer ses personnages, il faudrait attendre une vraie prise de risque sur ce personnage avec une proposition adulte réaliste et sombre. A réserver aux fans de Nicola Scott ou de Wonder Woman.

note-calvin1note-calvin1note-calvin1

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s