**·Comics·Nouveau !·Service Presse

Rick et Morty: Pocket Mortys, soumettez-les tous !

esat-westHuitième tome de la série inspirée de la série animée créée par Dan Harmon et Justin Roiland. Scénario de Tini Howard et dessin de Marc Ellerby, parution en France le 27/05/20 aux éditions Hicomics.

bsic journalismMerci aux éditions Hicomics pour leur confiance.

couv_397842

Un Morty peut (doit?) en cacher un autre

Morty Smith pourrait être un adolescent comme un autre, si son grand-père Rick Sanchez ne le trainait pas derrière-lui dans des missions périlleuses aux confins de l’espace, et parfois même, dans d’autres dimensions.

Rick est un génie, un savant fou qui a tout vu, tout vécu, et dont le cynisme n’a d’égal que sa propension à absorber du gin en quantités industrielles. Avec Morty, il s’embarque dans des aventures psychédéliques et bigarrées, qui convoquent adroitement tous les lieux communs de la SF, au travers de quatre saisons d’une série animée plébiscitée par le public.

Ce succès a engendré des déclinaisons en jeux vidéos, en comics, et dans le cas présent, en comics adaptés du jeu vidéo ! Le jeu, Pocket Mortys, parodie le célèbre Pokémon® et exploite le concept du multivers qui fait tout le sel de la série animée: remplacez les dresseurs par des Rick interdimensionnels sadiques et les petites bêtes par des Morty apeurés et vous obtenez Pocket Mortys !

Rick-upérez-les tous !

Notre protagoniste pour ce tome est un Morty venant d’un univers non-identifié, qui découvre avec effroi que des Rick traquent et collectionnent des Mortys, pour les faire s’affronter dans des combats à mort.

Comme dans la série originale, Morty s’efforcera d’être la boussole morale de son grand-père (interdimensionnel) mégalomane en lui faisant comprendre la portée de ses actes, et en lui rappelant qui sont les ennemis de toujours: le Conseil des Rick, un groupe réunissant les plus puissants Rick venus de toutes les dimensions.

L’histoire en elle-même pourrait être intéressante, mais il faut avouer que ce tome est en deçà du reste de la série papier, certainement par le côté forcé de l’intrigue. En effet, on sent ici que la scénariste Tini Howard accomplit ici un travail de commande, dans lequel elle ne semble pas s’épanouir pleinement.

Le tout conserve donc un gout d’inachevé, bien que des thèmes chers à la série et quelques références soient abordés. Les scènes et les péripéties s’enchainent sans trop de fluidité, délaissant l’amertume en demi-teinte propre à l’écriture de Harmon. Néanmoins, il est plaisant de croiser certains personnages déjà aperçus dans la série, ce qui donne un sentiment de continuité assez bienvenu.

Sur le plan graphique, la cohésion entre ce tome et les précédents est assurée par Marc Ellerby, qui réussit très bien à adapter son trait aux graphismes de la série signée Adult Swim.

Pocket Mortys tente de capitaliser à la fois sur le succès de la série et sur le jeu vidéo Rick et Morty, mais peine à se hisser au niveau de son modèle. Malgré tout, un bon divertissement pour patienter entre deux saisons du show !

Publicité

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s