***·Comics·Nouveau !

Sharkey, le chasseur de primes

esat-west

Comic de Mark Millar et Simone Bianchi
Panini-Netflix (2020), 146p., one-shot.

L’album relié au format comics assure le service minimum avec les classiques texte d’intro, galerie de couvertures alternatives et bio des auteurs en conclusion.

couv_385570

Sharkey est un looser. C’est aussi un chasseur de primes. Côtoyant les redoutables guerriers de la profession, l’état de ses finances l’incitent à répondre au mandat posé sur la plus redoutable terroriste de l’univers…  Déjà mal barré avant qu’un gamin ne lui demande de le ramener chez lui…

Mark Millar sait attirer dans ses filets les dessinateurs les plus en vue du circuit. Rarement pour le meilleur tant les Scalera, Immonen ou Bianchi ont produit bien mieux que sur leur collaboration avec le golden boy du comic. Ma lecture du récent Space bandits m’avait plutôt déçu la semaine dernière… et ce n’est heureusement pas le cas de ce nouveau Millar!

Sharkey le chasseur de primes - BD, informations, cotesDans un scénario aussi léger que les autres réalisations de l’écossais, ce volume attire pourtant une grande sympathie grâce à l’improbable réussite du personnage de Sharkey et son duo avec le gamin. Le scénariste a chargé la barque pour cet anti-héros chauve, naviguant dans un camion à glace reconverti et sauvé chaque fois par des amis ou ennemis quand ce n’est pas par la providence. Toutes les séquences d’action se vautrent dans la facilité mais ce qui intéresse les auteurs ce sont les dialogues et les situations très drôles basées sur les idées farfelues et vaguement naïves de Sharkey mais surtout sur l’innocence désarmante du gosse avec ses yeux de cocker qui voient en ce gros naze de chasseur de prime le plus grand héros de la galaxie. Sharkey le chasseur de prime est donc bien une comédie d’action fleurant bon les comédies improbables du cinéma mettant en association des gros costauds et des êtres chétifs…

Sur le plan graphique Simone Bianchi est très inégal, proposant certaines cases et couvertures de parties vraiment magnifiques quand d’autres sont des rough colorisés. De même l’utilisation du numérique fait cohabiter des dessins aux traits très grossiers avec d’autres réduits et aux détails très fins. Le design général est très original, avec une technique plutôt réussie même si elle peut par moment manquer de lisibilité, elle procure une vraie originalité qui permet de sortir l’album des standards graphiques du comic. La création de l’univers, si elle sent là encore le rapidement posé, propose de Sharkey The Bounty Hunter #4 - READING WITH A FLIGHT RINGbelles trouvailles comme cette fille post-humaines qui se prépare à se transformer en androïde de combat après une nuit d’amour avec Sharkey ou les armes des boss comme ce vaisseau furtif et le concept de l’entité astéroïde en quête de son double reproductif…

Il est indéniable que Mark Millar fourmille de trouvailles. Il est tout aussi agaçant de voir la feignantise dont il fait oeuvre dans ses projets qui pourraient être vraiment géniaux avec un tout petit peu de boulot. Sharkey parvient à sortir du lot plutôt par l’humour très réussi et un petit quelque chose que n’avaient pas ses précédentes productions. A voir si le succès permettra des suites comme ce crossover annoncé avec Space bandits. Je le placerais au même niveau qu’Empress, une aventure sympathique même si elle le casse pas les rétine ni le révolutionne un genre très balisé.

note-calvin1note-calvin1note-calvin1

4 commentaires sur “Sharkey, le chasseur de primes

    1. Disons que Millar embauche surtout des cover-artists… qui sont loin de leur meilleur niveau sur ses albums. Sauf Quitely sur Jupiter et Coipel sur Magic order. On peut parier qu’un Esad Ribic sortira un de ces 4 un Millar album. Pour le côté sur-coté je ne dirais pas cela car il a quand-même produit des trucs magistraux comme Jupiter Legacy, Old man Logan et dans une moindre mesure Civil War. Le truc c’est que c’était il y a longtemps… et que le monsieur semble très économe de son temps passé sur ses scénarii. Je parlerais donc plutot de talent gaché.

      J’aime

      1. Magic order je ne peux pas me prononcer je n’ai pas lu, jupiter legacy est achevé ? Je n’ai lu que le tome 1 qui tenait la route c’est vrai. Old man logan son final sanglant contrastait trop avec le reste du récit. Et c’est là que je te rejoins lorsque tu dis qu’il ne passe assez de temps sur l’écriture. Il se concentre sur l’action et la violence gratuite au contraire de Garth Ennis par exemple qui use de la violence pour illustrer un propos dans ses récits.

        Aimé par 1 personne

      2. Magic order est magnifique et vraiment intelligent et radical. Un bon cru Millar. Jupiter legacy 1&2 sont ce que j’ai lu de mieux en comic depuis très longtemps, notamment grace au propos politique très costaud et assumé.

        Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s