BD·Mercredi BD·Nouveau !

Le convoyeur #1: Nymphe

La BD!

BD de Tristan Roulot et Dimitri Armand
Le Lombard (2020), 54p.

L’ouvrage existe en deux éditions, la classique en couleur ne présentant aucun bonus et l’édition grand format NB avec cahier graphique. Couverture très efficace qui n’est pas sans rappeler la mythique illustration de Frazzeta.

couv_395281

Un contrat doit être honoré. Telle est la loi du convoyeur… Dans un monde dévasté par la Rouille et revenu à l’âge du bronze la loi du plus fort domine. Personne ne sait d’où il vient mais le convoyeur est le plus sur moyen pour transmettre des biens d’une communauté à une autre. Son paiement est bien peu. Mais peut-on lui faire confiance?…

https://www.ligneclaire.info/wp-content/uploads/2020/05/Le-Convoyeur_Page_6-scaled.jpg

L’art de Dimitri Armand a éclaté aux yeux du grand public sur son western Sykes, bientôt suivi par Texas Jack, tout aussi réussi. Maître dans la lignée des encreurs puissants, Armand s’épanouit dans le genre western qui permet de belles barbes (son tic), des matériaux nobles et des paysages naturels grandioses. Tristan Roulot ne s’y est pas trompé lorsqu’il lui a proposé un projet post-apo dont la coloration entre époque des colons américains et Moyen-Age semble bien connue. Le scénariste de Hedge Fund (où le personnage est déjà un anti-héros assez noir) avait proposé le très bon Arale, dystopie soviétique teintée de magie et de rouille avec le dessinateur du carton La Bombe. Ces caractères des deux auteurs se retrouvent parfaitement dans le Convoyeur pour un résultat tout à fait surprenant.

Tout le monde la craignait, mais nul n’y était vraiment préparé. La fin du monde a surgi de la où on ne l’attendait pas, à la fois des tréfonds insondables de notre planète et de l’infiniment petit. La Rouille,  fléau invisible mais ravageur, a dévasté toutes les infrastructures, en grignotant les fondations métalliques d’un monde devenu dépendant de ses industries lourdes. Ainsi, tous les objets contenant du fer sont devenus inutilisables, des simples outils aux smartphones en passant par les ponts et les grattes-ciel.

https://www.actuabd.com/local/cache-vignettes/L720xH950/cvy10-da6ee.jpg?1594045379

Mais la Rouille ne s’est pas arrêtée là, elle a également ravagé les populations en altérant le fer présent dans nos organismes, engendrant de terribles difformités, qui s’accompagnent chez certains de facultés spéciales.

Dans ce monde changeant, nouveau et vétuste à la fois, la seule constante est tenue par un homme qui parcourt les terres hostiles et dont le sacerdoce est de transporter tout qui

lui est confié, à bon port. Son prix semble dérisoire, au premier abord, puisqu’il ne s’agit ni d’argent ni de biens matériels, mais simplement d’accomplir un étrange rituel apparemment sans conséquence. Cet homme se présente sous le nom du Convoyeur.

Ce premier tome du Convoyeur nous transporte, si vous me passez l’expression, dans un monde sombre mais dont les codes sont familiers: la dévastation des corps et des esprits, fort bien reflétée par le wasteland servant de décor, nous ramène de façon rassurante au maître-étalon du genre qu’est Mad Max, tandis que le héros vagabond, outre le fameux Road Warrior, peut davantage nous évoquer, parce qu’il a un but qui lui est propre, le héros éponyme du Livre d’Eli. L’intrigue est suffisamment vitaminée pour nous tenir en haleine tout en instillant des enjeux encore obscurs, et donc susceptibles de piquer notre curiosité de lecteur en prévision des autres tomes: d’où vient la Rouille ? Quels sont les desseins et les origines du Convoyeur ?

Le convoyeur tome 1 - BDfugue.comSous une forme classique les auteurs ont réussi à poser un background qui nous titille, entre cette Eglise itinérante tout aussi terrible pour les « déchus » que garante d’ordre. Comme les commanditaires du Convoyeurs, d’abord vus comme les bons, nous découvrons que les dessins des hommes sont plus gris que clairs. Avec une intrigue assez ténue on est suffisamment accrochés pour avoir très envie de connaître le rôle réel de ce personnage dans un monde où la morale est bien différente de la notre.

 

 

Nous sommes donc ici face au premier tome portant en lui les prémisses d’une série qui s’annonce passionnante, une saine lecture pour quiconque prévoit de se prélasser sur le sable de nos plages estivales !

Un billet écrit à quatre mains par Blondin et Dahaka.

2 commentaires sur “Le convoyeur #1: Nymphe

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s