***·BD·Nouveau !·Rapidos

Olympus Mons #6: Einstein

La BD!

Album de 56 planches, écrit par Christophe Bec et dessiné par Stefano Rafaele, paru le 11/09/2019 aux éditions Soleil.

Compte à rebours mortel

En 2026, la course aux étoiles a été gagnée par les russes, qui ont pu mener à bien la première mission habitée sur Mars. Cependant, alors que l’on explore les portes du cosmos, il semblerait que la Terre n’ait pas livré tous ses secrets. Une énigmatique épave, baptisée « Anomalie Un« , est repérée au fond de la Mer de Barents par une équipe de chasseurs de trésors, tandis qu’une autre équipe se rapproche d’une autre épave inconnue aux propriétés nocives. Et pendant ce temps, le médium Aaron Goodwin, en plein milieu d’une enquête, reçoit des visions cryptiques laissant penser que le sort du monde est en jeu. Et pour couronner le tout, sur Mars, la mission prend un virage tragique, laissant la cosmonaute Elena Chevtchenko au pied d’une autre épave cyclopéenne, poursuivie par des drones tueurs.

Christophe Bec, auteur incontournable aux nombreux succès, renoue avec la SF avec Olympus Mons. Il s’associe avec son compère Stefano Raffaele, avec lequel il avait déjà officié sur Sanctuaire Genesis, Deepwater PrisonPromethee et Pandemonium, et compose une intrigue sur plusieurs niveaux, menée tambour battant grâce à un compte à rebours aux enjeux dantesques.

(Pas si) Seule sur Mars

Après des tomes quatre et cinq qui se concentraient davantage sur les personnages que sur l’avancement de l’intrigue, ce sixième tome précipite un peu les choses en Olympus mons tome 6 - BDfugue.comfournissant une conclusion à toutes ses lignes narratives distillées dans les premiers tomes.

En effet, sur Terre, le compte à rebours à l’issue duquel l’Anomalie Un doit exploser arrive bientôt à son terme, forçant Elena, secondée par l’androïde surnommé Einstein, à tenter le tout pour le tout sur l’Olympus Mons pour enrayer le processus apocalyptique.

Au vu des enjeux développés par le récit, on pouvait difficilement imaginer un autre dénouement que celui livré par cette conclusion, qui reste bien menée à défaut de nous surprendre. Raffaele semble ici en vitesse de croisière, et livre des planches correctes, sans toutefois que l’on puisse se départir de l’idée qu’il a déjà fait mieux en terme de finitions.

Pour conclure, Einstein conclue Olympus Mons de façon bienvenue mais sans réelle surprise !

2 commentaires sur “Olympus Mons #6: Einstein

  1. Déjà 6 tomes? J’ai décroché dès le deuxième. J’ai trouver que les ficelles et mécaniques scénaristique étaient beaucoup trop semblable à « Prométhée », bien que l’histoire soit différente. Je pense que cette sensation à été renforcer par le fait c’est à nouveau Raffaele au dessin.
    Au moins l’intrigue est plus courte que celle de Prométhée. Après avoir adoré le premier cycle, le deuxième ma fait décroché aussi au 17ème tomes.

    J'aime

  2. Salut Thomas, ne connaissant pas Prométhée, Olympus Mons conservait pour moi l’effet de nouveauté. Certains pivots scénaristiques peuvent paraître cousus de fil blanc, certes (un lecteur habituel de SF peut effectivement deviner assez rapidement le fin mot de l’histoire), mais globalement, le tout tient la route. Je te rejoins cependant sur les séries à rallonge qui s’étalent parfois sur trop de tomes.

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s