***·East & West·Manga·Nouveau !·Service Presse

Les 7 ninja d’Efu #1-3

esat-west

Manga de Takayuki Yamaguchi,
Meian (2019-), 190 p./tome, 4 tomes parus en VF (8 en VO).

bsic journalismMerci aux éditions Meian pour cette découverte.

L’édition est magnifique avec de superbes couvertures sur chaque tome, qui attirent vraiment l’œil et donnent envie de plonger dans cet univers barbare et sensuel. La jaquette comporte un effet brillant sur le titre. Le résumé de l’album est compris en quatrième de couverture et un résumé des épisodes précédents sur le rabat. Certains termes japonais (nombreux dans la série) sont expliqués en notes de bas de page. Les volumes se terminent par des pub pour les autres publications de Meian. Rien à redire, du travail éditorial très propre.

L’histoire commence avec le shogunat Tokugawa dont le fondateur décrète l’extermination de tous les samuraï rattachés à l’ancien régime. Des milices sanguinaires sont envoyées dans les campagnes pour dénicher toute personne, homme, femme, enfant relié de près ou de loin aux Toyotomi. A travers le Japon, différents guerriers tués par ces chasseurs se voient réincarnés en démons-guerriers dotés de terribles pouvoirs…

Résultat de recherche d'images pour "yamaguchi 7 ninja d'efu"Comme la plupart des mangas de Bushido il faut s’intéresser à la culture et l’histoire japonaise pour bien apprécier cette nouvelle série fantastique. Non que l’objet de l’auteur soit une véracité historique stricte, les 7 ninja d’Efu est avant tout une série fantastique parlant de démons, de pouvoirs et de combats impressionnants de créatures s’éloignant souvent d’un réalisme humain. L’approche est donc historico-mythologique et si le point de départ prends son origine dans un événement majeur de l’histoire de l’archipel (l’ère Edo qui mène du XVI° au XIX° siècle et l’isolement total), l’univers est résolument magique, ne serait-ce que dans le comportement des corps que le mangaka se plait à torturer et à soumettre à des traitements extrêmes (dépeçage vivant, découpages en règle et explosions,…). Que les héros soient des Ninja Onshin (guerriers-démons vengeurs) ne limite pas ces traitements atroces aux créatures fantastiques. Dans ce monde les guerriers du Bakufu (gouvernement militaire du Shogun) sont dotés d’armures pas très éloignées de celles des Chevaliers du Zodiaque et certains simples humains sont dotés d’une force ou d’une résistance permettant de briser une lame de katana avec son crane nu…

Résultat de recherche d'images pour "7 ninja d'efu"Le graphisme est étonnant, un peu daté années quatre-vingt mais très fouillé avec une très faible utilisation de trames, remplacées par des hachures très sophistiquées et une attention portée sur les objets, armes et armures. L’auteur est perfectionniste et on peut dire qu’il y a un sacré boulot graphique. On aime ou pas ce style extrême mais ça reste très plaisant visuellement. Les couvertures sont magnifiques et font regretter que tout le manga ne soit pas en couleur pour nous aider à distinguer la multitude d’éléments des dessins. C’est très fouillé avec une attention particulière de l’auteur aux tissus très décorés de motifs élégants, ce qui permet une vraie originalité. Le point faible est les personnages dont l’expressivité est assez limitée et la physionomie plus que caricaturale. C’est volontaire et fait référence au théâtre populaire traditionnel japonais fait d’outrances. Pour qui a l’habitude de lire des mangas vous ne serez pas surpris.

Résultat de recherche d'images pour "7 ninja d'efu"La complexité des termes, noms et organisations politique et géographique nous perdent un peu, comme souvent dans les mangas de genre Bushido. Il faut rester accroché, d’autant que l’aventure avance assez vite. L’auteur semble très intéressé également par l’utilisation du folklore et contes légendaires du Japon, ce qui permet de découvrir un peu plus cette culture si étrange. La structure des premiers tomes consiste à présenter la mort très gore des fameux ninja d’Efu et leur renaissance, en même temps que l’apparition des plus gros méchants (Au terme des trois premiers volumes cinq ninja d’Efu sont apparus).  Je dis « plus gros » car en seulement trois volumes on a un nombre de morts des deux côtés de l’affrontement assez phénoménal, et bien malin est celui qui peut dire qui sera un personnage récurent ou juste un méchant de passage. Tous semblent dotés d’une puissance phénoménale… avant de mourir en une case. Vous l’aurez compris, les 7 ninja d’Efu tranche sévère et fait partie des mangas très violents où l’auteur s’arrête longuement sur les supplices perpétrés par les abominables suppôts du Shogun. Dans la foulée, les scènes de nu virant parfois au Ecchi absurde (comme ce démon androgyne qui découpe ses victimes… avec son membre!). C’est un tout et si l’exagération vous dérange il vaut mieux passer votre chemin. Ce serait pourtant dommage car ce démarrage attire l’attention par bien des aspects et il faut reconnaître à l’auteur la sincérité de son projet.Résultat de recherche d'images pour "7 ninja d'efu"

Réservé à un public de garçons un peu initiés à un pan violent de la culture manga, les 7 ninja d’Efu donne envie de poursuivre, ne serait-ce que par-ce qu’à ce stade l’histoire a à peine commencé. On devine des combats dantesque à venir entre créatures increvables. En se concentrant un peu sur une histoire qui devrait se structurer vous prendrez un plaisir un peu burlesque a suivre les trouvailles anatomiques et guerrières de Takayuki Yamaguchi.

note-calvin1note-calvin1note-calvin1

Achetez le sur Decitre, librairie en ligne, achat et vente livres

5 commentaires sur “Les 7 ninja d’Efu #1-3

  1. Ça partait bien, tu me faisais envie avec ta chronique, jusqu’à ce que je tombe sur la partie ecchi et violence à outrance xD
    Je passerai donc mon chemin et continuerai à me rappeler les excellents Samurai de l’infini et Vagabond dans le même genre, je pense 🙂

    Aimé par 1 personne

    1. C’est un peu le problème des manga et des japonais. Leur rapport à la violence et la sexualite est très différent du notre. Je dirais que c’est un manga outrancier et très porté sur l’utilisation du folklore apparemment très varié du japon. Il y a beaucoup de références à la politique et aux créatures et légendes du japon. Maintenant je suis pas un spécialiste du manga. .,

      Aimé par 1 personne

      1. Parfois je suis rebuté, parfois je me mets dans une position de curiosité. Ça dépend bcp du niveau de perversion plus que de violence. Dans les 7 Nina d’écu la curiosité l’emporte alors que sur sunken rock par ex ça m’avait un peu coupe les jambes…

        Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s