**·Comics·Numérique·Un auteur...

Grass of parnassus

Webcomics

Stuart Immonen est une de mes révélations graphiques de ces dernières années. Pas tant en albums où hormis All-new X-men son travail est rarement à la hauteur de son talent (dans ce que j’ai lu en tout cas). Mais ce que l’on peut voir sur le net et notamment ses encrages (qui rappellent furieusement Olivier Vatine) me laissent sans voix. Assez rare, certainement car comme beaucoup de grands dessinateurs de comics l’industrie US ne lui convient pas (je pense à Travis Charest, son compatriote), Immonen a commencé depuis 2018 la publication d’un webcomic nommé Grass of parnassus, qui compte actuellement plus de six mille abonnés. La fréquence est  très très loin de la lenteur du Spacegirl de Charest et les férus peuvent suivre l’histoire chaque lundi sur l’instagram de l’auteur.

Grass of parnassus n’est pas vraiment une BD et en cela est intéressant. Je ne dirais pas que c’est une lecture plaisir et on ressent un peu de la frustration procurée par une autre création de dessinateur, le VS d’Esad Ribic, pas toujours beau dans ses expérimentations et assez obscure dans son propos. L’éternel débat de l’utilité d’un scénariste (beaucoup de dessinateurs aimeraient s’en passer), et beaucoup de projets de dessinateurs montrent malheureusement que tout est un métier… Immonen et sa femme ont pour eux le côté totalement personnel du projet (je fais ce que je veux avec mon Insta’). Cette œuvre est un délire en construction permanente (à mesure d’une publication par semaine, parfois d’une case parfois d’une dizaine, qui repose sur un absurde total de dialogues et de situations surréalistes. Jusqu’à l’été 2019 (soit plus de dix mois après le démarrage du projet) on nage dans le grand n’importe quoi, de scénettes entre des personnages plus ou moins improbables (notamment la scène des poissons syndicalistes bataillant pour chopper un bras!!). Depuis un semblant d’intrigue semble s’installer, moins verbeuse, plus visuelle. Grass of Parnassus pourrait rappeler par moment un dialogue à la con spécial Tarantino… mais au XV° millénaire. On trouvait déjà cette envie de bizarre chez le canadien (dans Empress notamment) et cette publi est à mon sens à réserver aux curieux et aux fanatiques du dessinateur. Je reconnais que mon niveau d’anglais ne m’a pas permis de saisir toutes les subtilités d’un langage très particulier mais il demeure que cet Objet Graphique Non Identifié risque d’en laisser plus d’un sceptique.

note-calvin1note-calvin1

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s