***·BD·Jeunesse·Nouveau !

Nouveau Monde

BD de David Jesus Vignolli
Akiléos (16/10/2019), 160p., one-shot.

L’inévitable choc des civilisations a laissé sa marque mortifère dans de nombreux pays, parmi lesquels le continent américain, qui se pose bien évidemment en exemple. L’auteur brésilien David Jesus Vignolli, connu précédemment pour son œuvre Vijaya, une petite fille dans l’Himalaya (paru en France chez Akiléos), revisite ainsi l’histoire du continent sud-américain et de sa conquête par les européens, à travers les yeux de son héroïne Iracema.

La jeune indienne, aventureuse et indomptable, vit au sein de sa tribu dans une sorte de chassé-croisé avec les « Géants Pâles« , qui sont venus il y a des générations accaparer leurs terres ancestrales pour les asservir parfois, ou les massacrer, souvent. Acculés toujours plus profondément dans la jungle, les membres de la tribu sont néanmoins rassérénés par la sagesse des paroles de Paje, leur patriarche. Mais Iracema, elle, ne s’en laisse pas compter et n’a qu’un désir, chasser les monstres hors de son pays. Ce qu’elle découvrira, c’est que certains Blancs sont littéralement monstrueux…

I believe I can fly…

Pocahontas vs Apocalypto au pays des monstres

On peut d’emblée être surpris par le tournant fantastique pris par l’intrigue de Nouveau Monde, surtout si l’on s’attend à une lecture historique de la conquête de l’Amérique du Sud et que l’on se fie au prologue de l’album. Toutefois, les différentes représentations artistiques de ces événements se font toujours par le prisme de leur auteur, et ici, David Jesus Vignolli livre une odyssée certes manichéenne, mais bien construite car reposant sur des thématiques universelles telles que la Liberté ou l’Avidité.

En effet, chaque personnage semble mû et animé par l’une ou l’autre de ces valeurs, rendant le tout cohérent sur le plan dramatique. Cette impression est renforcée par les relations entretenues par les protagonistes, l’une indigène, l’autre esclave venu d’Afrique, qui doivent unir leurs forces pour vaincre le Mal venu ronger leur pays. Cette vision fantasmée de l’Histoire du Brésil est donc en fin de compte une habile métaphore, au dénouement de laquelle on ne peut nier une certaine poésie.

S’agissant du graphisme, le trait de David Jesus Vignolli est simple, et j’ai apprécié ses lignes non fermées, donnant un caractère onirique à l’ensemble. Soulignons également que le livre en lui-même constitue un très bel objet.

En conclusion, Nouveau Monde est un album joliment mis en scène, traitant l’Histoire d’un pays par le prisme du fantastique et de l’aventure. Une lecture vivement recommandée !

note-calvin1note-calvin1note-calvin1

Un commentaire sur “Nouveau Monde

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s