***·BD·Nouveau !

L’indien blanc

Série Undertaker tome 5
BD de Xavier Dorison et Ralph Meyer, couleurs de Caroline Delaby
Dargaud (2019), 58 p. premier tome du troisième diptyque.couv_374864

L’intérieur de couverture est illustré comme depuis le premier volume et l’album comporte un cahier graphique de six pages fort élégant qui permet de profiter de la maestria de Ralph Meyer, tantôt sur des crayonnés tantôt sur des dessins encrés du croque mort. Une page de résumé comportant une belle illustration nb ouvre l’ouvrage. La couverture n’est pas la plus impressionnante qui soit mais joue un rôle important dans le scénario, chose assez rare pour être notée. Tous les albums de la série sont disponible en édition classique et GF (pour le double du prix) et en GF noir et blanc pour l’intégrale de chaque cycle (bien qu’un peu cher…).

L’undertaker est à nouveau seul avec son vautour, son cheval et sa carriole. Dans l’Ouest il ne manque pas de travail. Lorsqu’un ancien camarade de larcins le contacte pour récupérer le corps d’un riche héritier tombé sous les coups des indiens, il se retrouve pris au piège de son réalisme professionnel. En plein territoire Chiricahua il va devoir affronter les hommes du redoutable Indien blanc. Mais bien entendu rien de ce qu’on lui dit n’est vrai. Comme d’habitude…

Résultat de recherche d'images pour "meyer l'indien blanc"Avec cet album je me lance dans la série Undertaker, tête de gondole propulsée comme l’héritière de Blueberry sans que l’on sache trop si c’était une vraie volonté des auteurs ou une opportunité de l’éditeur. Il est certain que l’excellent dessin de Ralph Meyer a une vraie filiation avec celui de Giraud. J’avais découvert ce dessinateur sur son premier grand coup, le réputé Berceuse assassine avec le regretté Tome (scénariste de la meilleure période Spirou!), après quoi il a rencontré Dorison sur le lancement de la série XIII mystery, lesquels ont enchaîné sur le très bon Asgard. Je reviens un instant sur cette chronologie car cette genèse de Undertaker lui donne un statut un peu particulier. Excellent scénariste, Dorison a donc œuvré sur un lancement de très grosse série de one-shot spin-off puis devait faire avec Meyer un spin-off sur pied d’arbre, le personnage de Thorgal… qui s’est transformé en Asgard avec son personnage unijambiste dans un univers mythologique scandinave… avant que Dorison ne devienne l’éphémère successeur de Sente sur la série mère, sur un unique album. Cet itinéraire compliqué des deux auteurs avec les grandes licences peut expliquer en partie pourquoi Undertaker est Blueberry sans l’être. La série proposant des histoires en diptyques (le format idéal pour les séries longues selon moi), j’avais moyennement apprécié le premier cycle que j’avais trouvé trop classique (je précise que je n’ai jamais franchement aimé Blueberry) mais adoré le second, notamment grâce à ce Résultat de recherche d'images pour "meyer l'indien blanc"fabuleux méchant de chirurgien génial et monstrueux. Ce qui m’a incité à commencer à acheter la série (j’ai lu les autres en médiathèque) sur ce nouvel « indien blanc ». Ce long explicatif passé, que vaut l’album?

Graphiquement c’est toujours aussi maîtrisé, Meyer est l’un des meilleurs dessinateurs en exercice notamment par des encrages puissants que l’on savoure dès la majestueuse double page d’ouverture qui nous coupe le souffle instantanément. Dorison est exigeant et demande des arrières-plans très détaillés dans des décors essentiellement naturels de toute beauté. Heureusement, la nature enneigée est économe en graphisme et permet au dessinateur de proposer de superbes planches. Facile mais toujours élégant. Le problème avec Meyer c’est qu’on ne Résultat de recherche d'images pour "meyer l'indien blanc"sait jamais si ses albums doivent se lire sans couleur tant ils semblent conçus ainsi. Vous aurez comme d’habitude le choix entre l’album version classique et grand format couleur, Dargaud ayant malheureusement laissé à l’éditeur d’éditions limitées Bruno Graff le soin de sortir des intégrales par cycle NB à pas moins de deux-cent balles. On pourra dire ce qu’on veut de la politique de multiformat de Glénat sur sa série Conan par exemple mais cela permet de ne pas réserver ces beaux albums aux seuls collectionneurs fortunés ou casseurs de tirelire.

Le scénario est lui très surprenant, déstabilisant le lecteur à plusieurs reprises par des bifurcations auxquelles il ne s’attend absolument pas. On considère généralement que c’est gage d’une intrigue maline et efficace. On pourrait aussi trouver que cela nuit à la lisibilité… Reste que Undertaker reste portée par son très charismatique anti-héros et par des personnages qui ont la très grande wp-1579197539614.jpgqualité de ne pas être manichéens. Si l’on est comme dans tout bon western dans une histoire de vengeance et d’ambition, on suspecte les auteurs de préparer une transition après la disparition des deux personnages féminins des deux premiers cycles… qui mine de rien laissent un grand vide dans la structure du récit et les mécanismes d’interaction. Pour qui suit Dorison depuis longtemps je ne vous étonnerais pas en disant que les dialogues sont toujours acérés et claquant comme un Smith&Wesson.

Comme toute moitié de diptyque on reste en suspens à la clôture sans bien savoir si nous avons lu un très bon album ou juste un album de deux professionnels que sont Meyer et Dorison. Il faudra attendre la fin du troisième cycle pour le savoir. En attendant Undertaker reste une valeur sure, à la fois intéressante, exigent et d’une réalisation inattaquable. Une tête de gondole justifiée donc qui n’a pas à rougir devant la comparaison avec son glorieux ancêtre.

note-calvin1note-calvin1note-calvin1

Achetez le sur Decitre, librairie en ligne, achat et vente livres

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s