****·BD·Nouveau !

Soleil froid

BD du mercredi
BD de Pecau et Damien,
Delcourt (2016-2019), série terminée en 3 vol.

couv_278256couv_308804Couverture de Soleil froid -3- L'armée verte

Dans la série « mais que fait l’éditeur » je voudrais Soleil froid… Avec un titre accrocheur décliné visuellement sur les trois illustrations de couvertures, on réalise à la clôture de cette trilogie qu’il n’y a juste rien à voir! Je ne sais pas ce que les auteurs entendaient comme référence mais si vous pensez avoir une SP post-apo glaciaire ce n’est pas du tout ça. Cela n’enlève rien à la qualité de la série mais il est tout de même étrange que le responsable de la promotion et de la vente de l’album n’ait pas incité les auteurs à plus de précision… Ceci étant j’aime bien les couvertures qui déclinent une thématique proche.

Nous sommes en 2030 et une grippe aviaire a décimé les trois-quart de la population mondiale. Jan, ancien militaire, parcourt la France accompagné de sa « mule », robot porteur doté d’une intelligence artificielle. A mesure des rencontres qu’il fait avec les dernières communautés humaines, il découvre que des scientifiques seraient parvenus à développer un vaccin. Mais Jan n’a pas l’âme d’un messie et ce nouveau monde sauvage pose bien des problèmes quotidiens…

Résultat de recherche d'images pour "soleil froid damien"De Jean-Pierre Pécau j’ai lu l’une de ses premières séries, Nash, dont j’avais beaucoup aimé l’approche anticipation… et l’une de ses dernières, Wonderball, très bonne enquête conspirationniste. Membre de la fine équipe des premiers albums Série B, il se rapproche beaucoup de Fred Duval par l’idée que la SF peut être sérieuse et parler des problèmes actuels. Et c’est ce qui m’a plu, énormément, dans cette série (un peu courte vu le potentiel): l’anticipation crédible posant le cadre dans notre pays, laissant pour une fois les Etats-Unis loin de l’action, et l’omniprésence de technologie directement issue de notre époque avec quelques extrapolations. Ainsi les drones, l’intelligence artificielle un peu con de Marguerite la mule, les systèmes de tirs automatiques ou encore l’ascenseur spatial. Le background tout entier nous ramène au monde que l’on connaît, avec Google, le P4 lyonnais ou les réfugiés et écoterroristes. Ces sujets n’ont en eux-même rien de très originaux pour qui est habitué à la littérature SF, mais peut-être que nous arrivons à une époque charnière ou ces sujets abordés par les écrivains depuis le XIX° siècle rejoignent une réalité dont le miroir de la BD nous saisit. Surtout les auteurs ont la très bonne idée de ne pas placer de fantastique ou de zombies dans leur histoire. Tout est très terre à terre et crédible, avec une focale majeure mise sur les communautés.

Résultat de recherche d'images pour "soleil froid damien"L’autre point d’intérêt est le décors, souvent montagneux, permettant de superbes paysages que Damien aurait sans doute pu explorer de façon plus longue et contemplative avec un peu plus de place. Car il n’y a pas un instant de répit dans cette série qui aurait sans difficulté pu tenir six tomes. Est-ce qu’une faiblesse des ventes a incité l’éditeur à raccourcir? Vu le matériau et le nombre de thèmes, de pistes lancées, il est surprenant qu’un scénariste chevronné comme Pécau n’ait pas visé plus ambitieux. Surtout que la fin pourra en laisser certains sur leur faim. Pour ma part je la trouve cohérente mais tellement vite amenée que l’on a peut-être du mal à décortiquer une conclusion qui est induite par la dernière planche. Or, contrairement au dernier Jazz Maynard, l’auteur est ici en totale contrôle de son récit et de son aboutissement et pouvait simplement dérouler deux ou trois albums de plus pour bien terminer. Un peu frustrant.

Résultat de recherche d'images pour "soleil froid damien"Si l’intrigue est simple (l’itinérance d’un ex-soldat bourru) et construite en aller-retours entre maintenant, avant et après, elle nous tient en haleine tout le long en découvrant à chaque tome de nouveaux personnages qui enrichissent la compréhension du contexte et les décisions du héros. La qualité du récit est de nous surprendre à chaque instant en ne sachant jamais qui va continuer l’odyssée, qui est important, qui va mourir. Le coeur est incarné par Jan et sa mule, sorte de couple improbable d’un bourrin bavard et d’un robot que l’on se prend à aimer. Une sorte de syndrome RD2D où la forme boite anti-anthropomorphique au possible accouche d’une identification à cette chose stoïque qui réponds avec le sérieux d’une machine aux jurons de l’homme de chair. Les dialogues entre les deux zozo sont souvent drôles même si c’est finalement l’humain qui fait les questions-réponses.

L’aspect survie dans un monde hostile est réussi également avec un cadrage très efficace de Damien, qui nous fait ressentir le professionnalisme redoutable du soldat et la puissance de la technologie. Doté de dialogues forts, de personnages intéressants et nombreux et d’un monde cohérent, Soleil froid a bien peu de défauts. Si le dessin n’est pas mauvais et techniquement pro, il reste assez interchangeable avec nombre d’albums Soleil/Delcourt et, hormis sur les décors naturels et les rues désertées, n’aide pas à transformer cette série en gros carton. Soleil froid est au final une excellente surprise que je n’attendais pas et qui avec une économie de moyens parvient à nous faire ressentir l’atmosphère d’une triste époque. Une excellente BD de science-fiction que je conseille à tous les amateurs.

note-calvin1note-calvin1note-calvin1note-calvin1

Un commentaire sur “Soleil froid

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s