Comics·East & West·Nouveau !·Numérique·Service Presse

Riverdale présente: Betty & Veronica

esat-west
Comic d’Adam Hughes
Glénat (2018) – Archie comics (2016), one shot, 101 p.
9782344030103-l

L’album présente une introduction détaillant vaguement l’univers de Betty & Veronica et se termine par de très nombreuses couvertures alternatives de Hughes et d’autres auteurs. L’album comprend un épisode bonus Jughead, réalisé par une autre équipe et assez moyen.

Betty la blonde et Veronica la brune sont les meilleures amies du monde, lycéennes dans la petite bourgade de l’Amérique idéale qu’est Riverdale: ses milk-shake au dinner chez Pop, ses blousons Teddy aux couleurs de la High school et ses rangées de maisons Middle-class. Dans cette image d’Épinal en mode Coca-Cola, lorsqu’une multinationale du café s’apprête à racheter chez Pop’s, Betty voit rouge, refusant de voir cette incarnation d’un passé doré disparaître. Elle va tout tenter pour sauver Pop, au risque de retrouver sur sa route sa meilleure amie, la redoutable et machiavélique Veronica…

Résultat de recherche d'images pour "betty & veronica hughes"Glénat nous permet de découvrir un éditeur, Archie comics, qui a récemment donné naissance à une série TV nommée Riverdale. Archie est un vieil éditeur très américain qui publiait des BD pour jeunes ou les aventures de Betty et Veronica, deux filles incarnant l’American way of life. Un peu la série Happy days en BD sous le coup du comic code authority… Rien de très affriolant pour un lecteur européen!

Comme d’autres projets improbables, l’éditeur publie pourtant l’une des très très rares BD de l’illustrateur star Adam Hughes sur les couvertures duquel vous avez pu fréquemment baver en lisant des comics chez tous les éditeurs. Comme Travis Charest dont j’ai parlé il y a quelques jours, le rythme et les exigences de l’industrie du comic ne lui conviennent pas et l’album Riverdale présente: Betty & Veronica est l’une des rares occasions que vous aurez de le voir à l’œuvre sur une BD entière (avec le Hellboy Krampusnacht) que Delcourt publiera probablement dans un recueil Hellboy à venir).

Ce petit historique terminé, qu’est-ce qu’on a a se mettre sous la dent? Et bien ni plus ni moins qu’une sitcom à la Friends transposée en BD! Si ça ne vous allèche pas, je peux vous rappeler que c’est dessiné par Adam HughesImage associéeEt si ces dessins ne vous suffisent toujours pas je peux vous dire qu’outre être l’un des meilleurs dessinateurs de comics américain, il dispose d’un vrai talent humoristique et arrive ici à adapter en BD les principes du strip à la Calvin&Hobbes ou Liberty Meadows (là on penche vers Frank Cho): des personnages qui s’adressent au lecteur, des ruptures temporelles et des jeux des personnages avec la page et l’édition. Les jeunes filles plastiquement parfaites dissertent tantôt sur des dialogues mièvres louant la simplicité du Riverdale d’avant avec force références aux vieux comic-books de papa et maman, tantôt s’envoient des vannes et des mandales capables de rompre les lois de la physique! On navigue donc entre du Looney-toons et du strip, entre les réflexions philosophico imaginaires d’un Calvin et la sitcom pour ado Riverdale. Comme souvent dans les réappropriations, Hughes se moque allègrement du matériau d’origine. L’album s’insère pourtant dans une série dans l’univers de Riverdale.Résultat de recherche d'images pour "betty & veronica hughes"

Résultat de recherche d'images pour "betty & veronica hughes"Cet album a été pour moi une découverte totale, d’un dessinateur, d’un auteur, de personnages et j’avoue m’être bien marré  de ce côté un peu désuet et second degré très assumé, avec un petit coup de cœur pour Hot dog, le chien narrateur et son pote le chat. Je signalerais juste une étrange idée du coloriste à poser une sorte de filtre estompé, vieilli, une sorte de voile sur les planches qui abîment beaucoup de la qualité du dessin et de l’habillage. C’est vraiment dommage et finalement vu le résultat l’album aurait aussi bien pu être laissé brut en renforçant le côté strip.

Je ne sais si je suis passé à côté de certaines références mais le côté n’importe quoi m’a beaucoup plu. Une lecture vraiment rafraîchissante, assez courte et linéaire qui vous évitera de vous prendre la tête. Et puis encore une fois, lorsque des auteurs si rares parviennent à un ouvrage abouti, pourquoi se priver?

note-calvin1note-calvin1note-calvin1note-calvin1

Achetez-lebadge-cml

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s