BD·Mercredi BD·Service Presse

Castan #3: la forteresse du roi Xiang

BD du mercrediBD d’Alexandre et Raphaël Morellon
Des bulles dans l’Océan (2018), 56p. tome 3/4.

Couverture de Castan -3- La forteresse du roi XiangLe petit éditeur réunionnais Des bulles dans l’Océan a été découvert par hasard au détour d’une pérégrination sur Facebook. Souvent les petits éditeurs tentent de se faire une place avec des auteurs semi-pro qui ont des capacité mais pas nécessairement de technique et d’expérience. Au détour d’un catalogue on peut dénicher un auteur qui sort du lot, comme ce fut le cas avec Ronan Toulhoat en 2010 chez Akiléos, jeune auteur débutant, avec beaucoup de lacunes à l’époque mais que le travail quotidien a amené à être aujourd’hui l’un des meilleurs dessinateur BD français du circuit. Pour d’autres comme Mathieu Thonon, le potentiel est là mais l’on ne voit pas de suite… Les quelques planches de Castan présentées par l’éditeur m’ont pas mal bluffé et s’en sont suivi d’un très aimable envoi SP du tome 3 sorti en début d’année.

Castan est une série d’aventure semi-historique réalisée par les frères Morellon. Elle suit le héros éponyme et ses compagnons entrés au service de l’armée du Machawari et de son généralissime Kien Long. N’ayant pas lu les deux premiers tomes je ne vais décrire que le dernier publié: Castan et ses compagnons ont été pris sous l’aile protectrice de la belle et redoutable Kien Long qui impose ses conditions au roi du Machawari, le jeune Rajanh Orcha, soumis à l’influence corruptrice de Jefta. L’heure de la bataille finale contre le roi Xiang et ses redoutables guerriers Uzunu a sonné….

Dès le premier feuilletage de l’album j’ai été soufflé par le style du dessinateur, par la maîtrise de l’outil numérique et la mise en couleur. Ce qui distingue ce jeune autodidacte c’est la maturité de son trait, bien plus élégant et précis que celui de Toulhoat à ses débuts pour reprendre l’exemple ci-dessus. Le trait des personnages est une des forces du dessin d’Alexandre Morellon ainsi que le design général des décors, des costumes, sorte de syncrétisme total de 5000 ans d’histoire de l’humanité mélangeant Inde, Extrême-orient et Arabie avec des influences de l’imaginaire collectif des mille et une nuits. Ces planches sont vraiment magnifiques et dotées d’une colorisation parfois brute de numérique, mais qui donne un éclairage superbe aux dessins. Comme pour Gung-Ho, les allergiques au dessin numérique pourront passer à côté, mais personnellement, pour peu que l’on ne regarde pas trop les détails et les plans larges j’ai pris un grand plaisir graphique à la lecture de cet album en me disant que pour un troisième ouvrage, le dessinateur a un potentiel encore assez énorme! La principale faille du dessin repose sur les fonds de plans, les personnages en pied étant parfois dessinés maladroitement et certaines cases d’action où l’outil numérique montre ses limites, dans la gestion du mouvement et la lisibilité de la page. Mais sincèrement, si l’on replace l’album dans le grand four de la BD d’héroïc-fantasy grand public, on est loin au-dessus de pas mal de productions Soleil.

Niveau scénario, c’est compliqué puisque j’ai pris la série en cours de route et que je n’ai pu que supputer les aventures précédentes. Mais le gros point est la description des personnages et leurs dialogues, très efficaces, percutants. Le personnage du général Kien Long, femme de tempérament à l’autorité indéniable est le plus réussi. Alors que ce genre de série nous à habitué au vieux général sage et ferme, qui a mené mille campagne à la tête d’hommes qui donneraient leur vie pour lui, la transposition de cet archétype dans la peau d’une magnifique jeune femme athlétique et redoutable stratège est très gonflé… et cela fonctionne!Castan 3 p12 Elle vole la vedette au héros Castan qui s’appuie sur des amis peut-être un peu effacés (sans doute la constitution du groupe est-elle narrée dans les deux premiers volumes).

L’intrigue est structurée autour de la stratégie secrète menée pour vaincre le roi Xiang qui donne son titre à l’album et de la conquête de cette forteresse sous le voile des manigances du conseiller du roi, le très perfide et (encore une fois) très bien dessiné Jafta. Cet album parvient à noue faire voyager en une contrée exotique aux tentures d’azure et aux arcades dentelées, parmi les soldats d’armées épiques aux armures étincelantes… la vraie grande aventure en cinémascope!

Je vous invite donc vivement à découvrir cet éditeur et ces deux jeunes auteurs pour une série créative qui fait vraiment plaisir et dont on attend la suite avec impatience.

note-calvin1note-calvin1note-calvin1note-calvin1

badge-cml

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s