BD·Documentaire

Cher pays de notre enfance

Le Docu du Week-End
BD d’Etienne Davodeau et Benoit Collombat
Futuropolis (2015), 223 p. n&b

9782754810852Ce gros volume est découpé en quatre parties et se termine par une post-face de Roberto Scarpinato, « le dernier des juges antimafia » (dont le texte n’apporte rien de plus que l’album). Les deux premiers chapitres ont été publiés dans la revue dessinée.

Attention album très important! Si beaucoup de documentaires nous enseignent sur des sujets plus ou moins majeurs et méconnus, le travail de Davodeau et Collombat se penche sur une période et un sujet relativement connu du grand public. Mais le détail de l’enquête, la précision des informations et témoignages délivrés donnent une réalité glaçante à des événements que les moins de cinquante ans (dont je fais partie) auront beaucoup de mal à imaginer comme réels. Le livre saisit par-ce qu’il parle de personnes qui ont exercé jusque tout récemment les responsabilités de l’État, par-ce qu’il parle de personnes tuées alors qu’elles officiaient à de très hauts postes, mais surtout par-ce qu’il ne parle pas d’Histoire mais de l’actualité presque immédiate…  La France dépeinte est un régime mafieux aux méthodes fascistes. La couverture est à ce titre particulièrement provocante et pertinente: pas une fois le nom du général n’est cité alors que l’image éclaboussée qui présente l’album fait bien comprendre que le président était très logiquement informé de ces agissements.

Résultat de recherche d'images pour Le premier chapitre de la BD traite de l’assassinat du juge Renaud alors qu’il avait établi des liens entre le SAC et des braquages destinés a financer le RPR. L’affaire sera reprise par le film d’Yves Boisset, lui-même agressé et menacé suite à film, et qui donne foules d’informations toutes plus sidérantes les unes que les autres. Dans un contexte de guerre d’Algérie et de mai 68, personne ne veut prendre le risque d’une déstabilisation de l’État si les liens entre pègre, SAC et administration étaient révélés.

Résultat de recherche d'images pour Ensuite les auteurs détaillent les ramifications du SAC dans les administrations de l’État et le fonctionnement du régime gaulliste entre Françafrique, liens avec la pègre issus de la Résistance (voir l’excellent Il était une fois en France de Fabien Nury qui décrit bien ce « gris » qui posa tant de problèmes une fois l’État démocratique restauré à la Libération).

La troisième partie qui nous laisse sidérés, raconte l’utilisation du SAC par un patronat revanchard afin de surveiller, intimider, agresser les syndicalistes et globalement le monde ouvrier après les accords de Grenelle sortis de mai 68. On y découvre des pratiques de régimes fascistes où pouvoir politique, milices employant barbouzes, repris de justice voir militaires et pouvoir économique mutualisent leurs moyens pour casser du rouge. Si certains témoignages peuvent être sujets à caution, les croisements et le sérieux du travail d’enquête de Benoît Collombat ne laissent pas de doute sur la réalité de ce qui est décrit. Glaçant.

Vient enfin un très gros morceau, sur lequel le journaliste travaille depuis longtemps sur le sujet (il avait sorti une enquête en 2007): l’affaire Boulin, reconnue par toute la profession journalistique comme sans doute le plus gros scandale de ce Régime. Résultat de recherche d'images pour Relaté avec le langage du polar ou du reportage « pièce à conviction », le chapitre est totalement passionnant mais sans doute le plus inquiétant en ce que, contrairement aux parties liées directement au SAC et datées historiquement d’avant l’arrivée de la gauche (ce qui produisit un séisme dans ce milieu et un coup d’arrêt à un certain nombre de méthodes), cette histoire se prolonge jusqu’à aujourd’hui en impliquant un nombre incalculable de responsables de premier plan. Par respect du récit les auteurs attendent la fin de l’album pour répondre à la question que tous se posent: pour eux Chirac est le commanditaire de l’assassinat du ministre… Pourquoi le pouvoir mitterandien n’a-t’il jamais pu faire ressortir la justice? Cet État dans l’État était-il encore trop ramifié pour prendre ce risque?

On ressort abasourdi de cette lecture et à la recherche de tous les films, reportages et ouvrages publiés sur l’époque. Ce document devrait être présent dans tous les CDI et toutes les médiathèques de France et être lu à titre d’hygiène démocratique.

note-calvin1note-calvin1note-calvin1note-calvin1note-calvin1

Achetez-le badge-cml

http://www.allocine.fr/_video/iblogvision.aspx?cmedia=19542792 Le Juge Fayard dit le shériff Le Juge Fayard dit le shériff Bande-annonce VF

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s