***·BD·Documentaire·Rétro

Droit d’asile

Le Docu du Week-End


Droit d’asile
BD d’Etienne Gendrin
Des ronds dans l’eau (2011), 96p.

41dekucp0zl-_sx195_

Etienne Gendrin nous propose pour sa première BD publiée, un reportage sous la forme d’entretiens qu’il a pu mener au sein d’un foyer de mineurs étrangers, avec une galerie d’exilés en attente de droit d’asile.

Dès mon second billet pour cette rubrique je fait une entorse sur le côté graphique: il faut reconnaître que nous avons là un premier album d’un auteur amateur… avec un niveau graphique pas terrible. Mais je le dis souvent ici, on adapte ses exigences à l’auteur. J’avais été assez dur avec le Roy des Ribauds 3 de Toulhoat (auteur que j’adore par ailleurs) et surtout avec Pontarolo sur les Déchaînés, par-ce qu’il s’agissait d’auteurs professionnels. A l’inverse, le niveau technique de Gaël Henry sur Jacques Damour ne m’avait pas posé de problème par-ce que l’auteur sait compenser par une maîtrise du cadrage, des expressions et des situations. Bref, Gendrin propose ici un reportage qui vaut surtout pour ce qu’il nous apprend, pour le projet en lui-même que pas le graphisme qui finalement nous apporte peu.

Résultat de recherche d'images pour "droit d'asile gendrin"L’album est donc structuré en plusieurs parties centrées sur le récit d’un migrant. Ils viennent d’Afrique, du Caucase ou d’ailleurs mais ont en commun leur dynamisme (ils ont parcouru seuls des centaines, voir des milliers de kilomètres par-ce qu’ils voulaient s’en sortir) et leurs traumatismes. Ici a priori rien d’inventé (j’y reviens). Parfois l’auteur ne parvient pas à faire parler le jeune et se fie à un tiers (le directeur du centre, un autre migrant,…). Mais ces récits sont touchants par-ce qu’ils nous mettent devant les yeux la vraie vie souvent incroyable de personnes banales dans un foyer banal. L’un a vu son père tueur à gage officier devant lui, un autre a été enrôlé de force dans une guerre civile,… Ces traumatismes sont relatés de façon froide, au travers du graphisme, sans aucun jugement ni commentaire. Les seuls analyses viennent des personnels du centre (le directeur donc, mais aussi deux professeurs de français). Ce sont eux qui donnent le recul à ces récits en nous apprenant plein de choses sur un sujet peu traité par les média par-ce que très règlementé (et donc peu sujets à débat ou à passions…). Par exemple que les mineurs arrivant sur le territoire sont obligatoirement logés, nourris et éduqués par la Nation, jusqu’à leurs 18 ans. Alors ils deviennent soit sans-papier soit reçoivent leur statut de réfugié. Ainsi le personnage s’interroge sur l’intérêt pour un pays de renvoyer dans leur pays des gens pour qui il a été dépensé de grosses sommes pendant des années, qui parlent le français, ont des compétences… On apprend également la situation du Cabinda, enclave de l’Angola en situation de guerre civile et dont aucun média ne parle… Les professeurs nous rappellent que ces jeunes, qui cohabitent avec des jeunes français placés dans le foyer (pour d’autres motifs donc, qui ne seront pas abordés dans l’album), tirent tout le groupe vers le haut, par leur envie de s’en sortir, par leurs efforts constants, exemples que devraient suivre certains pensionnaires au vécu parfois moins compliqué.

Résultat de recherche d'images pour "droit d'asile gendrin"A un moment Gendrin dit au détour d’une phrase qu’il a changé le décors de l’entretien pour ne pas froisser le témoin… ce qui mine de rien nous rappelle que dans un documentaire seule la franchise de l’auteur nous permet de nous convaincre que tout est vrai! Un réalisme fragile donc. Certains petits détails graphiques se penchent sur l’auteur de BD doutant, parlant un peu de lui et de son travail ou sur les habitudes des pensionnaires du centre. Cela donne du corps à l’album et c’est à ce moment que malheureusement la qualité graphique affaiblit un peu le propos.

Droit d’Asile, monté comme un formidable guide pédagogique (que tout CDI et bibliothèque devrait avoir), n’en reste pas moine un très bon petit livre et l’auteur l’a pas à rougir de ses faiblesses tant la lecture est agréable et surtout très instructive. Etienne Gendrin a depuis publié un album brossant le portrait de sa grand-mère  aux éditions Casterman.

note-calvin1note-calvin1note-calvin1

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s