***·BD·Comics·Rapidos

Red skin

esat-west
BD de Xavier Dorison et Terry Dodson
Glénat (2014-…), 2 vol. parus.

Couverture de Red Skin -1- Welcome to AmericaComme beaucoup la couverture tape à l’œil du tome 1 m’a fait de l’œil justement, avant de voir les noms des auteurs de ce comics publié en France (je ne sais pas comment il faut l’appeler du coup vu que le scénariste est français et les codes franco-belges mais le dessinateur américain avec un style comics…) et quels noms: l’un des tout meilleurs scénaristes depuis pas mal d’années maintenant et un auteur chevronné (que je ne connaissais pas) au style très proche du grand maître Frank Cho et sa Liberty Meadows, excusez du peu.

Il s’agit donc bien d’une BD de super-héros (moderne= sans pouvoirs): dans les années 80 Red Skin est une espionne envoyée en Amérique pour décrédibiliser une candidate à la Maison-Blanche qui risque de faire de ce pays une théocratie de fondamentalistes chrétiens. Outre ses capacités de combat hors norme, elle va surtout aider la production d’un remake porno du film de chevet des bigots de l’Amérique de la Bible-belt…

Alors certains ont trouvé une malhonnêteté dans des couvertures (Dodson se fait plaisir en mode Pin-Up) et un pitch qui pouvaient laisser imaginer une BD sexy. En réalité on reste très comics-compatible dans cette BD (la série est publiée aux Etats-Unis) et c’est surtout l’environnement (le porno californien) et les courbes divines de l’espionne qui pimentent cette BD au demeurant pas plus chaude qu’un Largo Winch. En revanche l’esprit très frais, les réparties drôles entre la donzelle et son hébergeur-réalisateur porno ronchon et les scènes d’action en font une BD plaisir vraiment sympatoche. Outre une histoire qui parvient à nous accrocher malgré un côté dérisoire (la maîtrise de Dorison se ressent), la grande force de Red Skin c’est le personnage principal, absolument craquante à chacune de ses apparitions. Le talent de Dodson y est pour beaucoup, si bien qu’on a envie de passer plein de temps avec cette drôle de nana à la fois désarmante de naïveté et forte comme le roc. Surement une incarnation du fantasme masculin auquel les auteurs répondent intelligemment sans verser dans le nu inutile (le reproche que je faisais à Boichi sur Sun-ken Rock justement).

Une bonne BD rafraîchissante qui se poursuivra sur un troisième volume.

Un autre avis sur Blog Brother

note-calvin1note-calvin1note-calvin1

Publicités

5 commentaires sur “Red skin

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s