BD·La trouvaille du vendredi

Le Gipsy

BD de Smolderen et Marini,
Dargaud (1993-2002). série en 6 volumes parus.

couv_66228La série du Gipsy a été publiée à l’origine par Alpen publishers puis très rapidement reprise par les Humanoïdes associés. A partir du tome 4 c’est Dargaud qui reprend directement la publication. Les trois premiers volumes forment un cycle, puis la série paraît en one-shot. Deux intégrales sont sorties.

Le Gypsy c’est Marini à l’état brut. C’est le Scorpion en plus bourrin, plus sexuel, plus macho, plus lourdingue. C’est la géopolitique d’anticipation à la Smolderen (comme sur le formidable Ghost Money), en phase avec notre époque mais avec le plaisir de l’action king size façon blockbuster! Série qui a fait connaître l’artiste italien, avant l’Etoile du désert (excellent western dont la suite est sortie l’an dernier par un autre dessinateur), Gypsy a un peu perdu de sa notoriété derrière la grande série historique Le Scorpion et les ouvrages plus récents de Marini (dont le Batman chroniqué sur l’Etagère). A la fois pour son scénario et pour ses dessins, la série mérite pourtant d’être lue et redécouverte, en espérant que les auteurs gardent des projets one-shot pour Tsagoï…

Le premier cycle de trois albums présente l’univers: dans un futur proche, alors qu’un nouvel âge glaciaire fige l’hémisphère Nord, le consortium C3C dirigé d’une main de fer par Burma Selmer gère la plus grande autoroute du monde, reliant tous les continents et parcourue par de gigantesques camions. Tsagoï, un musculeux gitan freelance gagne sa vie au volant de son engin, l’Étoile du gitan. Mais des tensions géopolitique ainsi que des bouleversements dans la gouvernance de la compagnie vont le projeter au sein d’une guerre entre factions…

Résultat de recherche d'images pour "gipsy marini"Dans ces trois volumes tous les protagonistes entrent en scène: le Gypsy, son camion, sa sœur qui sera la plupart du temps à l’origine de ses mésaventures, les multinationales, l’Aile blanche et sa Sorcière, confrérie d’assassins aux motivations troubles. Gypsy est fondatrice de toute la production ultérieure de Marini, ne serait-ce que parce que l’illustrateur a toujours repris les mêmes archétypes: La Sorcière se transforme en Mejaï dans le Scorpion, le Gypsy s’affinera pour devenir à la fois le Scorpion et le Hussard,… les filles très sexy et le héros porté sur la chose, les dialogues grivois et paillards, le mélange de politique et d’action débridée. Les bases sont là.

Résultat de recherche d'images pour "gipsy marini"L’exotisme également, avec un voyage en terres sibériennes barbares où des hordes mongoles menacent des forteresses occidentales. On est dans une sorte de Eastern SF rassemblant le film Jack Burton de John Carpenter avec un bon Scharzy et du Segio Leone pour les dialogues et les scènes improbables. C’est série B, rutilant, pas très fin mais quel plaisir visuel et ludique! Bien sur les premiers albums sont légèrement moins fouillés (on constate d’ailleurs que son style de personnages était assez proche d’Otomo aux débuts) mais la technique de Marini s’installe très rapidement et franchement dès le tome 3 on est sur le même niveau que ses albums récents. Les auteurs s’en sont donné à cœur joie avec un cocktail « grosses pétoires, gros camion, gros muscles, gros nichons »… C’est de la BD de garçon probablement, comme un peu toutes les séries de Marini du reste, mais personnellement j’adore la BD populaire assumée. C’est pas moins subtile que Dragon ball ou un Batman et la BD est aussi un art populaire.

Marini pl 30 du Gipsy tome 5 L'aile Blanche par Enrico Marini - Planche originaleA partir du tome 4 on passe en format one-shot, avec d’abord une escapade à Berlin pendant la coupe du monde de football (« Les yeux noirs« , le moins bon de la série pour moi), puis « L’aile blanche » qui voit revenir la Sorcière (méchante récurrente et incorruptible) et sa confrérie dans un petit pays arabique et enfin « Le Rire aztèque » où au Mexique un étrange virus décime les camionneurs en les transformant en sortes de zombies à la mode Joker (une première idée de son futur Batman?). Smolderen aime les scénarios d’anticipation alliant les thèmes habituels, de l’hypertechnologie au pouvoir des multinationales en passant par les questions ethniques et environnementales. On est proche des albums de Fred Duval (les séries B Delcourt comme Travis, Carmen MacCallum, etc) mais traité à la mode blockbuster. Le scénariste fait plaisir à son dessinateur en lui proposant des paysages grandioses, plein de filles dénudées et de bastons défiant les lois de la gravité. Le format du one-shot assume d’ailleurs cette ambition ludique et il est dommage que les séries à rallonge (par ailleurs globalement très bonnes) de Marini ne lui aient pas permis de faire une pause de temps en temps pour nous proposer un nouvel épisode du Gypsy. La série n’étant à ma connaissance pas officiellement clôturée et les auteurs ayant pris grand plaisir sur tous les albums, il n’y a plus qu’à attendre à pour ceux qui ne connaissent pas encore à se dévorer les 6 volumes existant.

note calvinnote calvinnote calvinnote calvin

 

Publicités

Un commentaire sur “Le Gipsy

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s