***·BD·Numérique·Service Presse

Eve sur la balançoire

BD de Nathalie Ferlut
Casterman (2013), 130p.

9782203066397

Lecture numérique, pas de commentaire sur la fabrication. Un cahier biographique sur les personnages historiques est présenté en fin d’album et je conseillerais de lire ce dernier avant la BD.

En 1901 la jeune Evelyne « Eve » Nesbit va devenir la première Pin-up, une célébrité que sa mère utilise comme la poule aux oeufs d’or permettant à sa famille de sortir de la misère en ne reculant devant aucun moyen, même de la livrer à un riche architecte consommateur de « chair fraiche ». Partagée entre l’innocence de la jeunesse, la soumission à une mère perverse et la découverte de la perte de son enfante, Eve navigue dans le New York de la belle époque.

Ce « conte cruel de Manhattan » tient les promesses de son titre et de sa très belle couverture. Sur le plan graphique d’abord, le travail de ce gros ouvrage est énorme. On suppose l’utilisation de techniques mixtes papier/numérique, avec une très grosseplanchea_198418.jpg maîtrise des brosses numériques par l’illustratrice. La pâte donnée est vraiment belle avec beaucoup d’effets de peinture différents que ne pourraient probablement pas permettre une seule technique artisanale. Les couleurs notamment m’ont beaucoup plu, ainsi que l’effet hachuré de la plupart des planches (le style rappelle celui de Gaël Henry sur Jacques Damour, en plus maîtrisé). Cet album illustre ainsi ce que peut apporter en bien le numérique chez des artistes d’aujourd’hui en embellissant l’art BD sans rien perdre du côté artisan. Certaines planches sont très inspirées et pourraient faire l’office de tirages affiche. Le style de Ferlut est simple pour ce qui est des personnages même si par moment le réalisme des cases montre la totale maîtrise de son art.

L’histoire est donc un conte, cruel, américain, celui d’une époque où des milliardaires de bonnes familles rivalisent de grandiloquence pour dépenser leurs vies futiles. Où les jeunes filles sont de la chaire pour de grands méchants loups, où les mœurs dissolues se confrontent à un puritanisme hypocrite. Le sujet est dur: une mère prostituant sa fille pour entrer dans le beau monde. Là-dessus le personnage d’Eve est surprenant, ne semblant que peu regretter cela même si elle provoque sa maman en lui disant ses vérités. Car comme le lui dit White l’architecte, est-elle prête à ne plus vivre cette vie de gloire et de richesses, quoi qu’il en coûte? L.10EBBN001845.N001_EVEbalanc_Ip003p120_FREst-elle malheureuse? L’album ne réponds pas vraiment à cette question, laissant une certains ambigüité se dissoudre dans le procès dont la trame un peu artificielle guide le récit. J’aime bien les alternances temporelles sectionnant les récits et cette méthode est ici efficace. L’ouvrage aurait sans doute pu tenir sur un format plus classique de 60/80 pages, mais il reste un bel objet qui fait plaisir aux yeux. Les quelques critiques que j’ai lu de cet album (qui a quelques années maintenant) étaient plutôt mitigées, ce qui me surprend, notamment sur le scénario qui me semble plutôt réussi d’autant que le choix de rester près de l’histoire véridique pose une contrainte scénaristique réelle. Le style graphique n’est pas ce vers quoi je vais habituellement mais le ton général m’a plutôt plu et j’ai passé un agréable moment dans cette époque toujours fascinante.

note-calvin1note-calvin1note-calvin1

 

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s